Épurer l’air intérieur : quelles solutions choisir pour plus d’efficacité ?

  • par Equipe AQC
  • /
  • 2022-02-10 10:10:30
  • /
  • France
  • /
  • 796
Épurer l’air intérieur : quelles solutions choisir pour plus d’efficacité ?

Découvrez deux types de technologies permettant de purifier l’air intérieur : les capteurs de polluants et les procédés physico-chimiques (destructeurs de polluants).

« Épurer l’air : quelles solutions choisir pour plus d’efficacité ? » : Bouton rouge et jaune invitant à cliquer sur le lien « ici »  pour télécharger gratuitement cet article publié dans le n° 190 de votre revue Qualité Construction (janvier-février 2022).

QUELLES TECHNOLOGIES POUR QUELLE EFFICACITÉ ?

Avec la pandémie de la Covid-19, la question de la qualité de l’air intérieur et du rôle des épurateurs d’air intérieur autonomes ou intégrés se pose.
L’objectif de ces appareils est d’améliorer la qualité de l’air intérieur par une réduction in situ des polluants présents ou entrants dans les locaux. Quelle que soit la technologie choisie, la captation des polluants et leur destruction physico-chimique, l’une des caractéristiques fondamentales de ces épurateurs est le débit d’air épuré. Il permet de choisir l’appareil le plus adapté au volume de la pièce à traiter.
Quelles sont les preuves d’efficacité et d’innocuité de ces solutions ? Des tests ont été réalisés en laboratoires et en conditions réelles. Et une démarche de qualité a été engagée par les industriels, associant les organismes scientifiques et publics en charge d’évaluer les diverses technologies, les résultats et la sécurité des appareils.

LES ÉPURATEURS D’AIR, UN MOYEN COMPLÉMENTAIRE AU RENOUVELLEMENT D’AIR

Les épurateurs d’air peuvent utilement diminuer la concentration des polluants dans l’air intérieur, soit en les filtrant, soit en les détruisant. À condition d’être testés inoffensifs et efficaces.
Et les experts interrogés préviennent : même en présence d’un épurateur d’air intérieur, l’aération et la ventilation des pièces seront toujours indispensables.
Fabien Gérardin, responsable d’études des moyens technologiques d’amélioration de la qualité de l’air intérieur à l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), est très clair sur le sujet : « Des épurateurs d’air peuvent être utiles, mais en complément­ de la ventilation, jamais à sa place. L’apport minimal réglementaire d’air neuf dans les bureaux, indispensable pour évacuer le CO2, est de 25 m3/h par personne. »

Cet article de notre revue Qualité Construction est mis gratuitement à votre disposition. Pour en savoir plus sur la revue et vous y abonner, cliquez ici.


Actualité publiée sur AQC_ Toutes les actu
Consulter la source

 bâtiment
 santé et confort
 qualité de l'air
 pollution
 COVID19

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     santé et confort
     qualité de l'air
     pollution
     COVID19