L’urbanisme transitoire, miroir des évolutions de la fabrique de la ville

Depuis ces cinq dernières années, les projets d’occupation temporaires développés au sein d’espaces vacants se sont multipliés dans les grandes métropoles françaises. Qualifiés depuis 2016 par le terme d’urbanisme transitoire, ces projets temporaires sont associés à la capacité d’initier, de préfigurer et d’accompagner la transformation de sites en attente de mutation en amont des projets urbains.

La notion récente d’urbanisme transitoire est incarnée par plusieurs lieux devenus emblématiques, à l’instar des Grands Voisins, de Ground Control, de la Cité Fertile ou encore de la Station Gare des Mines. La notion d’urbanisme transitoire qualifie des initiatives très différentes, tant en termes de temporalité, d’activités accueillies que de porteurs de projets.

Fortement médiatisée, elle fait l’objet d’un engouement croissant auprès des acteurs publics et privés de la production urbaine. Objet flou et mouvant, l’urbanisme transitoire est investi d’une pluralité de valeurs et d’enjeux par les acteurs impliqués dans ces démarches (propriétaires, collectivités, professionnels de l’occupation temporaire…). Lire la suite.

 

Crédits photo : Fred Romero, Ground Control, Bercy | Rue du Charolais

Actualité publiée sur Business Immo (Territoires)
Consulter la source

 villes et territoires
 urbanisme
 urbanisme transitoire

Autres actualités

Plus d'articles

Sur les mêmes thèmes

 villes et territoires
 urbanisme
 urbanisme transitoire