La place de l’usager du bâtiment dans la création de valeur

Rédigé par
Lidia ZERROUKI

Déléguée Générale

1368 Dernière modification le 24/11/2022 - 11:18
La place de l’usager du bâtiment dans la création de valeur

Entre le boom du télétravail, le vieillissement de la population ou l’accroissement des précarités, les attentes des occupants des bâtiments ont profondément changé ces dernières années. Accélérés par la crise sanitaire, les changements de modes de vie amènent une perception différente des lieux, des espaces, des conditions de vie et de travail. Ils induisent aussi une nouvelle façon de concevoir le bâtiment. Pourtant, la réponse au cahier des charges, la rentabilité du mètre carré, ou le respect des règlementations demeurent les principales préoccupations des constructeurs. Et si on écoutait un peu plus l’usager pour que le bâtiment réponde mieux à ses besoins ? C’est l’objet du dernier théma publié par la SBA et co-réalisé avec le Pôle Fibres Énergivie.

Quelle place donner à l’usager dans la conception d’un ouvrage ? Quel rôle peut-il jouer dans les différentes phases de décision d’un projet bâtimentaire ? À quel moment le solliciter et comment l’impliquer ? Autant de questions auxquelles les membres de la commission « Place de l’usager » de la Smart Buildings Alliance ont tenté de répondre. Constitué d’une vingtaine de contributeurs issus de la Smart Buildings Alliance et du Pôle Fibres Énergivie, ce groupe de travail a mené une réflexion sur la place de l’usager sur le cycle de vie du bâtiment. Son objectif ? Mettre en lumière la création de valeur dans les différentes phases, de la conception à l’exploitation des bâtiments, en intégrant l’usager, son mode de vie et l’évolution des usages.
 

COMPRENDRE QUE L’USAGER A CHANGÉ 

Ce qu’on oublie souvent, c’est que dans le bâtiment vivent et travaillent des humains. Or l’usager a changé, profondément, et l’évolution de son mode de vie s’est accélérée avec la crise sanitaire et la prise de conscience écologique. Résultat : les occupants ont finalement des attentes très différentes de ce que la filière imagine habituellement, ce qui peut mener à des conflits de logique entre usagers et professionnels. Éloigné par une multiplicité d’intermédiaires et la temporalité des projets, le maître d’ouvrage échange très rarement avec le client final, l’occupant. C’est ce qu’ont constaté les membres de la commission « Place de l’usager » qui ont conduit des entretiens et organisés des visites de bâtiments avec des acteurs de l’immobilier.
 

FAVORISER LA COMMUNICATION ENTRE USAGERS ET MAÎTRES D’OUVRAGE

L’analyse de ces entretiens démontre toute la difficulté de communication entre l’usager et le professionnel du bâtiment. Il convient donc d’intégrer l’utilisateur avant même la conception de l’ouvrage, dans une démarche de concertation, afin d’améliorer sa sécurité et son confort. Il devient ainsi l’acteur principal de cette conception, ce qui lui permet d’attribuer une valeur au bâtiment auquel il a contribué et d’exprimer en quoi ses besoins évoluent en fonction du temps, des changements de vie (télétravail, vieillissement, précarité…) ou encore des enjeux sociétaux et environnementaux. Il pourra également mieux s’approprier les nouveaux usages et les nouvelles technologies dans le bâtiment.
 

INTÉGRER L’USAGER DANS LES DIFFÉRENTES PHASES DE DÉCISIONS

La première phase est la concertation, encore trop rarement effectuée dans les projets. Elle consiste, pour toutes les parties prenantes, à identifier, susciter, proposer la prise en compte très en amont des attentes et valeurs des occupants. Le bâtiment devient un objet partagé par les usagers qui voient ainsi leur satisfaction décuplée. Mais cette phase allonge la déjà longue temporalité de la conception du projet. Cela explique pourquoi les acteurs immobiliers hésitent encore à impliquer les usagers dans la réflexion amont, malgré les retours d’expérience qui montrent la valeur ajoutée apportée par cette prise en compte des besoins réels des futurs occupants. À la phase de construction, l’usager est une nouvelle fois absent des prises de décision, ce qui pourra être préjudiciable en exploitation. C’est en effet à cette phase que la plus-value de l’intégration de l’usager dans les phases amont est la plus évidente : elle détermine son engagement dans la bonne utilisation du bâtiment.
 

UTILISER LES OUTILS NUMÉRIQUES POUR MIEUX COMMUNIQUER ET COLLABORER

Pour accompagner cette intégration des différentes parties prenantes dans le projet de construction, les outils numériques peuvent devenir les alliés d’une meilleure concertation entre usagers et professionnels du bâtiment. Ils permettent d’améliorer la collaboration entre les acteurs de la filière à l’aide de la maquette numérique BIM, de faciliter le pilotage du bâtiment au service des usagers ou de mieux communiquer pour une meilleure qualité de vie dans le bâtiment et pour la possibilité d’adapter le logement à la demande de l’occupant.

Le théma co-réalisé par la SBA et le Pôle Fibres Énergivie conclut par une série de recommandations pour mieux appréhender son projet sur la voie d’une conception partagée des usages et des espaces. Grâce au numérique, la filière va pouvoir faire évoluer ses méthodes de travail, vers une nouvelle façon de percevoir la construction, qui intègre l’évolution des usages, vers une nouvelle façon de gérer le projet bâtimentaire, en appliquant des technologies innovantes (plateforme de services, BIS, BOS…), et vers une nouvelle façon de communiquer, pour optimiser la performance du bâtiment et la satisfaction des occupants.
 

 

La SBA et le Pôle Fibres Énergivie remercient chaleureusement les membres de la commission « Place de l’usager » qui ont contribué à la réalisation de ce théma :


.… ainsi que tous les professionnels de l’immobilier et les contributeurs externes sans qui cet ouvrage n’aurait pu voir le jour : Philippe de Lamarzelle, Directeur Général de Demathieu Bard Bâtiment Sud-Est   ○  Olivier Kinder, Directeur Général de Boulle Promotion  ○  Marc-André Koehnlein, ex Responsable développement de Elithis Solutions, Région Grand-Est  ○  Dorian Litvine, PhD, consultant indépendant chez ISEA Projects  ○  Frank Maire, Directeur Général d’Alcys Réalisations  ○  Bruno Martin, Directeur général de Demathieu Bard Maintenance  ○  Jean Ruch, Fondateur et co-dirigeant de Familles Solidaires …

Actualité publiée sur Smart Buildings Alliance
Consulter la source

Partager :