Guide: Voies structurantes d’agglomération - Aménagement des voies auxiliaires

655 Dernière modification le 19/05/2020 - 10:41
Guide: Voies structurantes d’agglomération - Aménagement des voies auxiliaires
L'aménagement de voies auxiliaires permet de répondre à la congestion des voies structurantes d'agglomération. L'utilisation des bandes d'arrêt d'urgence lors des période de fort trafic, qui est l'une des options possibles pour augmenter la capacité d'une section, doit répondre à certains principes mentionnés dans ce guide destiné aux maîtres d'oeuvre et maîtres d'ouvrage.

Couverture du guide

Les voies structurantes d’agglomération (VSA) supportent des congestions récurrentes lors des périodes de pointe. Différentes solutions existent pour fluidifier le trafic, telles que  l'aménagement de voies auxiliaires. 

Ces voies, ouvertes à la circulation uniquement lors des périodes de forte affluence, sont aménagées sur l’espace rendu disponible après suppression de la bande d’arrêt d’urgence (BAU).

 

UTILISER TEMPORAIREMENT LA BANDE D'ARRÊT D'URGENCE

La réalisation d’une voie temporaire, aménagée sur l’ancien espace de la bande d’arrêt d’urgence, peut répondre à d’autres enjeux de circulation ou de sécurité comme limiter l’impact sur la circulation d’une remontée de congestion depuis une bretelle de sortie, ou favoriser l’accès des véhicules à une sortie sur une infrastructure congestionnée. 

La fonction d’une voie auxiliaire relatée dans ce guide est d’augmenter la capacité d’une section, qui s’avère insuffisante par rapport à celle des sections situées de part et d’autre.

À titre d’exemple, les voies auxiliaires sont adaptées pour traiter les troncs communs situés entre le convergent et le divergent de deux axes autoroutiers. L’objectif d’une voie auxiliaire ne doit pas être confondu avec celui d’une voie réservée sur VSA, qui est radicalement différent. En effet, la fonction principale des voies réservées consiste à faciliter la circulation des véhicules autorisés au droit d’une congestion existante, sans chercher à agir sur son origine.

En outre, l’opportunité d’aménager une voie auxiliaire doit faire l’objet d’une étude de trafic spécifique pour évaluer a priori l’effet de la voie sur la circulation (suppression de la congestion, retardement de son apparition, déplacement de la tête de bouchon, etc.).

 

UNE EXPÉRIMENTATION EN RÉGION PARISIENNE

tronçon A4-A86 (google street view)
aiTronçon commun A4-A86 (Google Street View)

La seule voie auxiliaire expérimentée en France a prouvé son efficience avec une diminution globale du volume d’encombrement. L'expérimentation a été menée sur la bande d'arrêt d'urgence du tronçon commun de l'A4-A86.

Pour favoriser le développement de ce type d’aménagement dans les projets de gestion des déplacements, des règles de conception, d’équipement et d’exploitation nécessitent d’être portées à la connaissance des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre. Cet ouvrage conçu par le Cerema constitue le guide technique d’aménagement des voies auxiliaires applicable sur les infrastructures exploitées à 90 ou 110 km/heure. Il vient compléter la série des ouvrages du Cerema consacrée aux voies structurantes d’agglomération.

Il présente les principes d'aménagement en matière de :

  • signalisation,
  • visibilité,
  • Tracé en plan et profil en long,
  • Profil en travers,
  • Conception de la voie auxiliaire au droit des échangeurs,
  • Equipements et services à l'usager,
  • Exploitation

Compte tenu du retour d’expérience limité sur les voies auxiliaires, les recommandations formulées dans ce guide peuvent évoluer en fonction des enseignements qui seront tirés des nouveaux aménagements de voies auxiliaires et des expérimentations associées.

Article publié sur Cerema Actualités
Consulter la source

Partager :