Numérique et réemploi : transformer le bâtiment en banque de matériaux 


Si la transition énergétique et environnementale concerne tous les secteurs d’activité, l’industrie de la construction est de plus en plus active dans la recherche de solutions innovantes et adaptées. Parmi les grands objectifs à atteindre, celui du développement de l’économie circulaire et du réemploi devient une réalité tangible. Comment mettre à profit toutes les phases du cycle de vie du bâtiment ? Comment le convertir en banque de matériaux ? 

Le réemploi : un enjeu dans la vie du bâtiment


Il est désormais admis qu’il faut limiter l’impact environnemental des infrastructures, et ce, sur l’ensemble de leur cycle de vie. En parallèle, la prise de conscience relative à la nécessité de favoriser le réemploi des matériaux s’est accélérée avec le contexte actuel de flambée du prix des matériaux de construction.

Avec une meilleure analyse du bâti, il serait possible de définir à l’avance ce que l’on conserve, ce qui doit être recyclé ou traité pour une autre utilisation. L’approche Cradle to Cradle propose ainsi la création de « passeports de matériaux » pour tous les bâtiments qui se construisent ou se rénovent. Grâce à une telle approche, le bâtiment pourrait devenir une véritable banque de matériaux. 

Pour accompagner et faciliter la mise en place de ces évolutions, les acteurs du numérique déploient un ensemble de solutions spécifiques pour le secteur de la construction.

 


Le numérique à la rescousse du réemploi
 


Des places de marché spécialisées dans la valorisation et le réemploi


Plusieurs places de marché en ligne, dédiées au réemploi des matériaux et équipements de construction ont récemment vu le jour. Parmi elles, Readymader, Looping ou encore MaterioPro. Ces plateformes collaboratives permettent aux acteurs de la construction de valoriser leurs matériaux avant démolition ou d’acheter des matériaux ou des équipements BTP pour les réutiliser en phase de construction. 

Ces solutions rendent possible ce qui nécessitait autrefois beaucoup trop de ressources. Les fabricants décrivent le potentiel de réutilisation des matériaux. Les concepteurs et les entrepreneurs de la construction indiquent comment les produits sont attachés au bâtiment pour préciser si et comment ils sont récupérables. Les exploitants précisent comment les matériaux sont entretenus

Ces solutions numériques permettent de mettre en commun et de centraliser l’ensemble des informations et des données. Les transactions sont sécurisées et la traçabilité est garantie. 


Des solutions digitales innovantes pour aider les professionnels sur les chantiers
 

Si les places de marché rendent le réemploi plus simple et accessible, une question subsiste néanmoins : comment les professionnels peuvent-il, dès le chantier, créer une base de données complète des matériaux et des composants qui pourront être réutilisés et entrer sur le marché de l’économie circulaire ?

Réalisée à la main, cette tâche semblait auparavant difficile voire impossible. Aujourd’hui, certaines plateformes numériques la mettent à la portée de tous. Grâce à elles, définir, quantifier et inventorier toutes les matières premières contenues dans le bâti devient un jeu d’enfant.
 

Cas d’usage : constituer une base de données de matériaux sur PlanRadar 

PlanRadar fait partie des acteurs qui accompagnent la digitalisation du secteur de la construction et de l’immobilier, grâce à sa solution numérique de gestion de la construction. Dans l’application, les professionnels importent les plans 2D ou la maquette BIM des bâtiments sur lesquels ils travaillent. Ils peuvent alors placer sur ces plans ou sur la maquette BIM des points précis et y ajouter un nombre d’informations illimité : description de tâches à accomplir, photos, vidéos, notes texte ou vocales. 

Parmi les nombreuses applications possibles, dans le cadre du réemploi, PlanRadar peut être utilisée par les professionnels pour répertorier l’ensemble des matériaux et composants du bâtiment, et constituer ainsi une banque numérique de matériaux. Ce suivi millimétré sera notamment très utile dans la phase de préparation de la démolition d’un bâtiment. Dans l’application, les professionnels peuvent créer une fiche inventaire des matériaux, configurable selon leurs besoins. Celle-ci pourra recenser des informations utiles pour le réemploi : par exemple l’endroit où ces matériaux se situent, leur état, leur accessibilité, la quantité disponible, etc.  Les utilisateurs de la plateforme peuvent compléter cet inventaire en ajoutant des photos et des vidéos, utiles pour rendre compte de l’état précis des matériaux. La base de données est facile à créer et peut être mise à jour en temps réel.

L’application permet de générer des rapports facilement exportables au format Excel ou PDF. Toutes les informations recueillies peuvent donc être instantanément partagées et sont stockées dans le Cloud. Cette base de données leur permettra de disposer de toute l’information nécessaire pour remettre en circulation les matériaux : il ne reste plus qu’à organiser leur réemploi sur un prochain chantier, ou leur vente, par exemple, sur une des places de marché précédemment citées. Une solution qui s’inscrit bien dans l’entrée de l’industrie de la construction dans l’économie circulaire

Conclusion

Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, le réemploi des matériaux est plus que jamais d’actualité dans le secteur de la construction. Si les défis sont connus – identification des matériaux sur le chantier avant démolition, stockage des ressources, rénovation et remise en circulation sur le marché – les solutions numériques permettent de lever de nombreux obstacles : constitution d’une banque de matériaux numérique complète, précise et partageable, mise en vente/achat des ressources sur des places de marché. A l’avenir, le marché du réemploi et le numérique vont poursuivre leur synergie fructueuse. D’ores et déjà, les plateformes de gestion des ressources font de la transformation du bâtiment en banque de matériaux une réalité.
 

Un article signé Delphine Bertaux (rédactrice web SEO), et Elsa Navaux (PlanRadar, Content Marketing Manager).


Article suivant : Réunir l'offre et la demande du réemploi c'est possible avec le numérique


Retour à la page d'accueil du dossier

 

 

Un dossier réalisé avec le soutien de : 

 DossierNumérique
 bâtiment
 matériaux et solutions
 réemploi
 économie circulaire
 ACV
 cradle to cradle
 DossierC21

Auteur de la page

  • Nancy Raoelison

    Responsable Partenariats France

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     DossierNumérique
     bâtiment
     matériaux et solutions
     réemploi
     économie circulaire
     ACV
     cradle to cradle
     DossierC21