Repenser l’architecture à grande échelle avec le nouveau Bauhaus européen et le mouvement Unisson(s) 1/2

Rédigé par
Amandine Martinet - Construction21

Journaliste

1796 Dernière modification le 05/04/2023 - 11:51
Repenser l’architecture à grande échelle avec le nouveau Bauhaus européen et le mouvement Unisson(s) 1/2

 

L’impact environnemental de la conception de bâtiments n’est pas nécessairement une fatalité : plusieurs initiatives, en France mais aussi hors les frontières, ont vocation à provoquer la réflexion et ouvrir les discussions entre les parties prenantes du secteur pour changer les pratiques sur le long terme. Le New European Bauhaus (NEB) et le mouvement Unisson(s) pour une architecture bas carbone et du vivant en sont deux exemples éclairants : en quoi consistent-ils, et comment sont-ils liés ? Les réponses avec un entretien de deux de leurs représentants.   

Partie 1 : Un échange sur la dimension européenne d’Unisson(s) avec Claire Chabrol, architecte membre du mouvement.

Construction21 : En quelques phrases, en quoi consiste pour vous le projet du nouveau Bauhaus européen ? Comment le définiriez-vous ? 

Claire Chabrol : Le Nouveau Bauhaus tire son origine du Bauhaus d’Etat, mouvement international pour l’architecture, l’art et le design fondé en 1919 par l’architecte Walter Gropius. Sa vocation était  alors de questionner et transformer les pratiques existantes autour d’une devise, “L’art et la technique, une nouvelle unité”. 

Le nouveau Bauhaus européen (NEB), lancé en 2020 par Ursula von der Leyen au sein de la Commission européenne, part d’un postulat similaire, en créant un espace de collaboration entre architectes, ingénieurs, concepteurs, scientifiques, étudiants… Dans le but de répondre aux enjeux de notre époque : quelle esthétique, quelle culture architecturale voulons-nous créer autour des questions de transition environnementale ? En d’autres termes, comment allier design et durabilité ?

 

Quel regard portez-vous sur cette initiative ?

CC : Le NEB porte à la fois une vision et créé aussi des groupes d’action pour travailler sur les sujets évoqués. Entre autres, le NEB Lab permet d’ancrer le mouvement par des actions concrètes en favorisant la mise en réseau d’acteurs impliqués dans une volonté de transformation des pratiques. 

C’est ce que nous faisons également au sein du mouvement Unisson(s) en portant un message politique et en sensibilisant les parties prenantes, pour fédérer, encourager et promouvoir tous les acteurs des filières s'engageant pour une architecture décarbonée. 

 

C’est donc ainsi que le mouvement Unisson(s) s’inscrit en adéquation avec le concept du NEB ?

CC : Ce qui rapproche également Unisson(s) et le nouveau Bauhaus européen, c’est cette volonté d’agir à différentes échelles. Nous développons un mouvement itinérant dans toute la France, qui porte aussi une ambition d’expansion à l’échelle européenne

Créer un art de vivre qui allie la durabilité et la bonne conception.

En France, l'un des défis actuels est celui de l’anticipation des seuils de la RE2020, mais il existe aussi des enjeux de transformation des pratiques au niveau de l’Europe. Comme l’énonce Ursula von der Leyen, l’ambition est de : « Créer un art de vivre qui allie la durabilité et la bonne conception ». Les grands principes d’Unisson(s) se retrouvent eux aussi à l’échelle européenne : nous avons besoin de décarboner nos pratiques, composer autrement avec les bons matériaux, consommer moins d’énergie, revoir le lien au vivant…

Par quel biais comptez-vous donner cette dimension européenne, voire internationale, au mouvement Unisson(s) ? 

CC : Unisson(s) a été pensé avec de multiples formats, à la fois physiques et numériques. Nous avons écrit un livre, réalisé un film, organisons des conférences, des ateliers de co-conception et des visites… Tout cela est facilement duplicable et réplicable à l’échelle européenne. C’est là tout l’intérêt : si nous voulons diffuser les bonnes pratiques, nous avons besoin d’imaginer des formats qui permettent à nos sujets de prendre de l’ampleur.

Un exemple concret : notre film documentaire a été sous-titré en anglais. 

Lire aussi : À découvrir : le film Unisson(s) pour une architecture bas carbone et du vivant

Nous avons aussi récemment candidaté au concours 2023 du NEB, qui a pour vocation de faire remonter les initiatives des différents pays de l’Europe sur les problématiques que évoquées plus tôt. Si nous parvenons à être lauréats de cet appel à projet, nous souhaitons dupliquer notre démarche française à l’échelle européenne. 

 

Quelles pistes pour parvenir à cette décarbonation des pratiques, en France comme en Europe ? 

CC : Si nous voulons construire bas carbone, il est absolument nécessaire de territorialiser les pratiques. Il existe un cadre européen législatif avec notamment l’Accord de Paris, le Green Deal ou pacte vert pour l’Europe, le « Fit for 55 »… Dans cette continuité, nous avons en France la RE2020, mais aussi la loi Climat et résilience, la loi AGEC, la SNBC, etc. pour atteindre des objectifs de neutralité carbone. 

Il s’agit aujourd’hui d’entrer dans l’opérationnel en se dotant des outils méthodologiques et des modes d’action pour parvenir à atteindre les objectifs ambitieux fixés. 

L’ADN d’A4MT et de l’IFPEB, qui portent le mouvement Unisson(s), est d’être dans des projets de transformation passant par l’action. C’est pour cela que nous nous déplaçons dans les CAUE et Maisons de l’architecture et construisons ces itinérances avec eux : nous devons réfléchir ensemble pour transformer les pratiques puis agir. On ne le répétera jamais assez, la formation et la sensibilisation des acteurs représentent une grande partie du travail à faire pour concevoir une architecture décarbonée. 

 

Quels sont les prochains grands rendez-vous d’Unisson(s) en ce sens ? 

CC : Pour commencer, les productions numériques vont se poursuivre, avec un nouveau site internet pour le mouvement prévu dans le courant du premier semestre 2023, avec l’objectif de diffuser à grande échelle non seulement les travaux d’Unisson(s), mais aussi des ressources contenant les outils et bonnes pratiques à destination des acteurs du secteur de la construction. 

Le livre Unisson(s) va également être édité dans l’année, avec des clés de décryptage de la RE2020, des leviers de conception bas carbone… 

Enfin, notre tour de France va continuer dans plusieurs régions, avec entre autres, des discussions thématiques, des ateliers de co-design et la diffusion du film Unisson(s). 

Partager :