Gestion de la qualité de l’air intérieur dans les universités

Rédigé par
Elodie Guillard

Head of Marketing & Communication

1319 Dernière modification le 02/03/2023 - 10:27
Gestion de la qualité de l’air intérieur dans les universités

 

Si vous travaillez dans le secteur de l’éducation, vous savez l’importance d’un environnement sain et d’une bonne Qualité de l’Air Intérieur (QAI) pour les universités et les établissements scolaires. Qu’il s’agisse de salles de classe, de bibliothèques ou d’autres espaces, tous doivent maintenir un certain niveau de QAI pour assurer la performance et la bonne santé des étudiants, enseignants et toutes personnes étant amenées à partager ces espaces. 

La surveillance de la qualité de l’air intérieur est un sujet de discussion depuis des années. Depuis la pandémie de 2020, cette pratique s’est rapidement répandue et est devenue la norme pour de nombreux établissements. 

Dans cet article, nous abordons la question de la qualité de l’air intérieur dans le secteur universitaire en nous appuyant sur le cas du projet Qaire mis en place dans l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC).

Qu’entend-on par qualité de l’air intérieur ?

Qu’il s’agisse du niveau de pollution de l’air que nous respirons, de la présence de gaz (CO2), de particules, de composés organiques volatils (COV), d’humidité… Tous ces aspects contribuent à la qualité de l’air intérieur que nous respirons.

En quoi la qualité de l’air intérieur diffère-t-elle de celle de l’air extérieur ? C’est une question pertinente, et la réponse réside dans le fait qu’une fois que l’air extérieur pénètre dans un bâtiment, celui-ci est soumis à une multitude d’autres facteurs. Par exemple, si un espace clos est occupé par un grand nombre de personnes, l’air peut changer et devenir saturé d’émissions naturelles dues à la respiration, d’éventuels virus, etc.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière de contrôler la qualité de l’air dans vos bâtiments, nous avons abordé ce sujet plus en détail dans d’autres articles tels que celui-ci qui aborde la façon de mesurer la qualité de l’air dans les bâtiments.

Pourquoi surveiller la qualité de l’air Intérieur (QAI) dans les espaces d’enseignement ?

Si ce n’est pour la santé et le confort des occupants, la surveillance de la qualité de l’air est également une obligation pour certains établissements du secteur de l’éducation. En effet, le Code de l’environnement dispose d’un décret relatif à la surveillance de la qualité de l’air ambiant. Ainsi, la surveillance est obligatoire pour certains établissements scolaires tels que : les écoles maternelles, les crèches, les collèges et les lycées.

Comme nous l’avons mentionné, la santé des étudiants, des enseignants et des autres utilisateurs est une des principales raisons de ce contrôle. Une bonne qualité de l’air intérieur permet non seulement de limiter la transmission de virus mais a également des effets positifs tels que la diminution de l’absentéisme, le bien être et le meilleur apprentissage des étudiants

En effet, la qualité de l’air peut impacter positivement ou négativement la capacité de concentration et les performances scolaires. Pour ces raisons, la mesure et la surveillance de la qualité de l’air à l’aide des données d’un outil comme Dexma Analyse vous aidera à vérifier que les niveaux sont aux normes et adéquats afin d’apporter des améliorations si nécessaire. 

Maintien de la qualité de l’air Intérieur (QAI) et réduction de la consommation d’énergie

Le contrôle de la qualité de l’air intérieur est étroitement lié à l’entretien des bâtiments et à la gestion de l’énergie. Ces facteurs ne doivent pas être considérés individuellement mais plutôt comme un système interdépendant. Par exemple, maintenir la ventilation mécanique en bon état (filtres, équipements, propreté, etc.) et assurer une bonne aération des espaces permet l’optimisation des systèmes de CVC (Climatisation, Ventilation, Chauffage). Et qui dit une optimisation de système dit évidemment une meilleure consommation de l’énergie. Comme vous le constatez, tout est lié.

À l’inverse, si les équipements sont mal entretenus, empêchant une bonne ventilation et/ou bonne climatisation, non seulement, la qualité de l’air se détériorera, mais les équipements et les espaces nécessiteront plus d’énergie pour atteindre un niveau correct de qualité et de confort. Ainsi, un bâtiment bien entretenu avec un bon fonctionnement des machines, contribuera à maintenir des niveaux acceptables de qualité de l’air intérieur et favorisera une réduction de votre consommation énergétique.

Qualité de l’air intérieur dans les universités : le cas de l’UPC

L’Université Polytechnique de Catalogne (UPC) a toujours été très engagée dans l’efficacité énergétique et la durabilité de ses établissements scolaires. Depuis plusieurs années déjà, elle surveille et optimise régulièrement sa consommation afin d’économiser des coûts énergétiques et réduire son impact environnemental.

C’est lors de la pandémie de covid-19 que l’université a réalisé la nécessité d’assurer une certaine qualité de l’air dans différentes zones de ses établissements de campus, en plus de sa gestion de l’énergie. C’est ainsi que la qualité de l’air intérieur a également été considérée comme un facteur fondamental pour le confort, les performances et la santé de la communauté universitaire et est devenue un point essentiel pour ses projets d’efficacité énergétique et de durabilité.

L’UPC a lancé le projet Qaire avec le double objectif d’améliorer la qualité de l’air intérieur et la gestion de l’énergie. Le projet a commencé par des mesures manuelles dans les salles de classe, ce qui a permis d’identifier les domaines à améliorer.

Cependant, l’université a reconnu la nécessité d’un système de contrôle plus complet pour garantir la santé et le bien-être des étudiants et des enseignants. Pour y parvenir, l’UPC a cherché un système automatisé de surveillance de la qualité de l’air capable de suivre la concentration de CO2, de gérer les espaces et de fournir aux utilisateurs des informations en temps réel sur les conditions de qualité de l’air.

C’est ainsi que la Plateforme Dexma a été choisie comme outil pour centraliser et contrôler toutes ces informations de manière claire. 

Consulter l'étude de cas 

Article rédigé par Dexma

Consulter la source

Partager :