Les objets connectés suscitent l'intérêt des parlementaires

Les objets connectés suscitent l'intérêt des parlementaires

TECHNOLOGIES. Ils se déploient peu à peu dans tous les secteurs de l'économie dont celui du bâtiment et apportent des avantages indéniables. Mais les objets connectés soulèvent également des questions. Didier Baichère, député et vice-président de l'Opecst, signe une première note qui leur est dédiée, présentée ce 22 mars 2018 au Sénat.

L'Internet des objets (Internet of things ou IoT) est une évolution qui touche tous les secteurs d'activité : santé, industrie, transports, services et désormais logement et bâtiment. Cette activité en pleine explosion représente déjà 700 Mrds € de chiffre d'affaires au niveau mondial, et, pour l'heure plus de 8 milliards d'objets sont connectés à un réseau. Mais leur nombre devrait exploser dans les prochaines années pour passer à plusieurs dizaines de milliards d'objets dès 2020 (entre 30 et 80 selon les évaluations). Une situation qui a interpellé les membres de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), présidé par Cédric Villani. Didier Baichère, député LREM des Yvelines s'est vu confier la mission de rédiger une note sur le sujet qui établit un diagnostic de la situation et formule quelques recommandations pour que les entreprises françaises ne manquent pas le coche. (...) Lire plus

Smart grid © Thinkstock photos

Article publié sur Batiactu

 Objets connectés
 Parlementaires
 Technologies
 Bâtiments
 Didier Baichère

Autres actualités

Plus d'articles

Sur les mêmes thèmes

 Objets connectés
 Parlementaires
 Technologies
 Bâtiments
 Didier Baichère