[Dossier Hors-site] # 27 - Recyclage des déchets en phase construction

L’industrie de la construction, comme tous les autres secteurs industriels, s’engage dans l’ère de la décarbonation. L’amélioration de la “productivité matière” est un levier fortement contributif et largement sous-estimé. Dans le cadre de ce dossier spécial, nous ouvrons quelques pistes de réflexions sur le sujet.

Une transition choisie est mille fois préférable à une transition subie.

La rénovation thermique des bâtiments a été mise très haut dans l’agenda du plan de relance. Cela contribuera de façon significative aux objectifs de baisse des émissions des Gaz à Effet de Serre en France. Cela ne doit pas faire oublier les autres devoirs de l’industrie de la construction sur la réduction de ses émissions. La procrastination aurait des conséquences importantes, obligeant le secteur plus tard à opérer des rattrapages difficiles à encaisser. Il vaut mieux agir maintenant. 

Il est temps d’accélérer !

Le Haut conseil pour le Climat conseillait d’ailleurs en début d’année aux industries manufacturières et de la construction d’investir pour “accélérer leur rythme de baisse des émissions et être compatibles avec les attentes de cette décennie". Au-delà̀ de la sortie de crise actuelle, cela impose aux dirigeants du secteur la construction d’intégrer des objectifs environnementaux contraignants dans le pilotage de leur activité.

Le miracle n’existera pas

Intégrer les objectifs de la SNBC dans le pilotage de son entreprise, cela revient à trouver 7 à 8 % de réduction des émissions par an (et ça tous les ans pendant 10 ans…). Le miracle n’existera pas. On ne trouvera probablement pas tout d’un coup en 2049 la révolution constructive qui effondrera les émissions du secteur. En tout cas, tout miser sur ce pari serait d’une légèreté coupable. 

C’est une somme d’actions de progrès qui permettra d’atteindre cet objectif. Le challenge sera de simplifier, coordonner et piloter ces actions.  Mettre la productivité matière comme un sujet central de sa feuille de route est sans doute le bon choix à faire.

 

 La productivité matière au cœur de la feuille de route de réduction des émissions 

Si on regarde les bilans carbone des bâtiments, tels qu’ils sont prévus dans la future réglementation RE2020, il ressort de l’expérimentation E+C- qui a été menée que les matériaux et équipements sont responsables entre 65 et 85% des Emissions de Gaz à Effet de Serre d’une construction neuve*. On ne peut donc pas passer à côté d’un focus particulier sur les matériaux. 

Pour calculer la contribution des matériaux aux émissions de Gaz à effet de serre dans les analyses de cycle de vie, on multiplie les quantités de ces matériaux par leurs impacts environnementaux (leurs “facteurs d’émissions”).  Apparaissent donc de facto deux grandes voies pour parvenir à réduire les émissions. 

On peut étudier et chercher des procédés et des matériaux dont le facteur d’émission est plus faible. Le rôle de la R&D est alors majeur. Les expérimentations se développent d’ailleurs sur la construction bois, les bétons bas carbone, la construction Hors-Site. Leur contribution sera essentielle…sauf que d’ici qu’elle soit significative, il faudra du temps et on n’en a pas trop.

 

Réduire dès maintenant les quantités de matériaux sur les chantiers

L'autre moyen de réduire la contribution des matériaux aux émissions de Gaz à Effet de Serre, c’est de réduire les quantités utilisées et donc d’améliorer la productivité matière. Avec des plans d’action qui permettent de réduire les quantités utilisées aujourd’hui de 10%, les émissions baissent “automatiquement” de 7%. Les coûts aussi…

L’enjeu c’est donc de permettre aux concepteurs, et aux architectes de concevoir avec l’éclairage de cet impact. Le développement du numérique prend une nouvelle valeur : celle de permettre aux acteurs impliqués dans la conception des bâtiments d’accéder facilement et rapidement à ces nouveaux types d’arbitrages CO2/Euro.

Un autre levier pour réduire les quantités de matériaux utilisés, c’est aussi de mieux évaluer les quantités de matériaux qui sont nécessaires. Lors de la phase de conception, les quantitatifs sont parfois (souvent…) établis avec des ratios. Rares sont les ratios qui sous-estiment les quantités utiles. Se mettre dans une logique de sobriété, c’est changer aussi la façon de “métrer” : prévoir la quantité au plus juste et éviter de gaspiller. Là encore, le numérique a un rôle à jouer en introduisant de nouveaux outils plus performants. 

Comme toute introduction de nouveaux process, cela nécessitera bien sûr de mettre en place un pilotage de projet spécifique et d’impliquer les opérationnels dans ces changements, de les former et d’agir sur la collaboration entre services.

Last but not least, …les déchets

Le dernier volet de la productivité matière c’est de s’attaquer aux déchets.

Développer la sobriété en conception réduit mécaniquement leur quantité. Mais il est nécessaire également de regarder ce qu’il se passe du côté du processus des commandes. Souvent, parce qu’arrêter un chantier par manque de matériaux a des conséquences importantes (sur l’organisation, le planning et les coûts), on voit, au moment du passage des commandes, un “gonflement” des quantités prévues dans les métrés pour se sécuriser. 

Et souvent, tout ou partie de ces “surplus” passe ensuite en déchets. Une étude réalisée sur la maison individuelle** montre que les taux de déchets des matériaux de second œuvre sont bien supérieurs au taux prévu dans les fiches FDES : 7 à 10% sur les plaques de plâtres au lieu de 5%, presque 20% sur le carrelage au lieu de 3%… Une partie de ces déchets vient des “sur-commandes”.

Revenir aux taux de déchets prévus dans les fiches FDES c’est gagner 4/5 points en moyenne sur la consommation de matière et donc plus de 3% des émissions réelles. 3% c’est la moitié de l’objectif annuel de réduction. C’est loin d’être négligeable.

 

et le développement de l’économie circulaire

Mener des actions de productivité matière, c’est agir pour réduire les quantités de matières consommées par un chantier. C’est aussi permettre de développer l’économie circulaire par un meilleur tri des déchets et une meilleure organisation des flux de traitement. L’économie circulaire permet de réduire l’extraction de matières nouvelles en réinjectant de la matière recyclée dans la production des matériaux ou en réemployant des matériaux de seconde main dans des chantiers nouveaux. Elle participe donc activement à l’amélioration de la productivité matière à la racine : réduire la pression sur la matière extraite (45% des matières extraites en France servent à la construction). La valorisation de cette action clé dans la feuille de route de réduction des émissions carbone. Là encore, numérique et traçabilité seront clé pour la réussite.

 

La productivité matière, un sujet riche et fortement contributeur qui devient stratégique.

Les organisations qui s'efforceront de construire une culture autour des valeurs de sobriété et durabilité auront finalement un grand avantage sur celles qui ne le font pas. 

Les dirigeants, en s’emparant de l’amélioration de la productivité matière peuvent permettre à leur entreprise de challenger ses process, de les digitaliser avec des bénéfices tangibles, de réduire ses consommations matières et donc ses coûts, et bien sûr de développer des victoires rapides sur la baisse des émissions.  

L’apprentissage de la sobriété matière par tous les acteurs de l’entreprise est un beau challenge prometteur, très “Lean” dans l’esprit. Cela mériterait un article entier… 

Adopter une approche “Green/ Lean & Digital” est sans doute un des paris business le plus sûr du moment.

 

*source ADEME - Expérimentations E+C-
** Etude AFLEYA/GEODE Environnement

 

Article signé Dominique Renard-Brazzi, gérante d'AFLEYA

www.afleya.com

 

Consulter l'article précédent :  # 26 - La rénovation en pratique

 


           

Dossier soutenu par

Rector, Construction, Hors-Site

 

Construction Hors Site, construction durable ?

Retrouvez tous les articles du dossier

 Construction Hors-Site, construction durable ?

 Crédits photos : Dominique Renard-Brazzi

 

 

 

 

 

 Dossier Hors-site
 Hors-site
 Bâtiment
 RE2020

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Dossier Hors-site
     Hors-site
     Bâtiment
     RE2020