Une autre histoire de l’électricité en France en 6 dates clés


Entre la publication d'un livre sur le magnétisme de William Gilbert en 1600 et le triomphe de la Fée électricité à l'Exposition universelle de Paris de 1900, c'est à travers de multiples acteurs et une multitude de découvertes et inventions qu'une nouvelle branche du savoir et une nouvelle industrie ayant profondément marqué le monde moderne se sont constituées. L'histoire de l'électricité française n'a pas été que nucléaire loin s'en faut... La preuve en six dates clés !

L’âme humaine n’est peut-être que l’électricité cérébrale, comme l’électricité : l’âme universelle.

1869 : Aristide Bergès invente la « houille blanche »

En 1869, Aristide Bergès installe une râperie de bois à Lancey en  Isère où il utilise l’énergie hydraulique pour faire fonctionner ses  défibreurs. Il établit à cet effet une conduite forcée de 200 m de dénivelé, dont l’eau captée fait tourner une turbine.En 1882, Aristide Bergès souhaite ajouter une unité de papeterie à sa râperie, met en place une conduite forcée de 500 mètres de dénivelé et adjoint une dynamo Gramme à ses turbines pour produire du courant  électrique. Ces travaux se poursuivront dans les Alpes. En 1891 et 1896, il installe deux nouvelles conduites forcées de 500 mètres de dénivelé sur le ruisseau du Vors. Les papeteries de Lancey, devenues Papeteries de France, deviennent célèbres et l’énergie hydraulique va s’étendre à toutes les Alpes du Nord.

wiki-berges1

Accéder aux ressources

 

1881 : l’électricité à l’exposition internationale de Paris

La Fabrique de l’histoire sur France Culture présente 4 épisodes de 52 minutes  pour comprendre les transformations énergétiques en France. Le premier numéro explore la découverte de l’électricité, l’exposition internationale de 1881, la foi dans le progrès et les imaginaires liés aux  découvertes techniques. En 1881, Le public put y admirer la dynamo de Zénobe Gramme, les ampoules électriques de Thomas Edison, le tramway électrique de Werner von Siemens, le téléphone de Alexandre Graham Bell ou encore une voiture électrique par Gustave Trouvé. Adossé à l’Exposition, le premier Congrès international des électriciens, qui se tint dans les salles du Palais du Trocadéro, fut l’occasion de nombreuses communications scientifiques et techniques.

03-expo-vue_d_ensemble-2-ed5c9

Accéder à l’émission

 

1946 - 1958 : les premières éoliennes

En 1946, si  en ville, le problème de l’électricité ne se pose pas, il est entier dans nombre de villages éloignés des grandes routes et des lignes  à basse tension, nous rappelle Ouest-France. Dans une ferme sur le plateau de Ker-Deniel, une éolienne entre en  action : elle permet de faire tourner les machines agricoles et d’éclairer les bâtiments de la ferme.  En Eure-et-Loir, Pierre Jean Cavey, Ingénieur au Bureau d’Etudes Scientifiques et  Techniques (BEST) créé par Lucien Romani, a été responsable de la  Station d’Etude de l’Energie du Vent à Nogent-Le-Roi. Le 2 avril 1958, l’éolienne de 800 kW de Nogent-le-Roi délivre le premier kWh éolien sur le réseau électrique français. Un site intéressant documente l’aventure de l’éolienne, et présente une photographie faite à la demande de la Direction des Etudes et Recherches d’EDF.

eolienne_006_02

Accéder aux ressources

 

1963 : la dernière grande grève des mineurs français

Le charbon aura été en France une source d’énergie importante au XXème siècle. La quasi-totalité des  centrales thermiques à charbon ont vu le jour entre la fin des  années 1960 et le début des années 1980. Plus aucune nouvelle centrale  n’a toutefois été construite depuis 1984 en France. Les centrales électriques à charbon remplissaient la mission de valoriser les produits  cendreux du charbon en fournissant de l’électricité. Dans « Affaires Sensibles » sur France Inter, on pourra entendre  Rémi Bénichou, réalisateur du  documentaire, « Grèves des mineurs de 1963, merci papa ! » produit par  Dreamway Productions en 2018. Dans la longue histoire des mines, émaillée de conflits et de luttes, les 35 jours de grève du printemps 1963 marquent un tournant. Ce fut le premier grand conflit social de la cinquième République.

la_greve_des_mineurs_du_pas-de-calais_1906

Accéder à l’émission

 

1966 : De Gaulle inaugure l’usine marémotrice de la Rance

Depuis plus de cinquante ans, le barrage de La Rance et son usine marémotrice, à l’embouchure du fleuve côtier entre Saint-Malo et La Richardais, restent uniques au monde. Un jour de novembre 1966, le général de Gaulle est venu inaugurer cet ouvrage pharaonique qui continue à tourner, au rythme des marées, fournissant du courant à 225 000 habitants… C’est au cours du XIXe siècle qu’était née l’idée d’aménager l’estuaire de la Rance. En 1897, l’ingénieur civil L. Pilla-Deflers, avait exposé au préfet d’Ille-et-Vilaine, un projet en vue d’utiliser le flux et le reflux des marées comme force motrice…

barragerance

Accéder aux ressources

 

1992 : Phébus 1 est raccordée au réseau

14 juin 1992 : pour la première fois en France, des militant·e·s des antinucléaires pionniers militent pour le déploiement des énergies renouvelables en France et raccordent au réseau électrique une installation solaire photovoltaïque : la centrale Phébus 1, financée par des actionnaires citoyens. Pour Hélène Gassin, consultante en politiques locales de l’énergie, ex-commissaire de la Commission de régulation de l’énergie, il est important de se rappeler “le rôle crucial des pionniers et pionnières qui ont inventé des solutions et prouvé par la rigueur qu’elles étaient souhaitables.” 30 ans plus tard, la France compte près de 15 GW d’installations solaire photovoltaïque raccordées. Histoire à suivre…

capture-decran-2022-08-09-a-16-21-12

Accéder aux ressources


Article publié sur le CLER.

Consulter la source

 énergie
 énergies renouvelables
 électricité
 éolien
 hydraulique
 chaleur solaire

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     énergie
     énergies renouvelables
     électricité
     éolien
     hydraulique
     chaleur solaire