SIEEEN Chaleur, premier opérateur de thermie dans la Nièvre

SIEEEN Chaleur, premier opérateur de thermie dans la Nièvre

Le SIEEEN - Syndicat Intercommunal d'Energies, d’Equipement et d'Environnement de la Nièvre - est un établissement public de coopération intercommunale, constitué de communes, syndicats mixtes fermés, communautés de communes et du Conseil départemental de la Nièvre. Depuis 1946, il met à disposition de ses collectivités un panel de compétences. Parmi celles-ci, la Régie « SIEEEN Chaleur », qui réalise des chaufferies biomasse et des réseaux de chaleur pour le compte de ses collectivités adhérentes.

La création de la Régie SIEEEN Chaleur

Dans les années 2000, alors que les réseaux de chaleur alimentés par des chaufferies biomasses étaient encore anecdotiques, quelques élus du Morvan ont décidé de valoriser une ressource locale abondante et de limiter leur recours aux énergies fossiles.

Accompagné par un programme d’aide conjointement porté par l’ADEME et le Conseil Régional de Bourgogne, une dynamique s’est mise en place. Une cellule d’animation a été créée au sein du Parc Naturel Régional du Morvan et de l’Agence Locale de l’Energie de la Nièvre pour faire émerger les projets, et des chaufferies biomasses ont commencé à fleurir dans la campagne nivernaise. Dès 2007, en parallèle de cette dynamique et sous l’impulsion d’élus moteurs, le SIEEEN a enrichi son panel de compétences en proposant aux collectivités la réalisation et le financement de chaufferies biomasses. 

En 2012, la « régie SIEEEN Chaleur » a été créée pour amplifier le mouvement naissant des réseaux de chaleur dans la Nièvre, et élargir le service rendu aux collectivités. Dès lors, il s'agissait d'une part de porter financièrement, administrativement et techniquement les projets, mais également d'exploiter les équipements et de se constituer en SPIC (Service Public Industriel et Commercial) afin de commercialiser la chaleur aux abonnés des réseaux. La création de la régie a notamment permis aux abonnés de bénéficier d'une fiscalité avantageuse sur l'achat de la chaleur grâce au caractère vertueux de la production en chaufferie.

SIEEEN Chaleur, premier opérateur de thermie dans la Nièvre

Dans un département rural comme la Nièvre, la création de chaufferies bois a vite trouvé du sens, mais l'ingénierie et les ressources financières à disposition des petites communes restent des freins majeurs à leur développement. C'est donc dans le but de faire émerger tous ces petits projets structurant pour le territoire que le SIEEEN a créé la régie de chaleur.

Modestement à ses débuts, la régie est devenue petit à petit le premier opérateur de thermie du département, elle dispose aujourd'hui de 22 chaufferies bois avec réseau de chaleur et compte autant de projets en cours d'étude ou de déploiement. Dans les territoires ruraux, sur les petits projets, là où les opérateurs privés ne se positionnent pas ou peu, le SIEEEN a su apporter une réponse et un service aux collectivités désireuses de prendre part à la transition énergétique et de renforcer leur autonomie énergétique. Le modèle s’est émancipé avec un panel de chaufferie dont la puissance va de 80 kW à 2 200 kW et des réseaux s’étendant sur 60 mètres pour le plus petit à 3 km pour le plus étendu.

La régie est composée de 7 personnes, une assistante en charge du suivi administratif et de la facturation aux abonnés, un responsable d’exploitation qui pilote le fonctionnement des installations, un responsable d’approvisionnement en charge de la production et de la fourniture du combustible, trois chargés de mission qui œuvrent au développement des projets, et un directeur chargé d’orchestrer le déploiement de la structure et la gestion des activités. Forte de cette équipe, la régie conduit les projets de l’étude de faisabilité jusqu'à la mise en service. Elle assure ensuite l'exploitation des équipements, la production et l'approvisionnement des combustibles, et la vente de chaleur aux abonnés. Une solution clé en main pour les collectivités nivernaises.

Une ressource locale riche

Dans la Nièvre, 1 hectare sur 3 est recouvert par la forêt, et le taux de boisement va même jusqu’à 50 % sur le territoire du massif du Morvan. L’émergence des réseaux de chaleur alimentés au bois tient donc aussi au bon sens des décideurs locaux qui ont vu dans cette ressource une évidence. Non seulement pour se passer des énergies fossiles, mais aussi pour maintenir une activité non délocalisable et porteuse d’emploi sur un territoire très rural. Cette logique est devenue le référentiel de la politique de développement souhaitée par les élus du SIEEEN : une ressource locale, exploitée par des entreprises locales, au bénéfice des nivernais.

Les chaufferies biomasses du SIEEEN consomment majoritairement des plaquettes de bois. Le process de transformation est relativement simple mais doit être réalisé avec soin afin d’obtenir un produit conforme à une utilisation optimale des chaudières. Des filières de production se sont peu à peu constituées, notamment un groupement d’agriculteurs qui valorise le bois bocager et avec qui le SIEEEN travaille depuis plusieurs années. Certaines communes forestières, qui ont par ailleurs confié la réalisation de chaufferies bois au SIEEEN, ont également fait le choix de produire de la plaquette de bois à partir de leur forêt. Le SIEEEN achète ainsi ce combustible directement produit sur la commune. Un circuit court très vertueux car il minimise l’impact carbone lié à la production et la livraison du combustible, mais aussi car la manne financière de cette activité reste sur le territoire de la commune.

Mutualiser les ressources pour produire des plaquettes de bois

En plus de développer des chaufferies, le SIEEEN a fait le choix de structurer sa propre activité de production de plaquette de bois. Une première plateforme de production, constitué d’un bâtiment ossature bois de 1 600 m² a vu le jour en 2018. Elle couvre l’approvisionnement de neuf chaufferies situées à l’Est du département. En 2022, dix ans après sa création, la régie a inauguré sa deuxième plateforme, elle est maintenant en capacité d’assurer la production de la moitié de ses besoins annuels de combustible bois. Toujours avec l’objectif de travailler localement, la régie achète le bois auprès d’entreprises forestières du département, et de l’Office National des Forêts, elle souhaite par ailleurs développer des partenariats avec les communes forestières situées à proximité des plateformes. La transformation du bois en plaquette est pilotée et contrôlée par la régie de chaleur, et les livraisons sont réalisées par un groupement d’agriculteurs avec qui un marché a été passé. Les deux plateformes sont situées sur des sites de production de compost, gérés par le SIEEEN. Une mutualisation des outils et des personnels a donc pu être rendue possible afin d’optimiser la gestion des sites et trouver de la complémentarité dans les activités. 

Un travail collectif et partenarial

La création de chaufferies bois est une succession d’étapes qui rassemblent un panel de compétences et d’acteurs. Le succès des réseaux de chaleur biomasse et le plébiscite de la Régie de chaleur du SIEEEN tiennent donc aussi à la structuration mise en place depuis plus de dix ans. Les collectivités désireuses de faire un réseau de chaleur ont à leur disposition les cellules d‘animation du Parc Naturel Régional du Morvan et de l’Agence Locale de l’Energie de la Nièvre pour les accompagner dans la genèse de leur projet. Le SIEEEN peut ensuite prendre le relai si la collectivité souhaite transférer sa compétence. 

Le cas échéant, la régie devient le maitre d’ouvrage de l’opération, mais la collectivité restera tout de même fortement impliquée dans le projet, en premier lieu lors de la phase de préparation et de travaux qui nécessite une étroite collaboration avec les élus de terrain. Mais aussi lorsque les installations seront en fonctionnement avec une surveillance hebdomadaire réalisée par un agent communal formé en conséquence, qui pourra opérer des interventions de premier niveau et prévenir les services techniques de la régie. Cette collaboration est essentielle au bon fonctionnement du service public.

Des réseaux de chaleur performants et solidaires

Le statut de Régie syndical de distribution de chaleur permet de pratiquer la péréquation des coûts d’achats des combustibles. Les prix d’achat du bois, du gaz et du fioul sont ainsi mutualisés afin que l’ensemble des réseaux bénéficient des mêmes tarifs.

Avec une couverture moyenne de la production de chaleur réalisée par le bois oscillant entre 80 % et 90 %, et pouvant aller jusqu'à 100 % pour certains réseaux, la régie SIEEEN chaleur affiche une politique ENR très volontariste. Les installations sont dimensionnées pour fonctionner avec un taux de couverture maximal au bois, et les nouveaux projets tendent vers une suppression des énergies fossiles en appoint/secours au profit d’installations ne fonctionnant qu’au bois.

Avec 13,8 GWh de chaleur renouvelable livrés sur la dernière saison de chauffe, la régie SIEEEN chaleur aura permis d’éviter le rejet dans l’atmosphère de près de 3 800 tonnes d’équivalent carbone, soit l’équivalent de la consommation de 1 386 000 litres de fioul, ou la circulation annuelle de 2 500 voitures.

Un article rédigé par Frédéric Sacquet et Bénédicte Martin - SIEEEN


Retour à la page d'accueil du dossier

 

 réseau de chaleur
 DossierConstruction21
 bois énergie
 Nièvre
 Morvan
 ressource locale
 biomasse
 ressources financières
 villes et territoires
 forêt
 mutualisation
 performance

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     réseau de chaleur
     DossierConstruction21
     bois énergie
     Nièvre
     Morvan
     ressource locale
     biomasse
     ressources financières
     villes et territoires
     forêt
     mutualisation
     performance