Le GreenRoofScore : un référentiel pour évaluer la performance écosystémique des projets de végétalisation des toitures et terrasses

1269 Dernière modification le 28/03/2023 - 09:35
Le GreenRoofScore : un référentiel pour évaluer la performance écosystémique des projets de végétalisation des toitures et terrasses

L’Adivet – l’association des toitures et façades végétales – lance le GreenRoofScore, un référentiel pour évaluer la performance écosystémique des projets de végétalisation du bâti et, plus précisément, des projets de végétalisation des toitures et terrasses.

Fruit d’un travail de près de trois ans, le GreenRoofScore est un outil simple et opérationnel pour mesurer les performances d’une toiture ou terrasse végétalisée en fonction des services écosystémiques suivants :

  • Lutte contre l’îlot de chaleur urbain ;
  • Gestion de l’eau ;
  • Accueil de la biodiversité ;
  • Préservation de la santé et du bient-être

Un outil pour apprécier les réponses aux enjeux de la ville d’aujourd’hui et de demain

Le changement climatique entraîne des phénomènes tels que des canicules de plus en plus fréquentes et des épisodes pluvieux plus rares mais plus intenses. Ces évolutions, jointes à l’anthropisation, conduisent à un très fort recul de la biodiversité. Ceci a des répercussions sur la santé humaine, tant physiologique que psychologique. L’ensemble de ces phénomènes est particulièrement prégnant en ville et d’autant plus lorsque celle-ci présente un tissu dense. Sachant que 80 % de la population française vit en zone urbaine, ces problématiques deviennent incontournables et des solutions sont à mettre en place urgemment.

La végétalisation du bâti, que ce soit en toiture et terrasse ou en façade, représente l’une d’entre elles, solution fondée sur la nature qui plus est. Encore faut-il que les projets puissent répondre au mieux à ces quatre enjeux-clefs.

Mécanisme du GreenRoofScore

C’est pourquoi l’Adivet a travaillé à l’élaboration d’un outil qui, pour chacun de ces enjeux, définit un certain nombre de critères permettant d’évaluer les projets selon ces quatre axes. Les résultats sont ventilés pour chacun des axes et un niveau est attribué, sachant que, dès l’atteinte du premier palier, le projet apporte une bonne réponse à telle ou telle problématique, qu’au deuxième, il marque une ambition notoire, qu’au troisième, il s’agit d’un projet remarquable et qu’au quatrième et dernier niveau, on a un projet exemplaire.

Au total, ce sont une quinzaine d’indicateurs qui forment le corpus du GreenRoofScore, assortis de points bonus pour encourager les démarches les plus ambitieuses. La notion de surface du projet est également prise en compte et valorisée. Chaque indicateur est sous-tendu d’une intention, détaille les performances possibles, précise la méthode d’évaluation et est éventuellement articulé avec une recommandation. L’ensemble de l’outil porte une visée pédagogique en explicitant les principes qui ont conduit aux choix des indicateurs.

La surface végétalisée d’un projet en toiture et terrasse doit être d’une superficie minimale de 50 m² ou de 30 % de la surface végétalisable. Il n’y a pas de taille maximale. Enfin, les projets peuvent être des travaux neufs ou de rénovation.

Publics du GreenRoofScore

Destiné aussi bien aux organismes de certification et de labellisation, qu’aux maîtres d’ouvrage ou maîtres d’œuvre, aux fournisseurs de systèmes mais aussi aux pouvoirs publics, dont les collectivités locales, GreenRoofScore a pour vocation de donner des repères pour les acteurs de la construction, de la ville et de sa renaturation.

Il s’agit de la version 1.0 du GreenRoofScore qui sera régulièrement mis à jour en fonction des retours du terrain et de l’évolution de la recherche dans le domaine.

Pour en savoir plus : https://www.adivet.net/ressources/bibliographie

Contact : Sophie Rousset-Rouvière - [email protected]

Partager :