iQspot, mesurer l’impact des actions menées en performance énergétique

Détecter automatiquement les consommations inhabituelles dans les bâtiments, mesurer l’impact réel des actions menées pour améliorer leurs performances énergétiques, maîtriser ses charges pour gagner en attractivité, tout en agissant en faveur de la transition énergétique et immobilière, tels sont les enjeux auxquels répond la solution inventée par la start-up iQspot, finaliste du Grand Prix de l’Innovation Construction Durable & Cadre de Vie organisé par le Technopôle Domolandes. Entretien avec Julien Bruneau, co-fondateur d’iQspot.

 

En quoi consiste les solutions développées par iQspot ?

Julien Bruneau : Nous proposons des solutions simples pour automatiser la collecte des données de consommation d’un bâtiment et pour accompagner nos clients dans la diminution de leur facture énergétique. Nous installons des capteurs sur les compteurs d’eau et d’énergie (électricité, gaz, réseaux urbains, etc.) afin d’analyser en temps réel les variations de consommations. Les données sont accessibles à tous les acteurs de la gestion du bâtiment, dans un souci de transparence et de mise en place d’une démarche collective. Ce suivi permet non seulement de mesurer l’impact réel des actions menées pour améliorer la performance énergétique des bâtiments, mais également d’alerter immédiatement ses gestionnaires et ses occupants lors de la détection d’une anomalie de consommation d’énergie ou d’eau, pour agir sans délai.

 

En quoi votre projet s’inscrit dans des bâtiments plus durables ?

J. Bruneau : Les services proposés par iQspot bénéficient tout d’abord aux usagers, c’est-à-dire aux utilisateurs des bâtiments. Notre mission est de les aider à diminuer leurs consommations, ce qui va permettre de réduire leurs factures énergétiques, tout en améliorant le bilan carbone général du bâtiment. En effet, des bureaux moins énergivores sont plus respectueux de l’environnement. Grâce à notre solution, on observe une baisse moyenne de 15 à 20% des consommations énergétiques dès la première année, ce qui représente un impact significatif.

De plus, notre solution permet de valoriser les bâtiments, notamment dans le cadre de certifications environnementales ou de reportings énergétiques et environnementaux, leur permettant ainsi de gagner en valeur auprès des investisseurs et clients potentiels.

 

Pourriez-vous nous développer la technique derrière votre solution ?

J. Bruneau : La technologie de notre projet s’appuie sur des capteurs issus du monde de l’IoT, placés sur des compteurs de fluides. Ces capteurs ont une autonomie de plusieurs années et permettent de savoir à distance ce qui se passe localement. Nous avons démarché plusieurs fournisseurs pour trouver celui qui nous correspondait le mieux. Le produit que nous avons sélectionné est très simple à mettre en œuvre, il a peu d’impact sur le quotidien des bâtiments. Il couvre tous les compteurs d’un même bâtiment, et collecte les données de consommation d’électricité, d’eau, de gaz, de réseaux de chaud ou de froid. Une fois par heure, les données sont transférées sur notre plateforme et analysées.  

D’un autre côté, sur la plateforme logicielle, également développée en interne, figurent toutes les données collectées par nos capteurs. Basée sur le Cloud, elle est accessible au propriétaire, mais également à toutes les parties prenantes dans la gestion immobilière, comme le gestionnaire locatif ou encore le locataire. Cet accès partagé permet d’avoir une vision commune et transparente des consommations énergétiques de tous les acteurs de la chaîne. Cet espace stocke des données, ainsi qu’un ensemble d’algorithmes de machines, qui tournent et en analysent les points les plus saillants : les surconsommations électriques le week-end ou la nuit, les fuites d’eau, les dérèglements d’équipement, etc. La détection de ces anomalies dans les bâtiments est entièrement automatisée, ce qui permet d’agir sans délai dès qu’elles sont identifiées.

 

Pourriez-vous décrire une de vos réalisations emblématiques ?

J. Bruneau : Un de nos premiers clients à nous avoir fait confiance est la société FONCIERE INEA. Nous avons équipé tout leur parc de bureaux sur l’ensemble de la France. Cela représente près de 250 000 m2 d’immobilier en régions. Nous travaillons avec eux depuis maintenant 3 ans. Ils peuvent ainsi accéder à une collecte automatique de leurs données de consommation, ce qui leur permet de simplifier leur reporting RSE et de pouvoir être réactif en cas de dérive de consommation.

Une autre réalisation emblématique est notre partenariat avec le cabinet Imodam. Situé à Paris, le cabinet gère le patrimoine immobilier de nombreux fonds et investisseurs (immeubles de bureaux, habitations de standing, commerces) avec près de 80 actifs. Notre start-up a été sélectionnée pour l’aider à certifier et améliorer la note BREEAM In-Use de ses actifs (méthode internationale d’évaluation de la performance environnementale d’un bâtiment en exploitation). Nous avons ainsi équipé de nos capteurs les compteurs de 25 immeubles haussmanniens figurant dans leur portefeuille immobilier. 25 autres sont actuellement en cours. Cela permet de suivre en temps réel les consommations énergétiques et d’être très réactif si une anomalie est détectée. Dès la première année, 15% d’économie d’énergie ont été réalisées, ce qui a représenté pour eux un bon retour sur investissement. De manière générale, si les immeubles sont bien pilotés, nous pouvons affirmer que les projets sont rentabilisés dès la première année.

 

A quel type de clients vous adressez vous ?

J. Bruneau : iQspot s’adresse aux foncières, sociétés de gestion de portefeuille immobilier et plus généralement aux propriétaires et gestionnaires de parcs de bâtiments. Nous souhaitons continuer à nous faire connaître des investisseurs immobiliers, afin de devenir un point de référence dans le milieu. Nous venons donc de recruter quelqu’un pour le développement commercial d’iQspot et d’ouvrir une de nos antennes à Paris, pour nous rapprocher de notre cible d’investisseurs immobiliers.

 

Que vous a apporté votre statut de finaliste du concours organisé par Domolandes ?

J. Bruneau : Être suivi par Domolandes nous a apporté beaucoup de visibilité. Être finaliste nous a mis en relation avec les membres du jury, au niveau national comme régional. Participer à ce concours représente une belle ouverture vers l’extérieur, en particulier vers la cible de clients que nous cherchons à atteindre.

 

Implanté dans les Landes à l’initiative du Conseil Départemental et de la Communauté de Commune Maremne Adour Côte Sud, le Technopôle DOMOLANDES favorise l’innovation et accompagne les entreprises vers le numérique, la construction durable et la solidarité.

Domolandes rassemble un écosystème d’acteurs publics et d’entreprises privées autour d’un centre de ressources et de développement propice à la performance des entreprises. Il stimule la transition numérique auprès des acteurs de la construction et encourage la lutte contre la précarité énergétique pour l’Habitat de demain.

Pôle d'excellence, Domolandes organise chaque année, depuis 2012, le Grand Prix de l’Innovation Construction Durable & Cadre de Vie qui identifie et récompense les projets les plus innovants de la filière Bâtiment sur le plan national. Ce concours a généré aujourd’hui plus de 1 000 manifestations d’intérêt, 500 dossiers étudiés, 76 start-up retenues pour le Grand Jury, composé des Présidents et Directeurs Généraux des grands acteurs du Bâtiment et d’experts de l’innovation et de la création d’entreprises, et 20 lauréats récompensés.

 

Propos recueillis par Manon Salé - Construction21, La rédaction

 

InnoEnergy
Retrouvez d'autres innovations au service des bâtiments et territoires durables dans la série Parole de startup

 

 startups et innovation
 Parole de startup
 transition numérique
 performances énergétiques

Auteur de la page

  • David Portugais

    Responsable Marketing

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     startups et innovation
     Parole de startup
     transition numérique
     performances énergétiques