Sense-city: un démonstrateur pour étudier la ville de demain et se préparer aux changements climatiques

3636 Dernière modification le 23/12/2019 - 09:32
Sense-city: un démonstrateur pour étudier la ville de demain et se préparer aux changements climatiques

Cet article fait partie d'un dossier thématique
Retrouvez tous les articles du dossier ilots de chaleur

Pour se rendre compte de l’îlot de chaleur urbain, il faut vivre au cœur des villes en été. Il commence à faire chaud, la température monte, Météo France émet des messages d’alerte. Les appartements commencent à chauffer le jour et peinent à se rafraîchir la nuit. La situation dure et les nuits sont de plus en plus chaudes à l’intérieur des appartements non climatisés. Même lorsque la canicule est finie de nombreux appartements restent chauds surtout lorsqu’ils sont bien isolés. L’îlot de chaleur urbain est provoqué par le rayonnement solaire et l’inertie thermique : la pierre de la ville est chauffée de jour par le soleil écrasant et reste chaude toute la nuit, surtout en période anticyclonique provoquant la quasi absence de vent. Au-delà du phénomène bien connu, les analyses scientifiques montrent que toutes les situations ne sont pas les mêmes : certains quartiers sont plus chauds que d’autres, certains appartements sont également plus chauds que d’autres (Pinson et al 2015). Ces petits degrés d’écart d’un quartier à l’autre, d’un appartement à l’autre sont essentiels pour la santé humaine. Des études montrent également que la mortalité lors des périodes de canicule pourrait être liée au niveau local de pollution (Benmarhnia et al 2018). Par ailleurs, les différents modèles météorologiques prévoient une augmentation de la fréquence, de la durée et de l’intensité des épisodes de canicule sur l’ensemble de la planète, en France et aussi sur les principales zones urbaines françaises dont Paris (Lemonsu et al 2014).

La chambre climatique Sense-city, située au cœur de la cité Descartes à l’Est de Paris, est un équipement d’excellence financé par l’ANR en vue d’étudier le métabolisme urbain et d’œuvrer pour l’adaptation des villes au climat de demain. Hangar climatique de 400m² et de 8m de haut, monté sur rail, Sense-city permet de recouvrir l’un de deux espaces où sont contruits des mini-villes bardées de capteurs permettant d’étudier les échanges thermiques, les pollutions de l’eau, de l’air et des sols, les nouveaux matériaux et les aménagements urbains sous différents climats programmés. Il est ainsi possible de programmer 1, 2 ou 3 semaines de canicule et d’étudier l’impact de la canicule sur les échanges thermiques et sur la pollution de l’air ainsi que l’efficacité des aménagements urbains pour lutter contre les épisodes de canicule ou encore l’état de ces aménagements après une longue période de canicule. La première mini-ville comporte un cycle de rue, un batiment R+1, un chalet de bois et une maison en matériaux biosourcés. La deuxième mini-ville, en cours de conception, comportera une rue canyon bordée d’arbres pour étudier les échanges hydriques et thermiques sous différents climats. Sense-city accueille des chercheurs pour faire des expérimentations spécifiques ainsi que des industriels qui souhaitent tester capteurs, matériaux, isolation, mobilier urbain ou mur végétalisé sous différentes conditions climatiques.

Rédigé par Anne Ruas, Coordinatrice Equipex Sense-City, IFSTTAR-Marne-la-Vallée.

    • Benmarhnia T, P. Beaudeau, 2018, Les villes et la canicule  : se préparer au futur et prévenir les effets sanitaires des îlots de chaleur urbains. Bull Epidémiol Hebd. 2018;(16-17):354-7. http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2018 /16-17/2018_16- 17_6.html
    • Lemonsu A., A.-L Beaulant, S. Somot, V. Masson, 2014 : Evolution of occurrences of heat waves over the Paris basin (France) in the 21st century, Climate Research, 61, 75-90, doi :10.3354/cr01235.
    • Pinson L., A. Ruas, V. Masson, K. Chancibault, 2015,  Une meilleure connaissance et estimation du risque caniculaire en zone urbaine dense. AIC 2015, Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 6p, 2015. hal-01485205

Cet article fait partie d'un dossier thématique
Retrouvez tous les articles du dossier ilots de chaleur

Partager :