Performances, fiabilité et esthétisme : les revêtements de surfaces sur tous les fronts

Le sol d'un bâtiment est un système constructif complexe composé de différents éléments assemblés : chape, enduit, mortier et colle, sous-couches et revêtement. Il occupe une place centrale dans le bâtiment, puisque c'est le procédé de construction qui permet aux usagers d'y accéder, mais aussi de s'y déplacer et d'y évoluer au quotidien.

Il est à ce titre l'une des parties très sollicitées de l'ouvrage avec des enjeux forts de durabilité - il doit être résistant à l'usure, au poinçonnement et aux chocs, voire à l'eau en fonction de l'usage.

Le sol joue par ailleurs un rôle essentiel de limite entre les différents et espaces du bâtiment et doit donc pouvoir répondre aux exigences de performances acoustiques et thermiques. Enfin, étant donné que le revêtement (dernière couche visible) habille les sols, la dimension esthétique est, elle aussi, primordiale.

Au-delà de ses performances minimales et de son aspect décoratif, c'est l'usage du bâtiment qui déterminera les performances attendues du revêtement dans le cadre du projet de construction ou de rénovation. En effet, les besoins sont différents pour une galerie marchande, ou pour un logement individuel, par exemple. Le choix du système de sol et du revêtement est donc clé pour répondre aux besoins des usagers.

Des outils d'aide aux choix ont été élaborés en ce sens, pour que les prescripteurs et utilisateurs fassent un choix éclairé et optimisé. Le classement UPEC, au travers de cinq critères déterminants - U. pour Usure, P. pour Poinçonnement, E. pour Eau, C pour Chimie – a pour objectif principal d'identifier simplement un revêtement dont les performances seront adaptées aux sollicitations rencontrées dans le local.

Pour s'adapter aux évolutions du marché, le classement UPEC pour les carreaux céramiques s'est récemment enrichi de nouveaux critères spécifiques. L'option D+ - pour « Dimensionnement + » -, qui certifie la longueur, la largeur, la rectitude, l'angularité et la planéité des carreaux de grande et très grande dimension, afin de répondre à l'attente de mise en œuvre avec des joints minces (2mm). Et l'option F+ - pour « Flexion + » -, qui valide la sécurité (tenue aux chocs) et la durabilité des carreaux épais destinés à être posés sur plots, par exemple, pour les terrasses.

Mises à part les caractéristiques des produits et le choix adapté à l'usage, la préparation et la pose de ces systèmes de sols doivent être réalisées dans les règles de l'art, par des professionnels formés à cet effet. En cas de défaut de mise en œuvre, les désordres peuvent apparaître, allant d'un simple décollement du revêtement, à des pathologies plus graves.

Pour limiter les désordres potentiellement observés sur les chantiers, le CSTB dispense des formations sur les pathologies du bâtiment - notamment liées aux revêtements de sols carrelés -, et propose des éditions dédiées à la règlementation relative aux carrelages, pour un accès facilité des professionnels à ces informations.

Credit photo: Essai de résistance à la flexion sur carreau céramique - Photo : Clément Guillaume

 

Article publié sur CSTB actualités
Consulter la source

 bâtiment
 sol
 rénovation
 santé & confort

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     sol
     rénovation
     santé & confort