Le processus BIM et les jumeaux numériques : des champs de connaissances à explorer pour les organismes de formation aux métiers du BTP.

Rédigé par

Franck Le Nuellec

Directeur du marketing, du développement et de l'innovation

676 Dernière modification le 30/06/2021 - 09:32
Le processus BIM et les jumeaux numériques : des champs de connaissances à explorer pour les organismes de formation aux métiers du BTP.

L’utilisation des technologiques numériques et particulièrement celles liées au processus BIM, et aujourd’hui le jumeau numérique révèlent l’importance croissante de la digitalisation des métiers de la construction pour répondre aux enjeux d’efficacité, de productivité, de réduction d’impact environnemental, etc. Quels en sont les enjeux en termes d’évolution des offres de formation, de compétences pour les organismes de formation (OF) aux métiers du BTP ?

Après le Plan de transition numérique du bâtiment (PTNB), l’État français a lancé le plan BIM 2022, pour une valeur de 10 millions d’euros pour accélérer la digitalisation du secteur de la construction et booster sa compétitivité. Pour simplifier, le BIM se focalise sur la modélisation de l’information des bâtiments dès la phase de conception tandis que le jumeau numérique est axé sur la représentation virtuelle en temps réel d’un objet, d’un processus, d’un système ou d’un bâtiment (dans notre cas).

L’exploitation des données issues du processus BIM et du jumeau numérique nécessite des formations et compétences en analyse de données des chantiers

L’utilisation des maquettes numériques 3D associées au processus BIM prend de plus en plus de place dans la construction. L’objectif est de réduire considérablement la perte d’informations entre les équipes sur le chantier et le bureau d’études. À cela s’ajoute l’émergence du Building Operating System (BOS) qui permet de croiser les données indissociables du processus BIM avec celles captées sur les caractéristiques du bâtiment telles que les données de l’aération, la qualité de l’air, la luminosité interne, la connectivité, la réservation de salles, …  De son côté, le jumeau numérique s’alimente des données de construction et des plans du bâtiment provenant du BIM, ainsi que de celles d’autres capteurs, d’éclairage, d’incendie, de sécurité, d’occupation des usagers du bâtiment. Donc il y a un vrai enjeu d’articulation technique et d’interopérabilité du « BIM », du « BOS » et du « jumeau numérique » pour l’exploitation des données.

Face à cette accélération, les OFA doivent développer des formations ouvrant de nouveaux champs de compétences pour maîtriser à la fois les logicielsd’analyse, la structuration et l’analyse des données du chantier. Sur le terrain, les acteurs de la construction confirment le besoin en nouvelles compétences. Par exemple, le projet Chronsite de VINCI utilise des caméras et du deep learning (ou apprentissage profond, un type d’intelligence artificielle dérivé du machine learning (apprentissage automatique) où la machine est capable d’apprendre par elle-même) pour identifier et mesurer la durée des tâches sur le chantier de construction et optimiser la logistique en chantier. Selon Caroline REMINY, Directrice de l’ingénierie BIM au sein de VINCI Construction France, l’utilisation des jumeaux numériques dans la construction nécessite des compétences techniques et analytiques sur les données et la fabrication hors-site. Ce chantier constitue une opportunité pour les OFA, notamment en matière d’innovation et d’adaptation de leur offre de formations.

 

Le jumeau numérique peut contribuer à l’amélioration de l’impact environnemental des bâtiments

La maquette BIM combinée au jumeau numérique apporte un bénéfice écologique important grâce à la réalisation de simulations prédisant les futures pertes d’énergie, en testant l’impact des matériaux sur l’environnement, l’isolation thermique. L’objectif est d’accompagner vers une optimisation de la construction et de son usage.

De plus, l’utilisation du jumeau numérique, grâce aux données fournies par des capteurs du bâtiment, va permettre d’améliorer davantage l’empreinte énergétique pendant tout le cycle de vie du bâtiment et de réaliser des prédictions de défaillances, de modifications de fonctionnement et de maintenance des bâtiments. À l’échelle des bâtiments, les jumeaux numériques peuvent être mobilisés pour anticiper et piloter l’éclairage, la production et le stockage d’énergie, …

Ce qui par conséquent pourrait contribuer fortement à la baisse de la consommation énergétique et l’émission de CO2 des bâtiments, conformément aux exigences des réglementations en particulier la RE2020 (entrée en vigueur prévue en janvier 2022).

Or ces enjeux de transition environnementale et numérique sont au cœur des centres d’intérêt des jeunes générations. D’où l’intérêt stratégique d’avoir une approche évolutive et intelligente pour répondre à la fois aux besoins de formation des jeunes et aux enjeux de montée en compétences des entreprises du BTP.

 

Besoin d’un accompagnement ? Contactez

• Patrick PEZZINO / [email protected]
• Boubacar DIALLO / [email protected]

 

Photo on Flickr

Actualité publiée sur CCCA-BTP
Consulter la source

Partager :