Stéphane Gagnat, président d’OGGA : « Une vision humaniste de la Smart home pour qu’elle profite au plus grand nombre »

Rédigé par
Vincent ROUSSEAU

Responsable UX/UI Design

1820 Dernière modification le 31/10/2018 - 09:17
Stéphane Gagnat, président d’OGGA : « Une vision humaniste de la Smart home pour qu’elle profite au plus grand nombre »

Alors que les spécialistes projettent un chiffre de 30 millions de logements connectés en France à l’horizon 2019 pour un marché de la Smart home estimé à 6 milliards d’euros, OGGA est en train de faire sa place parmi les acteurs de ce secteur auprès des promoteurs et des bailleurs sociaux. Un développement que la société doit à ses convictions, sa politique d’écoute et ses solutions innovantes et performantes.


Elles sont portées par Stéphane Gagnat, co-fondateur et président d’OGGA…


Sur quelles fondations reposent la philosophie d’OGGA ?
Stéphane Gagnat : A l’origine de notre entreprise, il y a un constat : Toutes les technologies de maîtrise des logements sont destinées aux personnes n’ayant financièrement pas forcément besoin de faire des économies d’énergie, alors que ceux pour qui ce serait une nécessité n’ont pas les moyens d’y avoir accès.

Le deuxième axe fondateur était la volonté de mettre au point un système avec une petite brique d’intelligence artificielle très simple à utiliser pour l’occupant et également très simple à poser pour l’installateur. Nous avons matérialisé cette intuition en réfléchissant à un système auto-apprenant qui s’adapte tout seul aux habitudes de la fameuse Madame Michu et qui lui permette de faire des économies, tout en garantissant que personne n’ait besoin de venir dans son appartement pour le programmer.

Comment s’est structurée la société ?
Stéphane Gagnat : A la base OGGA ce sont de 3 associés : Laurent Oger, Patrice Bouchand et moi-même. Nous nous sommes rencontrés en 2000 et globalement ce qui nous a uni dès le début était en quelque sorte cette logique sociale. C’est une volonté sincère de chercher comment être attentif à notre prochain. Il s’agit d’un élément qui tient une place centrale dans notre démarche. L’équipe s’est d’ailleurs construite naturellement autour de ces valeurs humaines, du respect de l’autre, de la qualité. C’est pour cette raison que l’on ne vend pas un produit marketing, mais un produit efficace et robuste. Pour preuve, notre première solution est toujours d’actualité et continue d’être vendue et installée. Nous n’étions pas du tout sur une logique de monter une entreprise à vocation start-up car dès le début nous nous sommes inscrits dans une logique de cycle de vente long du promoteur et des bailleurs en leur apportant de la confiance et un produit industriel.

L’écoute des bailleurs et des promoteurs pour que la solution s’adapte simplement à leurs besoins.

Comment s’est imposé ce choix de vous tourner vers une cible professionnelle ?
Stéphane Gagnat : Tout simplement en réalisant que pour faire bénéficier de notre technologie au plus grand nombre, il fallait s’ouvrir aux promoteurs immobiliers et aux bailleurs sociaux. Nous nous sommes donc rapprochés de ces 2 segments : Des promoteurs nationaux, des bailleurs importants en région, majoritairement à Lyon, et on a tout simplement été proposer et annoncer ce que l’on voulait faire. Cela nous a permis de recueillir leurs souhaits et leurs envies. Et c’est forts de ces retours, que nous avons développé notre solution Eco-Touch. 

Quelles étaient les attentes de ces 2 marchés ?
Stéphane Gagnat : Les promoteurs avaient majoritairement le besoin de pouvoir respecter les aspects réglementaires, comme l’affichage des consommations dans les logements. Jusque-là ils y répondaient soit avec des appareils qu’ils trouvaient onéreux et sans valeur pour l’utilisateur du logement, soit avec des systèmes estimatifs sur Internet. On a donc intégré pour eux l’aspect compteur d’énergie réglementaire. Cette contrainte était également importante pour les bailleurs, mais pour ce marché nous avons dû peaufiner notre compteur d’énergie pour qu’il aille bien au-delà de ce que recommande l’ADEME.Pour cette cible-là, l’idée était vraiment d’offrir un produit et un outil qui soit le plus transparent possible afin que les occupants puissent, non seulement, suivre leurs consommations en temps réels, mais aussi qu’il indique lorsqu’ils passaient en surconsommation. La technologie disparaît donc au profit d’un service à périmètre variable et qui, du coup, va s’adapter à l’habitant. C’est la vocation d’Eco-touch : Un occupant qui n’a pas la culture ou le souhait de s’en occuper, va malgré tout avoir un logement intelligent qui va s’autoprogrammer en fonction de ses habitudes pour que ses consommations lui coûtent le moins cher possible tout en ayant le niveau de confort qu’il souhaite. Et si la personne veut aller un peu plus loin, elle va pouvoir consulter ses consommations en étant alertée lorsqu’il y a des anomalies. Elle pourra même aller jusqu’à piloter à distance ses volets, par exemple. « Les Français sont sensibles à l’efficacité énergétique et au logement intelligent »

La Smart Home est un sujet dont on parle beaucoup actuellement. (...) Lire Plus

Article publié sur Ogga
Consulter la source

Partager :