« Redéfinir le progrès », quatrième journée du festival Building Beyond

La 4ème édition du festival du bâtiment Building Beyond, qui a pour titre "La décennie décisive", se tient du 20 au 25 Septembre 2021.

La journée du 23 septembre sera dédiée à la place du progrès dans notre société. Quelle place les sciences et les technologies, historiquement associées au progrès, joueront-elles dans la construction des grands récits de la transition environnementale ?  Comment découpler croissance et impact environnemental ? Le physicien et philosophe Étienne Klein, des scientifiques, des entrepreneurs… et un humoriste vous invitent à en débattre.

Participer en présentiel à Leonard:Paris (Paris 12e)

Participer en ligne

Qu’est-ce que le progrès ?

Le progrès a guidé les évolutions de nos sociétés et nos villes. D’un côté, le progrès a apporté de nombreux bénéfices aux populations : gain en confort de vie, gain en temps (par exemple : temps de déplacement, temps pour faire des tâches), baisse des tâches pénibles, etc. De l’autre, nos modes de vie et nos choix techniques ont un impact négatif certain sur l’environnement et les écosystèmes : les progrès de l’agriculture ont porté atteinte à la biodiversité et à la qualité des sols, les progrès sur la mobilité ont engendré une forte pollution de l’air, etc. De fait, une partie de la population ne semble plus être convaincue des bienfaits du progrès.

Mais de quoi parlons-nous exactement ? Qu’est-ce que le progrès ? Historiquement, cette notion est associée aux sciences et aux technologies. Ainsi, dans l’imaginaire collectif, le progrès relève plutôt du high tech. Mais est-ce la seule définition possible de cette notion ? Dans la construction, les biosourcés, le préfabriqué, le hors site figurent à la pointe des usages. Mais tous ces modes ne relèvent pas de technologies nouvelles, certains font même appel à des techniques traditionnelles.

Selon le dictionnaire Larousse, la notion de progrès désigne le « fait d’avancer vers l’avant », une « amélioration » ou encore une « évolution régulière de l'humanité, de la civilisation vers un but idéal ». Or, le récit structurant de notre civilisation est en pleine mutation, sous l’effet de la crise écologique et climatique. Héritiers d’un idéal urbain de confort et d’abondance, nous nous sommes mis à la recherche d’une ville écologique, respectueuse de l’environnement et de ses habitants. Ce changement de paradigme donne l’opportunité de construire de nouveaux récits autour de la notion de progrès. Quelle sera la place de la technologie dans ces nouveaux récits ? Pourra-t-elle nous mener sur la voie de la transition écologique, énergétique et bas carbone ?

Le témoignage de Thierry Ménissier : « L’avenir est gros d’inquiétudes, mais également de promesses »

Thierry Ménissier est philosophe et Responsable de la chaire éthique & IA à l’Université Grenoble Alpes. Il interviendra lors de la conférence « 5G, véhicules autonomes, éoliennes, IA : qu’est-ce qui rend les technologies acceptables… ou pas ? » (voir programme ci-dessous).

« La philosophie apporte des précisions éthiques et politiques sur les concepts utilisés, même les plus concrets. En ce sens, elle peut apporter beaucoup à la redéfinition du concept de progrès. Nous entendons par « progrès » quelque chose de complexe, d’ambitieux. Cette notion remonte à la période industrielle, à la pensée de Saint Simon. Elle met en relation les forces de la nature, les procédés de la science et de la technique, en vue de bien-être de la société. Or, ce bien-être passe par des exigences d’équité sociale et politique.

Le principal souci du concept d’innovation est qu’il ne reprend pas ces éléments. Nous avons une innovation débarrassée des préoccupations humanistes. Se pose alors la question suivante : quelles sont les finalités et valeurs qui sous-tendent telle ou telle innovation ? La philosophie peut et doit aider à résoudre cette interrogation. Je suis persuadé qu’un dialogue philosophique doit s’établir avec les concepteurs. Cette position n’est pas si courante : souvent, la philosophie a une position de surplomb mais ne se mêle pas aux ingénieurs.

La crise environnementale offre une opportunité de repenser notre approche du progrès et de l’innovation. L’humain ne réagit que quand il se trouve en grande difficulté : nous ne changerons pas tant que notre survie ne sera pas en jeu. Cette crise doit nous permettre de réintroduire des exigences environnementales dans notre société. Cependant, il ne faut pas négliger non plus le souci social. Nous devons nous poser des questions telle que : « qui produit, qui est dominé ? », « quels droits doit-on reconnaitre aux producteurs dominés », etc. S’il y a bien une prise de conscience générale sur la dimension environnementale aujourd’hui, le social encore est oublié pour le moment.

C’est pourquoi je propose le concept de « recevabilité » des innovations et non plus d’« acceptabilité ». La « recevabilité », telle que je la définis, intègre une forte dimension citoyenne et participative, avec une éthique citoyenne (voir mon livre Innovations, une enquête philosophique ou encore mon blog Tumulti e Ordini). Elle permet d’aborder à la fois les enjeux environnementaux et sociaux de notre époque.

Nous pouvons compter sur les nouvelles générations pour porter ce renouveau conceptuel. Aujourd’hui les jeunes gens ont des revendications énormes en termes d’éthique et d’environnement. Ils sont plus exigeants envers leurs futurs employeurs. Cela pousse les entreprises à changer. L’avenir est certes gros d’inquiétudes, mais également de promesses, grâce à ces générations. »

Une journée Building Beyond dédiée au progrès et à sa redéfinition

Programme de la journée :

  • 10h - 11h : « Faire progresser l’idée de progrès »
  • 11h30 - 12h30 : « Défi climatique : comment construire des villes bas carbone pour tous ? »
  • 14h - 15h30 : « Voyager à l’heure des limites planétaires »
  • 16h30 - 17h30 : « Transition écologique : réussir la conversion de l’économie et des métiers »
  • 18h30 - 20h : « 5G, véhicules autonomes, éoliennes, IA : qu’est-ce qui rend les technologies acceptables… ou pas ? »

Participer en présentiel à Leonard:Paris (Paris 12e)

Participer en ligne

Le festival Building Beyond est organisé tous les ans par Léonard, plateforme de prospective et d’innovation du groupe VINCI. Cette année, l’édition du festival est dédiée à la décennie 2020-2030, dite “décennie décisive”. Il s’agira de revenir sur les enjeux centraux de la crise climatique, de faire le lien avec d’autres enjeux sociétaux tout aussi importants (tel que le vieillissement de la population et des infrastructures) et de montrer qu’il est possible d’adapter les villes et territoires d’ici 2030. Le festival se tiendra du 20 au 25 septembre, n’hésitez pas à vous inscrire sur www.buildingbeyond.fr !

Sur place ou en ligne
23/09 - 23/09/2021
 innovation
 progrès
 villes et territoires
 urbanisme
 aménagement

Auteur de la page

  • Leonard / Matthieu Lerondeau

    Head of Communications & Communities, Leonard

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     innovation
     progrès
     villes et territoires
     urbanisme
     aménagement