Re-MED: Une collaboration à travers la Méditerranée pour créer des filières de recyclage et réemploi des matériaux de construction

Re-MED: Une collaboration à travers la Méditerranée pour créer des filières de recyclage et réemploi des matériaux de construction

 

Le projet trans-Méditerranée RE-MED a pour objectif de développer le recyclage des matériaux de construction pour la conception routière. Réunissant des partenaires Italiens, Tunisiens, Libanais et Français, ce projet d’envergure piloté par le Cerema vise à mettre en place des filières de recyclage et de réutilisation des granulats en travaillant sur toutes les étapes de la chaine de production.

La question de la disponibilité des matériaux, notamment des granulats qui après l’eau sont la deuxième ressource la plus consommée au monde, est prégnante aujourd’hui dans de nombreux pays, dont la Tunisie et le Liban. Les enjeux de transition écologique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre doivent aussi être pris en compte : le recyclage et le réemploi des matériaux de construction est désormais une priorité.

Dans ce contexte, le projet partenarial RE-MED a pour objectif d’initier le marché des déchets du BTP dans les pays méditerranéens, et de mettre en place une filière pour les granulats recyclés en construction routière. Ces matériaux peuvent tout à fait remplacer en partie les matières premières, car leurs caractéristiques sont comparables.  

 

Des transferts réciproques de connaissances


Lancé en septembre 2020 RE-MED est un programme ambitieux, qui permet à l’ensemble des partenaires de se nourrir des expériences et connaissances des autres. Piloté par le Cerema, il est financé dans le cadre du programme "IEV CTFT Bassin Maritime Méditerranée" de coopération transfrontalière cofinancé par l’Union européenne dans le cadre de l’Instrument Européen de Voisinage.
Il réunit huit partenaires aux compétences complémentaires, et associe de nombreux acteurs :

  • Acteurs académiques pour le transfert des connaissances
  • Des entreprises de construction routière qui réutilisent les granulats recyclés,
  • Les différentes parties prenantes.

Les partenaires :

  • France : Cerema (Porteur du projet), Dynedoc
  • Italie : Université de Palerme
  • Tunisie : Centre d’Essais et des Techniques de la Construction, Ministère de l’Environnement, Afrique Travaux
  • Liban : Ministère de l’Environnement, Syndicat Libanais des entrepreneurs des Travaux Publics, American University of Beyrouth.

Depuis 2020, les partenaires du projet ont réalisé un état de l’art dans chacun des quatre pays afin de recenser les méthodes et actions en matière de recyclage des matériaux de construction. Ce travail partagé avec les partenaires au cours de séminaires d’échanges, a notamment fait apparaître la diversité des contextes et des pratiques, parfois dans un même pays. Les résultats ont été valorisés dans cinq publications scientifiques à comité de lecture.

Des visites d’installations de recyclage ont permis de partager les connaissances et les modes de faire, qui se complètent. Par exemple, la visite d’une unité italienne a montré qu’on peut réintégrer directement les granulats dans le béton.
Des formations à destination des partenaires ont été organisées pour présenter les enjeux, les leviers d’action, les expériences acquises.

A l’issue de ce travail, des recommandations ont été formulées pour favoriser le réemploi, afin d’alimenter les réflexions autour de la future réglementation.
 


Mettre en place des conditions pour le développement de filières de réemploi

 


Pour permettre de développer des filières pérennes de recyclage des matériaux de construction, plusieurs difficultés étudiées dans le projet RE-MED doivent être résolues. En amont, les déchets doivent être collectés pour être réutilisés : il faut donc limiter les dépôts sauvages, ce qui pose la question du modèle économique pour pouvoir les récupérer et les traiter. Le projet RE-MED comporte un volet destiné à proposer des modèles économiques viables aux autorités nationales.

Une application participative pour smartphone a aussi été développée pour permettre aux utilisateurs de photographier les dépôts sauvages et de partager la photo géolocalisée aux gestionnaires à travers une plateforme en ligne RE-MED Community.

Un cadre normatif doit aussi définir dans quelles conditions les granulats doivent être recyclés et réutilisés : un volet du projet RE-MED consiste à proposer des textes réglementaires, pour la rédaction des marchés publics en intégrant des objectifs de recyclage, pour la réglementation nationale (par exemple la Tunisie envisage d’imposer une proportion de matériaux recyclés pour la construction des routes), ou pour la normalisation afin d’encadrer l’emploi de ces matériaux.

Un travail sera réalisé pour définir l’acceptabilité environnementale et les conditions de recyclage des matériaux utilisés : en effet, les matériaux et les méthodes de dimensionnement des routes diffèrent d’un pays à l’autre, en fonction des matériaux disponibles. Le Cerema a mené en France les travaux avec les différentes filières pour concevoir des guides sur l’acceptabilité environnementale des matériaux recyclables en technique routière, qui seront adaptés pour la Tunisie et le Liban à travers le projet RE-MED.


Une route démonstratrice va être mise en œuvre en Tunisie sur une route nationale, dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère de l’Equipement et de l’Habitat, signé par le directeur général du Cerema Pascal Berteaud le 17 août 2022. Cette route intégrera des granulats recyclés à partir de différents matériaux et à différentes concentrations (au moins 20%), et sera équipée de capteurs posés dans la route, ce qui permettra de suivre le comportement des matériaux même après la fin du projet prévue en septembre 2023.

Au-delà du suivi des matériaux recyclés, ces capteurs donneront des indications plus générales sur le comportement d’une route avec différents composants soumise à de fortes chaleurs.

Afin de partager les connaissances à ce sujet, des ateliers à destination des maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises seront organisés. 

Enfin, des appels d’offres ont été lancés début 2022 pour mettre à niveau et construire des installations de traitement des déchets de construction. Au total trois installations seront construites ou mise à niveau : 1 au Liban et 2 en Tunisie. Une des installations tunisienne fournira les granulats recyclés nécessaires à la construction de la route expérimentale.

 

Le cadre du projet

 

  • Programme : Coopération transfrontalière avec les pays méditerranéens dans le cadre de l’Instrument Européen de Voisinage (IEV) ENI CBC MED (Programme IEV CTF "Bassin maritime Méditerranée" 2014-2020)

Appel à projet stratégique

  • Budget : 3.084.250 € (90% financés par l’union européenne)

 

Actualité publiée sur Cerema actualité
Consulter la source

 construction
 matériaux
 recyclage
 réemploi
 BTP
 déchets
 chantier

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     construction
     matériaux
     recyclage
     réemploi
     BTP
     déchets
     chantier