Le Cerema présent à Smart City Wallonia, le rendez-vous des smart cities wallonnes

Le Cerema présent à Smart City Wallonia, le rendez-vous des smart cities wallonnes
Expert public de la smart city en France, le Cerema était invité à intervenir ce mardi 24 septembre 2019 au rendez-vous annuel des smart cities wallonnes, à Marche-en-Famenne. Un événement pendant lequel l'impératif d'une participation citoyenne sincère et durable a pris une place centrale dans les débats.

Ce n'était pas le thème officiel de cette édition de Smart City Wallonia, mais c'est bien la participation citoyenne qui était au centre des préoccupations du rendez-vous annuel des communes et intercommunales wallonnes.

Parmi d'autres éléments de méthodes tels que la nécessité d'ouvrir la gouvernance territoriale et d'innover par l'expérimentation, la participation des citoyens aux décisions qui les concernent, le partage de l'information et le recueil de leurs idées, étaient identifiés comme les clés pour une smart city utile, acceptée par les habitants et répondant aux besoins des territoires. Et ce, avec ou sans outils technologiques.

 

"Voir la ville à travers les yeux des habitants et non des techniciens"

La journée était marquée par une keynote de Jacques Boudaud, Directeur général adjoint en charge de la proximité, des solidarités et du renouvellement urbain à la Ville d'Angers. Il a insisté sur l'importance de la politique, qui doit précéder le choix de la technologie. En ce sens, les élus d'Angers ont fait preuve de volontarisme à travers la mise en place d'un budget participatif, confiant à leurs administrés une certaine capacité d'agir par eux-mêmes et de faire part de leurs propositions, l'idée étant de parvenir à "voir la ville à travers les yeux des habitants et non des techniciens".

Stratégie numérique d'Angers

Pour cela, il faut "rendre les choses simples" en faisant preuve de pédagogie, utiliser plusieurs canaux de communication (numériques et non numériques) pour inclure un maximum de personnes dans la démarche, et surtout "donner du pouvoir aux gens pour défendre des projets avec leurs mots".

La Ville a également lancé il y a 8 mois l'application Vivre à Angers, qui fournit un ensemble de services à la population, avec un niveau de personnalisation de ces services particulièrement élevé. Evidemment, en interne, la mise en place d'une telle application impacte les pratiques des agents publics, voire les modifie en profondeur.

La stratégie de pilotage du changement de la Ville d'Angers a alors consisté à associer les agents en amont et à mettre en évidence l'intérêt direct de ce changement pour eux, avant de transformer formellement l'organisation.

 

Le Cerema, partenaire public des smart cities en france et à l'international

Le Cerema était invité à partager son expertise à l'occasion d'une table ronde, aux côtés de deux intercommunales wallonnes, Idelux (province de Luxembourg) et BEP (Namur), et du bourgmestre d'Amay. C'était pour Florent Boithias, Directeur de projets Villes et territoires intelligents, l'occasion de donner quelques conseils aux collectivités qui souhaitent se lancer et qui partent de zéro.

En pratique, les collectivités entrent sur sujet de différentes manières, par exemple via une opportunité, comme le renouvellement de l'éclairage public, ou par une démarche expérimentale qui fera ensuite des émules. Quelle que soit la porte d'entrée, il faut à un moment donné avoir une réflexion stratégique sur les enjeux politiques du numérique, depuis la fracture numérique jusqu'à l'impact environnemental en passant par les questions de souveraineté territoriale, soulevées par l'irruption des entreprises du numérique dans le champ urbain.

Florent Boithias, @CeremaCom: "Il faut arrêter de voir la #SmartCity comme un idéal. C'est un processus de fabrication de la ville et des territoires." #SCWallonia19 pic.twitter.com/rRiLu2IlIx

— Audrey Lebas (@audlbs) September 24, 2019

Plus qu'un idéal à atteindre, la smart city est avant tout un processus de fabrication de la ville, qui ne diffère pas fondamentalement de ce qui a pu se faire par le passé au niveau de la méthode, mais dans lequel ces nouveaux enjeux sont à prendre en compte, ainsi que les nouvelles opportunités apportées par le numérique. Et bien sûr, un territoire ne peut être réellement intelligent s'il ne sait pas mobiliser l'intelligence collective de ses habitants et de ses acteurs socio-économiques.

Le Cerema est l’expert public français de la smart city, au service de la transition écologique et solidaire et de la cohésion des territoires. Fort d'expertises avancées dans les différents métiers de l’aménagement, du numérique et de la participation citoyenne, il propose aux collectivités un accompagnement « de bout en bout », depuis l'élaboration d’un projet de territoire global et partagé jusqu’à sa mise en œuvre opérationnelle dans ses différents domaines d’application : mobilité, espaces publics, infrastructures, bâtiment, etc.

Il a également une mission de centre national de ressources et de capitalisation, et produit à ce titre des éléments de sensibilisation et de méthodologie sur différents supports, tels que la plateforme en ligne Villes et territoires intelligents et la plaquette pédagogique pour les élus Villes intelligentes : tous concernés, du village à la métropole.

 

Article publié sur Cerema Actualités
Consulter la source

 smart city
 Belgique
 participation citoyenne
 ville durable
 ville de demain
 ville intelligentes
 territoires intelligents

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     smart city
     Belgique
     participation citoyenne
     ville durable
     ville de demain
     ville intelligentes
     territoires intelligents