Résidence A’docks - Le Havre, une nouvelle vie pour les conteneurs

residence-adocks

Le concept imaginé aux Pays-Bas et mis en oeuvre pour la première fois en France avec la Cité A’Docks au Havre a permis, notamment, d’augmenter dès la rentrée 2010 l’offre en résidence étudiante au Havre

Les révolutions technologiques et industrielles ont longtemps contribué au développement des conceptions architecturales et urbaines. Aujourd’hui, suite aux constats alarmants qui marquent nos territoires, notamment avec la forte présence des espaces urbains polluants au détriment du paysage naturel, les conceptions architecturales et urbaines misent sur la valorisation et le respect de l’environnement, à travers des conceptions économes en énergie mais également confortables pour l’usager et le site qui l’accueille.

Ainsi, de nombreuses réflexions ont vu le jour, parmi elles celle de l’économie des matières premières à travers la récupération et la valorisation. Une des formes les plus intéressantes permettant cette économie énergétique en architecture utilise les containers maritimes comme espaces de vie. Né aux Pays Bas, ce concept se développe actuellement dans d’autres pays européens, mais également en Amérique du Nord.

Ce caisson métallique dédié principalement au transport des marchandises devient, aujourd’hui, un outil des plus intéressants dans la construction. En effet, la réhabilitation des containers métalliques participe fortement à l’émancipation du développement durable en architecture. L’utilisation de ces derniers minimise les dépenses en terme de matières premières en utilisant un volume existant, permet d’éviter les nuisances des chantiers en proposant des modules préconçus et réduit les dépenses énergétiques relatives au transport des matériaux vers le chantier. Le container fait également preuve de respect de l’environnement par la possibilité de recyclage de l’acier qui le constitue, contrairement aux constructions classiques.

Offrant différentes dimensions et donc différentes surfaces, variant entre 6 et 27 m², le container permet une modularité intéressante en utilisant les volumes appropriés à la surface du projet ou en combinant différents volumes pour des programmes plus imposants. Tout ceci démontre la pertinence de ce concept dans l’exploration des possibilités constructives à la fois économiques et respectueuses de l’environnement.

L’architecte italien Alberto Cattani fait partie de ces concepteurs explorateurs ayant tenté de développer des conceptions architecturales via l’utilisation des containers maritimes. Son projet de réalisation de logements étudiants du Havre en France, démontre la faisabilité technique et architecturale dans l’utilisation de ces caissons métalliques.

Baptisée « Résidence A’Docks », la cité universitaire se caractérise par une rapidité d’exécution ayant permis une réduction conséquente des dépenses, et propose actuellement des logements finement conçus sur une surface moyenne de 25 m². Ces modules superposés sur quatre niveaux s’organisent autour d’un jardin intérieur commun, offrant un cadre attractif pour l’étudiant.

Le caractère industriel de ces containers n’a pas été dissimulé mais plutôt accentué en proposant une architecture brute. Cet aspect est souvent occulté dans d’autres projets, tandis qu’Alberto Cattani propose une valorisation du concept en évitant d’envelopper le bâti, mais aussi, en dissociant les containers afin de marquer visuellement l’aspect industriel mais néanmoins environnemental du projet.

L’intérêt de cette cité universitaire repose non seulement sur le caractère relatif au recyclage, mais propose une possibilité de densification selon le besoin, et une mobilité des modules permettant le déplacement des containers ou du projet dans son ensemble selon la demande.

Dans un monde en mutation, l’utilisation des containers en architecture devient un atout considérable dans le développement économique et environnemental car la croissance urbaine accélérée incite à penser l’architecture autrement. Des projets tel que celui d’Alberto Cattani sont de plus en plus nombreux et contribuent à un développement durable physique mais touche également la conscience collective en incitant l’utilisateur à penser son habitat, son quartier, voir sa ville autrement.

Auteur : Reda EL JADIDI


Copyright & crédit photos : Alberto CATTANI ARCHITECTES


Paru dans A+E Architecture et environnement au Maroc N°3 – 2 T, 2014

Article publié sur Archimédia
Consulter la source

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes