"Il faudrait 10 Mrds € de plus pour parvenir aux objectifs de rénovation"

1305 Dernière modification le 21/11/2018 - 11:16

RÉNOVATION. Crédit d'impôt Transition énergétique, Certificats d'économie d'énergie, Eco-prêt à taux zéro, éco-conditionnalité… L'Association Energie & Avenir organisait, ce 20 novembre 2018, une table ronde réunissant le Plan Bâtiment Durable, la Plan de rénovation énergétique des bâtiments, l'Ademe et un industriel, afin de débattre autour des moyens mis en œuvre pour parvenir à 500.000 chantiers par an.

Au moment de son départ fracassant du gouvernement, l'ex-ministre de la Transition écologique et solidaire déplorait le manque de moyen finalement alloué à la rénovation énergétique des bâtiments. Un sentiment que Marjolaine Meynier-Millefert, co-animatrice du Plan de rénovation ad hoc, ne partage pas entièrement : "Effectivement le CITE (Crédit d'impôt Transition énergétique) est passé de 1,7 Mrd € à 700 ou 800 M€. Ces moyens ont donc été réduits, en raison de l'envolée du budget lié aux fenêtres qui a généré un trou important. Mais il n'y a pas que le CITE, et tous les budgets mis bout à bout - CEE, éco-PTZ, Caisse des Dépôts et Consignations, Anah… - atteignent tout de même 14 Mrds € ce qui fait beaucoup d'argent". L'enveloppe reste donc très conséquente mais dispersée sur une multitude de dispositifs différents, rendant les décisions d'investissement moins simples à prendre.

Des dispositifs qui doivent être clairs et stables  

Pierre-Louis François, président du groupe Atlantic, analyse : "Nous autres, industriels, militons pour un système simple (…) Les pouvoirs publics souhaitent accélérer le mouvement des rénovations et interviennent, en tenant compte des contraintes budgétaires. Il y a besoin d'outils publics, car rien ne se fera sinon. Les particuliers ou installateurs ne sauront pas 'Faire' tout seuls" (...) Lire plus 

Rivat saint étienne thermographie © Atelier d'architecture Rivat

Article publié sur Batiactu
Consulter la source

Partager :