RT 2012 à RE 2020 : la transition se prépare

RT 2012 à RE 2020 : la transition se prépare

Dans un contexte de lutte contre les changements climatiques, d’optimisation de l’utilisation des ressources et des matières premières, la prochaine réglementation sera environnementale. Pour rappel, la RT2012 prend essentiellement en compte le volet énergétique des constructions neuves, avec une sensibilité aux impacts environnementaux moins marquée que le sera la prochaine RE2020. Celle-ci affinera autant le volet énergétique de la RT2012 que se consacrera au volet carbone pour toutes les phases de vie du bâtiment (conception, construction, exploitation et déconstruction).

Les façons de construire et d’habiter devront donc s’adapter, être étudiées, repensées pour s’aligner sur les objectifs des prochaines réglementations environnementales, dans la mesure ou là RE2020 marque sans doute la première étape d’un processus d’intégration de nombreuses évolutions : concevoir des bâtiments sains pris en compte « collectivement » dans l’îlot / le quartier, connectés et liés aux usages. Ces  nouveaux indicateurs à venir dans la prochaine RE2020, vont influencer les approches de conception, construction et exploitation des bâtiments de demain. Il convient dès lors de déterminer concrètement sur quels points les changements seront apportés et bénéficier des premières expérimentations pour donner sens à la RE2020.

Le présent article vise à apporter quelques clarifications et les différents éléments importants à anticiper et prendre en compte.

Une expérimentation pour anticiper

L’expérimentation E+C- met en avant l’efficacité énergétique et la sobriété sur le plan carbone :

  • le volet « Energie » de l’expérimentation E+C- anticipe la RE2020 en se basant sur 4 niveaux de performance.[1]
  • le volet « Carbone » comporte 2 niveaux de qualification. Le référentiel E+C- indique les éléments à prendre en considération dans la détermination du niveau « carbone ».
©Certivea

L’expérimentation E+C- doit calibrer la prochaine réglementation environnementale RE2020. Dès lors, les premières expérimentations doivent permettre de retenir des tendances et d’établir de premiers points de référence, selon les objectifs visés.

Pour prévoir une application soutenable dans la RE2020 par l’ensemble de l’écosystème de la construction (à savoir les bureaux d’étude, les négoces, les constructeurs, les équipementiers, les industriels, les constructeurs etc…), il faut pouvoir s’assurer que les systèmes constructifs ainsi que les surcoûts qui y sont reliés ne soient pas pénalisants pour l’ensemble des parties prenantes.

A ce titre, le volet carbone permet d’introduire un regard réglementaire novateur sur le choix, dès la conception, des matériaux de structure comme d’enveloppe.

 

La mutualisation des services

Les réseaux décentralisés de refroidissement ou de chaleur peuvent allier performance énergétique avec les critères environnementaux.

« Dans E+C-, comment atteindre le niveau Carbone 2 ? » BATIACTU 

Facette nouvelle pour beaucoup, analyser l’ensemble du cycle de vie ainsi que les usages des équipements devient une étape indispensable (du moins dans l’expérimentation E+C-). De même, sur le volet énergie, l’expérimentation cherche à valoriser la production d’énergies renouvelables, ce qui introduit d’une part la question de l’autoconsommation de l’énergie produite associée à la sobriété des usages énergétiques.

Qu’il s’agisse de maisons individuelles, logements collectifs ou bâtiments tertiaires, les réglementations à venir encourageront la mutation de l’ensemble du secteur vers des constructions à bilan énergétique et carbone sobre.

L’expérimentation en chiffres : où en sommes-nous ? (MAJ 10/2019)

L’expérimentation E+C- représente nécessairement un certain effort à engager en termes de nouveaux savoir-faire, coûts, technique, financement par rapport aux constructions récentes basées sur la RT 2012.

De ce fait, le nombre total d’opérations comptabilisées attribuant des niveaux Energie et Carbone reste limité au regard de l’ensemble du secteur de la construction.

L’observatoire bâtiment énergie carbone recense l’ensemble des opérations E+C- émises sur le territoire de la métropole, et au mois d’octobre 2019, l’observatoire indique avoir passé le cap des 1000 opérations E+C-.

Site de l'observatoire Bâtiment à Énergie Positive & Réduction Carbone

L’essentiel des bâtiments labellisés E+C- ont atteints les niveaux E2-C1, ce qui représente pour le volet énergie un gain sur les consommations énergétiques de 10% par rapport aux exigences de la RT2012 [2].

Il ressort que peu d’opérations ont abouti à des niveaux maximaux combinant E4 et C2. Cela peut s’expliquer par le défi d’associer le niveau d’énergie E4 (ayant recours aux énergies renouvelables) au niveau carbone C2 directement impacté par la stratégie énergétique retenue.

De plus, la faible attribution du niveau C2 peut en partie être liée au manque de données environnementales encore disponibles (de nombreuses valeurs sont alors prises par défaut dans l’Analyse de Cycle de Vie).

Ces chiffres incluent aussi les opérations n’ayant pas abouti à l’attribution des niveaux d’exigence minimaux Energie ou Carbone (i.e. : il s’agit d’opérations cherchant à se familiariser avec la démarche E+C-). Ces opérations sont donc référencées par l’observatoire avec l’attribution des niveaux E0 ou C0.

Le tableau ci-dessous présente la répartition des niveaux attribués aux différentes opérations menées à terme, visant le label E+C-.

Répartitions des niveaux Energie (E) et Carbone (C) des expérimentations E+C-
 

Un premier bâtiment certifié E4C2

Le bâtiment de bureaux LowCal, situé à proximité de Montélimar, est le premier ouvrage tertiaire a avoir obtenu le niveau E4C2, soit la note maximale délivrée dans l’expérimentation E+C-. A ce titre, le bilan énergétique est négatif, la consommation étant inférieure à la production garantie par les panneaux solaires installées sur la toiture. Les procédés de construction, d’isolation, l’absence de systèmes de chauffage fixe et de climatisation ont aussi permis d’attribuer le niveau de performance C2 au projet.

Plus de détails

 

Emmanuel ACCHIARDI, Sous-Directeur de la Qualité et du Développement Durable dans la Construction, à la DHUP a déclaré :

« Les ACV sont basées sur les données regroupées dans la base Inies à partir des fiches de déclarations environnementales et sanitaires (FDES) pour les produits de construction et les profils environnementaux produits (PEP ecopassport®) pour les équipements électriques, électroniques et génie climatique. Or, en cas de données manquantes, l’Etat a fixé des valeurs par défaut très surestimées. Les industriels ont tout intérêt à renseigner ces fiches pour que les ACV soient basées sur des données fiables et réelles » [3].

L’intégration du volet environnemental de la prochaine réglementation au fur et à mesure dans la construction neuve, permettra d’affiner progressivement les données et de procéder à des analyses de cycle de vie toujours plus représentatives des impacts environnementaux réels.

 

Le passage de la réglementation thermique RT2012 à la réglementation environnementale RE2020 doit permettre de valoriser dans les constructions neuves l’utilisation d’énergies renouvelables ainsi que l’empreinte environnementale (dite carbone) de l’ouvrage. L’expérimentation E+C-, encore hétérogène sur l’ensemble du territoire, fixera des points de référence de ce que sera la prochaine RE2020 grâce aux premiers retours d’expériences.

A ce titre, le choix des systèmes constructifs des bâtiments, l’isolation, les équipements servant à l’exploitation sont autant d’éléments à prendre en compte dès maintenant pour anticiper au mieux les changements réglementaires à venir. Ces choix, fortement associés à la maîtrise des (sur)coûts formeront les bâtiments de demain.

 

A ce titre nous rassemblons dans le questionnaire ci-après les retours d’expériences des promoteurs/constructeurs qui ont participé (ou pas) à des projets intégrant l’expérimentation E+C-.

Les premiers retours indiquent déjà des tendances intéressantes. N’hésitez pas à participer, nous publierons les résultats sous peu.

 

Sources :

L’article RT 2012 à RE 2020 : la transition se prépare est apparu en premier sur Cercle Promodul / INEF4.

 

Article publié sur Promodul
Consulter la source

 RT2012
 RT2020
 bas carbone
 efficacité energétique
 bâtiments
 réglementation

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     RT2012
     RT2020
     bas carbone
     efficacité energétique
     bâtiments
     réglementation