Quels logements pour les Parisiens à temps partiel ?

L’Institut des hautes études pour l’action dans le logement (Idheal) vient de lancer un nouveau sondage sur le thème « Quel logement pour les Parisien(ne)s à temps partiel ? ». En collaboration avec l’agence d’architecture et d’urbanisme Majma, lauréat du concours « Faire Paris 2020 », le lab de l’Étude Cheuvreux et le Pavillon de l'Arsenal, ce do-tank s’attache à cerner les contours d’une nouvelle demande de logements, celle des Parisiens et des habitants de régions (ils sont déjà très nombreux) qui viennent travailler à Paris quelques jours seulement par semaine et qui ont élu domicile ailleurs, à la ville ou à la campagne.

 La pandémie en a multiplié le nombre. Certains sont partis, beaucoup y pensent, tout en gardant un pied à Paris ou alentour. Pour nombre d’entre eux, le séjour dans la capitale est souvent compliqué et couteux, parfois tout simplement trop impersonnel à l’hôtel ou pas très intime, chez les autres. Cette fois-ci, ce n’est pas uniquement l’espace qui se partage, c’est aussi le temps d’occupation d’un logement, qui serait mutualisé entre plusieurs colocataires : l’un viendrait les lundis, le deuxième les mardis et jeudis, un troisième les vendredis… Reste à dessiner les contours juridiques de ce bail d’habitation d’un nouveau genre dont l’objet n’est plus le partage d’un espace (colocation) mais le partage du temps de cet espace, afin de permettre un loyer divisé en nombre de nuitées à une adresse fixe.

« Le développement du télétravail et l’efficacité des infrastructures de transport permettent une vie partagée entre un 

 

Actualité publiée sur Business Immo (Logement)
Consulter la source

 villes et territoires
 urbanisme
 Paris
 foncier
 télétravail

Autres actualités

Plus d'articles

Sur les mêmes thèmes

 villes et territoires
 urbanisme
 Paris
 foncier
 télétravail