« Il faut agir en faveur des renouvelables dans le cadre d’un plan de relance »

« Il faut agir en faveur des renouvelables dans le cadre d’un plan de relance »

La crise sanitaire a engagé le secteur traditionnel de l’énergie dans une crise profonde. Elle a aussi révélé que les énergies renouvelables (EnR) auront un rôle crucial à jouer demain. Foisonnantes, variables et complémentaires, les EnR (associées à plus de sobriété et d'efficacité énergétique) permettent de réduire notre vulnérabilité, et de renforcer la résilience des territoires et de leurs habitants. Pourtant, plusieurs risques pèsent sur elles, comme l’explique Alexis Monteil, responsable de projets Energie renouvelable au CLER - Réseau pour la transition énergétique

Quels impacts la crise sanitaire a-t-elle eu en France sur le développement des EnR ?

La crise sanitaire a provoqué une baisse de la demande en énergie : les prix des énergies fossiles et de l’électricité ont fortement baissé et l’économie de l’énergie a ainsi été totalement bousculée. Dans ce contexte, les énergies renouvelables qui pâtissent déjà d’un sous-financement risquent de ne plus être compétitives, bien qu’elles fassent preuve d’une forte stabilité en ce début 2020 et que les coûts de production continuent de baisser. C’est pourtant grâce à leur compétitivité que les EnR bénéficient d’un contexte favorable dans les pays de l’Union européenne, même dans les pays plutôt conservateurs en la matière : aujourd’hui, elles sont une priorité politique à l’échelle du continent et c’est tant mieux.

Que faut-il faire pour faire face à cette crise ?

Pour éviter une relance « grise », basée sur une hausse des consommations d’énergie dès la fin des mesures de confinement et une augmentation certaine des émissions de CO2, il faut notamment agir en faveur des renouvelables dans le cadre d’un plan de relance ou de sortie de crises. Comme le souligne l’Institut pour l’économie du climat (I4CE), la cadence des appels d’offres de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) doit ainsi être respectée. A fortiori dans ce contexte, la trajectoire du Fonds Chaleur doit être revue à la hausse pour soutenir la chaleur renouvelable, et les territoires doivent être incités à investir sur des projets locaux pour s’engager sur la trajectoire a minima de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

La PPE et la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) parues en avril 2020 pourront-elles être utiles ?

Le CLER a exprimé ses craintes sur ces documents programmatiques. La crise sanitaire nous montre que les enjeux, les difficultés et les échéances énergétiques et climatiques ne font que se rapprocher, s’amplifier et s’accélérer. Avec des contraintes toujours plus fortes qui pèsent sur des décisions sans cesse repoussées. Si la question des objectifs est importante pour fixer un cap national compatible avec l’Accord de Paris, il est primordial de se donner plus de moyens pour respecter ces objectifs… pour le moment, force est de constater que nous ne sommes pas à la hauteur ! Nous sommes très en retard sur les objectifs européens : la France est le deuxième plus mauvais élève de l’Union européenne en matière d’énergie renouvelable.

« Nous sommes très en retard sur les objectifs européens : la France est le deuxième plus mauvais élève de l’Union européenne en matière d’énergie renouvelable. »

Malgré quelques avancées à saluer sur certains points dans la PPE, rien n’indique dans ces textes comment assurer le développement des énergies renouvelables à la hauteur de leur potentiel et des objectifs fixés, tant en matière de production à proprement parler que de co-bénéfices pour la société et pour les territoires. Il y a pourtant bien des choses à faire… Simplifier les procédures administratives, rendre les mécanismes de soutien plus cohérents et stables, aligner les objectifs nationaux et régionaux pour mettre en œuvre de véritables stratégies territoriales.

Quel est le point de blocage le plus important ?

De manière générale, les renouvelables restent en France uniquement abordées sous l’angle des coûts. Or, il faut envisager la qualité des projets, le développement socio-économique des territoires, l’amélioration de la qualité de l’air et des eaux, ou encore l’ancrage aux territoires. Aucune filière industrielle ne peut être évaluée uniquement sous l’angle du coût ! Les énergies renouvelables sont une chance pour les territoires et leur développement. Aujourd’hui encore, nos mécanismes de soutien incohérents, notre « tropisme électrique », et cet unique critère de compétitivité démontre l’absence d’une notion d’ancrage territorial dans la vision française du développement des énergies renouvelables.

Le CLER participe-t-il à l’élaboration du plan de relance économique ?

Nous travaillons avec nos partenaires à ce que le plan de relance français et le projet de Loi de finances 2021 viennent apporter les moyens qui font aujourd’hui défaut, avec les propositions suivantes : développer des mécanismes de soutien adaptés à toutes les filières d’énergies renouvelables ; soutenir les territoires en leur donnant les moyens d’animation et d’ingénierie nécessaires au développement de projets ; soutenir l’énergie citoyenne et les communautés énergétiques pour asseoir l’essor des EnR dans les territoires. Enfin, le plan de relance européen comme la prochaine programmation des fonds européens 2021-2027, avec déjà 55 milliards d’euros disponibles pour 2020-2021, sont également des opportunités pour faire plus et mieux en faveur des EnR électriques, thermiques et du gaz renouvelable.

Nos propositions pour sortir de la crise du Covid-19

En bref, voici les mesures préconisées par le CLER – Réseau pour la transition énergétique, pour développer des mécanismes de soutien adaptés aux énergies renouvelables, soutenir les territoires en leur donnant les moyens d’animation et d’ingénierie nécessaires au développement des énergies renouvelables et soutenir l’énergie citoyenne et les communautés énergétiques pour asseoir l’essor des énergies renouvelables dans les territoires.

  • Accompagner le développement de l’ensemble des filières françaises des énergies renouvelables électriques, thermiques ou le gaz renouvelable avec des mécanismes de soutien favorables et cohérents, pour s’inscrire dès que possible sur la trajectoire de la PPE. 
  • Sécuriser les financements publics alloués au développement des énergies renouvelables. 
  • Développer une modulation tarifaire des soutiens aux énergies renouvelables afin d’avoir une répartition équilibrée sur le territoire national, en particulier pour le solaire photovoltaïque et l’éolien terrestre.
  • Lever les freins, notamment au développement du photovoltaïque sur le patrimoine public, et la simplification des procédures administratives pour faciliter sur le terrain les raccordements et injections aux réseaux, tout en préservant la qualité environnementale des projets.
  • Soutenir la relocalisation d’une partie des chaînes d’approvisionnement en France et en Europe pour faire des énergies renouvelables un moteur d’un développement industriel territorial et de création d’emplois de qualité et durables.
  • Soutenir et accompagner les projets d’énergie renouvelable de territoire
  • Renforcer l’ingénierie de projet et d’animation dans les territoires
  • Fixer un objectif de 15 % d’énergies renouvelables portés par les acteurs locaux et établir une stratégie nationale cohérente avec cet objectif, en lien avec les collectivités
  • Promouvoir les énergies renouvelables citoyennes comme levier de mobilisation et d’engagement collectif en faveur de la transition énergétique
  • Lever les freins à la participation active et l’investissement des collectivités dans les projets d’énergie renouvelable

CONTACT

Alexis Monteil

Responsable de projets EnR et énergies citoyennes

ALEXIS.MONTEIL[AROBASE]CLER.ORG

 

Article publié sur CLER - Actualités
Consulter la source

 EnR
 renouvelables
 énergie
 SNBC

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     EnR
     renouvelables
     énergie
     SNBC