« RECUPERTE » : un projet de recherche destiné à valoriser collectivement et territorialement la chaleur fatale

Le projet RECUPERTE est réalisé au sein du laboratoire “Environnement Ville Société” (UMR 5600 EVS – Lyon – Saint-Étienne).

Coordonné par Laurence Rocher, il mobilise une dizaine de chercheurs et plusieurs étudiants qui s’intéressent aux flux et aux circulations des matières, de l’énergie et des déchets.  Lancé en Janvier 2019 pour une durée de trois ans, le projet RECUPERTE a fait l’objet d’un financement de l’Agence nationale de la Recherche (ANR-18-CE05-0009).

La recherche porte sur une analyse territoriale des solutions existantes de récupération de la chaleur fatale dans le but de la valoriser collectivement ; c’est-à-dire au sein d’un réseau de chaleur et/ou de froid.

Trois sources de chaleur fatale sont étudiées : les services dits « urbains » (incinération des déchets, assainissement), les installations industrielles (raffinerie, métallurgie, numérique) et les installations nucléaires.

Ce projet de recherche s’intéresse aux aspects organisationnels, juridiques et cognitifs de la récupération de chaleur. L’équipe de recherche étudie plusieurs cas réels dans la région Hauts-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes..

Elle travaille en collaboration avec un comité d’orientation composé d’experts du domaine des réseaux de chaleur et/ou de froid : Association AMORCE, le Cerema, le SNCU, les Directions Régionales Hauts-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes de l’ADEME ainsi que plusieurs collectivités territoriales : la Métropole européenne de Lille, la Métropole du Grand Lyon, la ville de Rive de Gier.

Article publié sur Cerema - Réseaux de chaleur
Consulter la source

 réseau de chaleur
 chaleur fatale
 énergies renouvelables
 énergies
 déchets

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     réseau de chaleur
     chaleur fatale
     énergies renouvelables
     énergies
     déchets