Un opérateur énergétique local et une Coopérative Carbone pour atteindre les objectifs du Plan Climat

 

Lors du Conseil de Paris du 9 juillet dernier, la Ville a présenté sa volonté de créer un futur opérateur « Énergies de Paris » et une Coopérative Carbone. Présentation de ces deux outils qui devront contribuer à l’atteinte des objectifs du Plan Climat en 2030 et la neutralité carbone en 2050.

Lors du dernier Conseil de Paris, Dan Lert, Adjoint à la Maire en charge de la transition écologique, du Plan Climat, de l’eau et de l’énergie, a présenté deux instruments sur lesquels la ville travaille depuis plusieurs mois, inspirés par l’expérience d’autres territoires : « Énergies de Paris », un opérateur énergétique local, et une Coopérative Carbone territoriale. Ils auront notamment pour objectifs de favoriser la production d’énergies renouvelables (ENR), en particulier localement, d’accélérer la rénovation des bâtiments et d’encourager les projets bas-carbone, afin de rester en phase avec les objectifs fixés par le Plan Climat.

Les objectifs du Plan Climat pour 2030

  • - 35 % d’énergie consommée ;
  • 45 % d’énergies renouvelables et de récupération dans la consommation, dont 10 % produites localement.

Énergies de Paris : un nouvel opérateur au service des énergies renouvelables (ENR)

La Ville de Paris souhaite se doter de son propre opérateur énergétique territorial, comme l’ont fait plusieurs collectivités en France et en Europe (lien externe). Nommé Énergies de Paris, il aura un triple objectif : soutenir et développer les énergies renouvelables, favoriser une offre locale d’électricité renouvelable abordable et soutenir la rénovation énergétique du bâti.

Cet opérateur disposera de plusieurs leviers pour soutenir le déploiement des ENR. Il pourrait contribuer à nouer des partenariats territoriaux, pour répondre aux besoins en ENR de la ville en complément des sources locales. Le modèle de la Société d’Économie Mixte (SEM) est envisagé pour Energies de Paris, lui permettant de financer de projets d’ENR, sur et en dehors du territoire parisien, grâce aux revenus générés par les centrales implantées à Paris, à l’instar d’Île-de-France Énergies dont la Ville de Paris est actionnaire. Il pourrait aussi accompagner l’investissement participatif en facilitant les projets citoyens sur le territoire et en ouvrant aux citoyen·nes le capital de projets d’ENR soutenus par la Ville. Enfin, la Ville de Paris participe depuis trois ans à un projet auquel Énergies de Paris pourrait prendre part, visant à créer des « circuits courts » où les territoires « excédentaires » en électricité renouvelable pourraient en vendre aux territoires « déficitaires ».

Si de nombreuses offres « 100 % renouvelables » existent sur le marché, la Ville de Paris souhaite créer grâce à ce nouvel opérateur une offre locale, garantissant une meilleure traçabilité de l’énergie consommée, une plus grande stabilité des prix et une meilleure qualité de service. Permise par un dispositif d’achat groupé, cette offre pourrait être associée à un service d’accompagnement à la réduction des consommations.

Le nouvel opérateur pourrait participer au financement des projets de rénovation énergétique. Aujourd’hui, la SEM Île-de-France Énergies peut proposer des prêts à taux réduit grâce au mécanisme de tiers-financement. Énergies de Paris viendrait soit développer ce service, soit devenir partenaire de l’opérateur régional.

Si les objectifs de ce nouvel opérateur sont identifiés, les instruments dont il disposera pour les atteindre restent donc à définir et plusieurs pistes sont à l’étude pour aboutir à une délibération sur sa création lors d’un prochain Conseil de Paris.

Une Coopérative Carbone parisienne

L’objectif de neutralité carbone implique la compensation des émissions résiduelles, conformément au triptyque « éviter, réduire, compenser ». Le Plan Climat avait mentionné dans cette perspective la création d’un opérateur local de compensation carbone. Il devra faciliter le financement des projets de transition écologique mais aussi mieux réguler la compensation carbone. Le projet Coopérative Carbone territoriale, qui devrait être opérationnelle en 2022, s’appuie sur un travail de réflexion mené avec la Métropole du Grand Paris, l’ADEME et La Rochelle, qui a lancé sa propre Coopérative en décembre 2020. La forme d’une Société Collective d’Intérêt Collectif (SCIC) avec la Métropole du Grand Paris est envisagée.

L’objectif est de créer une plateforme locale de financement, avec d’un côté des porteur·euses de projets, dont la qualité environnementale serait reconnue, et de l’autre des entreprises, organisateur·rices de grands évènements, institutions ou citoyen·nes qui souhaiteraient compenser leurs émissions, en s’assurant d’éviter le greenwashing. Parmi les financeurs on trouverait le comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, qui visent la neutralité carbone.

La Coopérative Carbone combinerait plusieurs dispositifs pour soutenir le financement de projets bas-carbone locaux (projets forestiers, rénovation thermique des bâtiments, agriculture durable, végétalisation, économie circulaire…) :

Au-delà de la mise en relation des acteur·rices, elle agira comme un tiers de confiance et proposera son expertise et un véritable accompagnement aux porteur·euses de projets et financeurs, en mesurant l’impact environnemental réel des projets et en s’assurant de leur transparence et leur rigueur tout en identifiant les pistes de valorisation économique possible pour les projets.

Si la Ville rappelle que la compensation doit rester le dernier recours pour les émissions résiduelles non compressibles, elle porte l’ambition avec cette coopérative de la rediriger vers des projets locaux aux bénéfices environnementaux garantis. Voici deux outils de plus – avec Énergies de Paris – dans l’arsenal de la politique climatique parisienne qui, s’ils sont approuvés par le Conseil de Paris, devront contribuer à l’atteinte des objectifs ambitieux du Plan Climat.

 

Pour aller plus loin 

Retrouvez les objectifs du Plan Climat

 

 

Actualité publiée sur APC
Consulter la source

Crédit photo : marc-verhille

 énergie
 énergies renouvelables

Auteur de la page

  • APC Cécile Gruber

    Directrice de la Communication

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     énergie
     énergies renouvelables