[Dossier Quartiers Bas Carbone] #14 - Pour un renouvellement urbain du Quartier Sud de Choisy-le-Roi, sobre et décarboné

  • par Luc SIMONOT
  • /
  • 2020-01-27 12:30:10
  • /
  • France
  • /
  • 4311
[Dossier Quartiers Bas Carbone] #14 - Pour un renouvellement urbain du Quartier Sud de Choisy-le-Roi, sobre et décarboné

Le projet de renouvellement urbain porté par l'EPT Grand-Orly Seine Bièvre s’inscrit dans une démarche globale d’innovation s'articulant autour de trois axes : la co-construction par le numérique et la réalité virtuelle, la réduction du coût global environnemental des opérations et l'innovation pédagogique ; à l’échelle du Quartier Sud de Choisy-le-Roi (94) et en étroit partenariat avec le NPNRU voisin de la commune d’Orly. Dans cet article, Luc Simonot, en charge du développement économique et durable du projet, présente et détaille le second axe de cette démarche d'innovation et les outils accompagnant la réalisation d'un projet de renouvellement urbain sobre et décarboné.

POURQUOI :

Une nécessité de changer de regard, vers une vision collective et durable de l’aménagement

Portée par une vision responsable et ambitieuse de l’aménagement et du développement durable, la Ville de Choisy-le-Roi a formulé et affirmé sa volonté de soutenir l’exemplarité environnementale dans les projets aux côtés de Valophis Habitat, souhaitant approfondir et partager leurs connaissances sur les questions autour du coût global environnemental, de la préservation des ressources naturelles et des solutions fondées sur la nature en ville dans les nouveaux projets d’aménagement, respectueux de l’environnement. Le réseau de chaleur géothermique a également cristallisé les réflexions de par les opportunités d’extension du réseau thermique d’énergie naturelle et renouvelable (profitant de la performance énergétique des nouveaux programmes) ainsi que par les économies réalisées par les foyers équipés dans ces quartiers (augmentant directement leur reste pour vivre). Dans la continuité des études inscrites dans le protocole de préfiguration des deux NPRU de Choisy-le-Roi et d’Orly avec l’ANRU (cf. étude AMO Développement Durable, enfouissement des lignes haute tension, inscription à la labellisation EcoQuartier), les deux villes ont souhaité s’inscrire dans une démarche d’innovation partenariale volontaire, en étroite collaboration avec les centres scientifiques et techniques spécialisés (CSTB, CERIB, etc.) ainsi qu’avec les réseaux de start-up et PME gravitant autour des clusters présents sur le territoire (Eau-Milieux-Sols et Matériaupole). La poursuite d’une collaboration partenariale et des réflexions initiées par les villes s’est traduite dans le cadre d’ateliers de créativité permettant aux collectivités d’identifier les leviers de réduction de l’impact environnemental des opérations d’aménagement programmées et l’émergence de solutions opérationnelles poursuivant les mêmes objectifs, de préservation et de valorisation des ressources naturelles (cf. étude d’optimisation du cycle de l’eau et stratégie de collecte/valorisation des eaux pluviales à l’échelle du Quartier des Navigateurs).

 

COMMENT :

De nouveaux outils techniques de modélisation au service de l’aide à la décision

Le coût global environnemental est un sujet majeur émergeant ces dernières années dans la réflexion des collectivités et entreprises dans les projets de construction, de démolition et de réhabilitation. Pour mesurer l’impact environnemental, l’équipe-projet et le CSTB ont identifié une batterie de six indicateurs permettant de quantifier les potentiels gains énergétiques et réduction de l’impact environnemental des opérations. Parmi ces indicateurs, l’énergie grise est définie par la quantité d’énergie nécessaire au cycle de vie d’un matériau ou d’un produit, de sa production, à son recyclage en passant par son extraction, sa transformation, sa fabrication, son transport, sa mise en œuvre, son utilisation, son entretien. C’est par la mesure et la comparaison d’un état « existant » par rapport à différents scénarii d’un état « projet » que le travail réalisé a permis d’identifier des leviers de réduction pertinents pour à terme mieux prendre en compte cette problématique dans la mise en place de dispositifs opérationnels liés à la construction ou la démolition dans les quartiers en renouvellement.

La démarche expérimentale de Choisy le Roi, en étroit partenariat avec la ville d’Orly, prend place en premier lieu sur le grand ensemble des Navigateurs et réfléchit à un projet vertueux en termes environnemental. « Vertueux » signifie alors plusieurs choses :

  • Un projet à faible consommation d’énergie pour les ouvrages et les aménagements,
  • Un projet à faible impact carbone,
  • Un projet de quartier assurant une gestion collective et publique des eaux de pluie collectées,
  • Un projet de quartier qui s’adapte au dérèglement climatique par un retour de la Nature en Ville
  • Un projet transversal et partenarial qui fait émerger les enjeux autour de la prise en compte des impacts environnementaux et sensibilise le plus grand nombre, d’élus, d’habitants comme de techniciens aux problématiques de durabilité des opérations d’aménagement.

La démarche est accompagnée par le CSTB pour la modélisation du processus à l’échelle intercommunale des quartiers des Navigateurs d’Orly et de Choisy-le-Roi (cf. « ZOOM étude CSTB »). Ces dernières modélisations ont ainsi permis, en faisant varier différents leviers de réduction des impacts environnementaux du projet, de définir 5 postes d’intervention inscrits dans le NPNRU et des préconisations environnementales permettant de d’atteindre les objectifs fixés (cf. « MEMO » ci-après). 

 

Ainsi, les réhabilitations pourront faire l’objet de choix de matériaux vertueux, spécifiquement d’isolants, tels que les matériaux biosourcés, ou « écomatériaux », issus de filières « locales ». Les travaux de réhabilitations devront ainsi atteindre à minima un niveau BBC Renovation 2009.

L’étude a permis de considérer les « déchets » issus des déconstructions comme des « ressources », réutilisables ou réemployables dans les aménagements futurs, les mobiliers dans l’espace public, etc. Un diagnostic ressource a été réalisé sous pilotage du Groupe Valophis et tend à flécher les matériaux valorisables et les pistes de réemploi/réutilisation sur site. Complémentairement à cette volonté de valorisation des ressources issus des déconstructions, une plateforme de réemploi intercommunale (Orly / Choisy-le-Roi) est à l’étude dans le but d’accompagner la démarche de réemploi, de revalorisation des matériaux dans les aménagements et de sensibilisation à destination du Grand Public. Ainsi, les aménagements réalisés à l’échelle du quartier seront précisés dans le cadre d’une étude sur la programmation des espaces publics, cohérente avec les enjeux environnementaux identifiées dans la Charte de Développement Durable du NPNRU et une démarche appuyée de co-construction du projet avec les usagers. Ainsi, les typologies d’enrobés pourront être questionnées, le réemploi de gravats pour les nouvelles voiries et la réutilisation des sujets arborés abattus pour du mobilier urbain et en amendement des sols seront favorisés, comme la maximisation d’espaces verts, de pleine terre et perméables pour la gestion alternative des eaux pluviales.

Concernant les constructions neuves, d’immeubles résidentiels tout premièrement, les procédés constructifs (bois ou mixte bois/béton) ainsi que les matériaux mis en œuvre devront permettre d’atteindre des niveaux de performance équivalents E3-C1, voire E3-C2 lorsque possible, en préfiguration de la nouvelle RE2020. De la même manière pour l’équipement socio-culturel et les équipements public au sens large, le coût environnemental de ces opérations devra être minimisé au regard des investissements et aides sollicitées auprès de la Région Ile-de-France dans le cadre de l’Appel à Projet 100 Quartiers écologiques et innovants (100QEI). Une attention particulière a également été portée sur la collecte et valorisation des eaux pluviales à l’échelle du quartier, en lien avec la construction de ce nouvel équipement public, dans le but de mettre en place durablement une gestion collective et publique d’un bien commun : l’eau.

Aussi, la rédaction d’une Charte portant sur la qualité architecturale et urbaine du NPRU sera réalisée, intégrant les objectifs de la labellisation EcoQuartier et d’autres prescriptions incitant les futurs aménageurs à poursuivre cette démarche de renouvellement urbain décarbonné, assurant ainsi la durabilité des opérations du quartier et l’amélioration générale du cadre des vie de ses habitants.

Cette démarche d’innovation poursuivie dans le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) ANRU + a été nommé, à de nombreuses reprises, lauréat d’appels à projet de l'ADEME, de la Région et l'ARS récompensant les volontés opérationnelles d’inscrire durablement le quartier dans une logique de sobriété des nouveaux équipements et logements.  A cela s’ajoute la poursuite d’une démarche d’adaptation des espaces publics dans une logique d’urbanisme favorable à la santé et de retour de la Nature en Ville.

ZOOM sur les modélisations et ACV « échelle quartier » réalisées par le CSTB :

Modélisations, ACV, résultats et conclusions de la démarche de quantification

> Gain de presque 600 tCO2eq/an en utilisant le réseau urbain en comparaison d’un scénario fictif 100 gaz (scénario 2 vs scénario 3).

> Les bâtiments rénovés ont un impact sur le changement climatique moindre par rapport aux constructions neuves, de -40 à -50% sur la base des résultats exprimés en m² de SDP.

> Le choix de matériaux biosourcés et d’une isolation renforcée (scénario 4 vs scénario 2) entraine une diminution de l’ordre de plus de 26% des impacts environnementaux soit près de 14 800tCO2eq à l’échelle du quartier. Pour rappel, plusieurs leviers d’actions ont été mis en place dans ce scénario tels que la mutualisation des parkings, les isolations renforcées par l’utilisation privilégiée de matériaux biosourcés et le raccordement systématique au réseau de géothermie.

« MEMO » : Rappel des objectifs d’une stratégie « développement durable » ambitieuse :

Pour rappel, les objectifs recherchés par la municipalité sont multiples car la sobriété revêt une portée à la fois environnementale (durable), sociale et politique. Ainsi peuvent-être résumés les objectifs stratégiques inscrits à la démarche du NPNRU de Choisy-le-Roi :

> Minimiser le coût global environnemental du NPNRU de Choisy-le-Roi,

> Favoriser les démarches d’aménagement vertueuses et durables d’un point de vue environnemental et du cadre de vie dans les nouveaux aménagements, démolitions, réhabilitations du patrimoine social et constructions neuves,

> Adapter les nouveaux espaces urbains par des solutions basées sur la Nature,

> Faire émerger de nouveaux leviers et démontrer leur faisabilité à des fins de reproductibilité (nouveaux procédés constructifs mixtes ou ossature bois, matériaux biosourcés, démarche de réemploi et revalorisation in situ, développement des filières locales et durables, etc.),

> Sensibilier les habitants, élus et techniciens aux enjeux du coût global environnemental et de la durabilité des ouvrages réalisés dans les opérations d’aménagement du territoire,

> Affirmer la présence publique dans les QPV au travers d’équipements publics de qualité intégrant la dimension d’exemplarité environnementale.

 

Article rédigé par Luc Simonot, chargé de mission développement économique et durable à l'Établissement Public Territorial Grand-Orly Seine Bièvre

 

Consulter l'article précédent :  #13 - Quartiers à énergie positive et à faible impact carbone : expérimenter pour aller vers une future réglementation ?


           

Dossier soutenu par

Quartiers Bas Carbone

 

Quartiers Bas Carbone

Retrouvez tous les articles du dossier

 Quartiers Bas Carbone

 aménagement
 AMO
 renouvellement urbain
 innovation
 numérique
 coût environnemental

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     aménagement
     AMO
     renouvellement urbain
     innovation
     numérique
     coût environnemental