Pierre Rampa, nouveau président des Canalisateurs

Pierre Rampa, nouveau président des Canalisateurs

Pierre RAMPA, 65 ans, a été élu à la présidence des Canalisateurs pour un mandat de trois ans, lors de l’Assemblée Générale de l’organisation professionnelle qui s’est tenue le 14 juin 2022 à la Maison des Travaux Publics. Il succède à Alain GRIZAUD, président depuis 2012.

Son parcours

Pierre RAMPA  est entré en 1979 dans le groupe familial RAMPA, qui s’est développé dans la vallée du Rhône autour de l’eau, à travers la construction des grands syndicats d’eau et des infrastructures des grandes métropoles régionales (Lyon, Marseille, Grenoble…).

Il a repris la branche hydraulique RAMPA Travaux Publics en 1985 pour la développer sur tout le quart Sud-Est. Il reste aujourd’hui au Conseil de surveillance en charge du développement et de la stratégie du groupe, dirigé depuis 2021 par la 4ème génération RAMPA.

Son engagement syndical

Passionné par les métiers de l’eau et de la canalisation, Pierre RAMPA s’est engagé sans relâche depuis une quarantaine d’années dans l’action syndicale, en particulier pour former et attirer de nouveaux talents, avec la création des premiers Bac Pro, BTS, Licence Pro en alternance, dans les années 90.

Il a présidé de 1997 à 2006, puis de 2017 à 2021, les Canalisateurs du Sud-Est (Rhône-Alpes et Paca). À la tête de la FRTP Rhône-Alpes de 2007 à 2010, il a notamment fondé l’accélérateur d’innovation INDURA dédié aux infrastructures, qu’il a présidé de 2010 à 2017.

Pierre RAMPA a déjà beaucoup œuvré avec le syndicat, en particulier pour mettre en place les Chartes Qualité des réseaux d’assainissement. Il est membre du Conseil d’administration des Canalisateurs depuis 1997.  

Sa feuille de route 2022-2025

Eau et changement climatique : inscrire la problématique de l’eau au cœur du changement climatique, en valorisant l’efficience des solutions mises en œuvre par les canalisateurs pour s’y adapter, notamment au travers de la nouvelle commission Environnement du syndicat.

Patrimoine des réseaux : continuer à tisser des relations étroites avec les institutions, élus et décideurs pour les sensibiliser à l’importance d’entretenir et de sécuriser des réseaux encore trop vulnérables, de construire des adducteurs d’eau, de mieux stocker l’eau…

Prévention sécurité et bien être au travail : inscrire la prévention sécurité comme un axe essentiel pour assurer aux personnels les conditions d’un réel bien être au travail.

Formation et attractivité des métiers : faire valoir l’attractivité des métiers des canalisateurs et renforcer l’offre de formation sur tout le territoire, pour répondre aux forts besoins en recrutement (4 000 salariés chaque année) et pour que tous les jeunes puissent se former près de chez eux.

Qualité  des travaux : intensifier les actions de la commission Label Canalisateur, gage de qualité et de sérénité pour les maîtres d’ouvrages et les maîtres d’œuvre, dans un souci d’amélioration continue.

Financement : disposer de chiffres fiables sur la commande publique pour suivre et clarifier son financement et mieux défendre les adhérents dans cette période d’inflation.

Innovation : booster l’innovation technique et faire valoir les solutions innovantes des entreprises de canalisations, échanger sur les bonnes pratiques et les diffuser auprès de tous les acteurs de leur environnement.

Travaux sans tranchée : développer cette technique qui prend de plus en plus d’importance, en diminuant les nuisances sur les chantiers urbains et en favorisant ainsi une meilleure acceptabilité des riverains.

Gaz et thermie : répondre aux nouveaux enjeux énergétiques en travaillant étroitement avec les entreprises et les donneurs d’ordre.

Le mot de Pierre Rampa 

"Ma feuille de route s’inscrit dans la continuité de l’immense travail réalisé par mes prédécesseurs, dans un esprit d’équipe et de cohésion, et en m’appuyant sur la richesse de nos délégations régionales et départementales et du réseau de la FNTP.  Je serai très ambitieux pour faire rayonner notre profession et faire valoir l’attractivité de nos métiers, qui offrent de belles perspectives de carrière dans nos entreprises qui ont un très fort besoin en compétences qualifiées. Pour répondre au défi du changement climatique, j’aurai à cœur d’inscrire nos travaux comme cruciaux pour maintenir la qualité et la pérennité des infrastructures de canalisations. Car je suis convaincu, qu’à l’heure où une sécheresse historique se profile, où la France n’est pas épargnée par la crise de la ressource en eau, nos entreprises et nos métiers auront un role essentiel à jouer."

 

 réseaux
 eau
 assainissement
 canalisations
 transition écologique
 réchauffement climatique
 environnement
 infrastructures

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     réseaux
     eau
     assainissement
     canalisations
     transition écologique
     réchauffement climatique
     environnement
     infrastructures