Précarité énergétique : Lille accompagne les locataires du parc privé

Rédigé par
CLER La rédaction

Rédaction

984 Dernière modification le 15/02/2018 - 10:56
Précarité énergétique : Lille accompagne les locataires du parc privé

Depuis 2013, le programme SLIME a permis d’accompagner plus de 15 000 ménages en précarité énergétique. Il est aujourd’hui mis en œuvre par 35 collectivités, comme à Lille où la Ville pilote un dispositif depuis novembre 2015 pour organiser la lutte contre la précarité énergétique sur son territoire.

A Lille, près d’un quart de la population est touché par la précarité énergétique, cumulant faibles revenus et mauvaise qualité thermique des logements, il s’agit en majorité de locataires du parc privé (65 %). La Ville a donc souhaité développer des modalités d’actions propres à ce public, plus difficile à accompagner et pour lequel il existe aujourd’hui moins de solutions.

En effet, si les politiques publiques couvrent davantage la cible des propriétaires occupants, il existe peu de dispositifs adaptés aux locataires privés qui représentent près de 30 % des ménages touchés par la précarité énergétique en France. Les freins sont nombreux et il est nécessaire d’obtenir l’adhésion du bailleur pour engager des travaux. Pour dépasser ces obstacles, la Ville s’est tournée vers la médiation entre locataire et bailleur privé via une expérimentation co-construite avec l’association logement GRAAL.

Des travaux dans les logements insalubres

A l’issue du travail de mobilisation des acteurs de proximité pour repérer les ménages en précarité énergétique, la ville propose des visites à domicile réalisées par l’association GRAAL permettant la réalisation de diagnostics sociotechniques et l’orientation des ménages vers une solution durable et adaptée après la visite. Pour les locataires du parc privé, l’association propose un accompagnement spécifique incluant des actions de médiation avec le bailleur : prise de contact, présentation du diagnostic, préconisations de travaux, information sur les aides, aides à la réalisation de devis et au montage de dossiers de financement.

Les équipes du SLIME lillois ont également eu la chance de pouvoir s’appuyer dans certains cas sur les services communaux d’hygiène et santé (SCHS). Intervenant chez les ménages sur des questions de salubrité, ces acteurs ont la possibilité d’exiger des bailleurs privés proposant des logements insalubres qu’ils fassent des travaux. La mise en œuvre de la médiation a permis dans ces cas-là d’accompagner les bailleurs dans leurs démarches et de les amener vers des travaux plus performants.

82 locataires en précarité énergétique

La Ville de Lille a repéré, diagnostiqué et orienté 82 locataires en précarité énergétique, dans le cadre du programme SLIME. Parmi eux 61 ont bénéficié de l’action de médiation, débouchant sur 21 projets de travaux, en cours de réalisation. Les bailleurs ont été globalement satisfaits du dispositif, la moitié d’entre eux ont indiqué qu’ils n’auraient pas réalisé de travaux sans la médiation. Si l’argument principal les ayant poussés à agir est l’accès à des aides financières (département, ville, Anah), l’expérimentation a montré que les conseils techniques apportés, l’accompagnement technique renforcé (demande de financement, recherche d’artisans) et l’implication du locataire jouent également un rôle important dans la prise de décision.

En 2018, la Métropole Européenne de Lille souhaite poursuivre cette action en étendant le dispositif SLIME à son territoire dans le cadre de son Programme d’Intérêt Général. L’action de médiation sera poursuivie par le GRAAL et d’autres opérateurs à destination des locataires du parc privé de la métropole.

 

Article publié sur CLER - Actualités
Consulter la source

Partager :