[Entretien] Quand les grands groupes prennent leurs responsabilités : le groupe VELUX lance sa stratégie environnementale 2030

En prenant part à la Science-Based Targets initiative, le groupe VELUX souhaite montrer l’exemple en réduisant fortement son empreinte carbone. Les objectifs ambitieux se déclinent sous forme d’actions concrètes sur le terrain, notamment sur les sites de production et en étroite coopération avec les fournisseurs. Entretien avec Catherine Juillard, Directrice des Relations Institutionnelles et Bâtiments Durables chez VELUX France.

La première feuille de route environnementale du groupe VELUX concernait la période 2007-2020. Quel bilan tirez-vous de cette première étape ?

Catherine Juillard : En effet, dès 2007, le groupe VELUX s’est penché sur sa responsabilité environnementale. L’objectif majeur de cette feuille de route était de réduire de 50% nos émissions carbone entre 2007 et 2020 sur le scope 1 (les émissions directes liées à la fabrication de nos produits) et le scope 2 (les émissions indirectes liées aux consommations énergétiques lors du processus de fabrication). En 2020, nous avons dépassé notre objectif en atteignant 59% de réduction.

Afin de respecter les engagements de la feuille de route, nous avons travaillé sur les points suivants :

  • Le traitement des déchets de production. Aujourd’hui, nous recyclons ou valorisons 97.8% de ces déchets. Par exemple, nous utilisons les chutes de production de bois pour le chauffage de nos sites.
  • La consommation d’énergie renouvelable. 39% de l’électricité que nous utilisons est issue de source renouvelable. Notre consommation en énergie renouvelable s’accélère très vite : rien qu’entre 2019 et 2020, elle a augmenté de 16 points.
  • L’approvisionnement en bois certifié. 99,6% du bois utilisé pour nos fenêtres provient de fournisseurs certifiés (PEFC, FSC). De plus, nous favorisons autant que possible l’approvisionnement local. Par exemple, le bois utilisé dans notre usine située en Picardie, provient à plus de 50% de forêts des Landes.
  • La certification de nos sites. 100% de nos sites de production sont certifiés par des normes ISO, notamment ISO 50 001 pour le management efficace de l’énergie et ISO 14 001 pour le management environnemental.

Le succès de cette première feuille de route nous a guidés dans la mise en place d’une stratégie encore plus ambitieuse, à horizon 2030.

Vous avez établi votre stratégie durable à horizon 2030. Quels sont les objectifs majeurs de cette stratégie ?

Catherine Juillard : Nous avons défini cette stratégie à l'automne 2020, dans la continuité de la première feuille de route. Nous avons souhaité augmenter fortement nos objectifs et élargir les domaines touchés. Toute cette nouvelle stratégie tend vers un objectif ultime : la réduction de notre empreinte carbone. Nous visons ainsi une réduction de 100% de nos émissions carbone sur les scopes 1 et 2 d’ici 2030, sur la base de nos émissions de 2018. Nous avons également intégré l’impact carbone du scope 3 (les autres émissions indirectes liées notamment à toutes les étapes du cycle de vie du produit) : nous souhaitons réduire de 50% les émissions carbone de notre chaîne de valeur. C’est le plus gros challenge, cela demande notamment un travail très poussé avec les fournisseurs sur la chaîne d’approvisionnement.

Notre nouvelle stratégie se décline en 15 objectifs concrets, répartis autour de trois enjeux :

  • Être une entreprise responsable au quotidien, avec une palette d’objectifs dans des domaines très variés tels que la diversité, la mixité et l’égalité professionnelle, ou encore la qualité des environnements de travail, la sécurité sur site, le partage des innovations durables, sans oublier la diminution des émissions liées à nos déplacements et la promotion de l’économie circulaire et du zéro déchet.
  • Innover dans des produits durables. Cet enjeu est au cœur de notre stratégie et nous menons un travail de fond sur nos gammes de produits.
  • Être pionnier dans les actions en faveur du climat et de la biodiversité. En complément de nos actions pour réduire drastiquement nos émissions de CO2 actuelles et futures, nous souhaitons, et c’est une démarche inédite, effacer notre empreinte carbone historique d’ici 2041, à l’occasion de notre centenaire.

Tous nos objectifs s’inscrivent dans la Science-Based Targets initiative (SBTi), que nous avons rejoint à l’occasion de cette nouvelle feuille de route. Cette initiative propose d’aider les entreprises à bâtir des plans de réduction carbone en adéquation avec l’Accord de Paris. En la signant, nous nous sommes engagés à fixer des objectifs pour rester dans une trajectoire en dessous de +1,5°C et à mettre en place des reportings réguliers afin de suivre notre évolution et de mettre en place des mesures correctives si besoin.

Concrètement, quelles actions allez-vous mettre en place pour atteindre ces objectifs ?

Catherine Juillard : Nous avons trois grandes initiatives concrètes en cours. Début 2021, nous avons noué un partenariat avec Schneider Electric pour nous accompagner dans notre processus d’achat d’électricité décarbonée. Augmenter la part d’électricité verte dans notre mix énergétique est un levier très important pour réduire nos émissions carbone sur les scopes 1 et 2. Notre objectif est de porter notre part d’utilisation d’énergie renouvelable de 39% en 2020 à 100% à la fin de 2023.

Nous avons également lancé un travail de fond avec tous nos fournisseurs afin d’atteindre notre objectif de 100% de bois certifié en 2021. Cela suppose un dialogue pédagogique permanent.

Enfin, nous travaillons sur le packaging de nos produits. Nous souhaitons développer un emballage unique, mono-matériau, sans plastique ni polystyrène et 100% recyclable. L’objectif est que 90% de nos fenêtres puissent bénéficier de cet emballage d’ici fin 2021. C’est un projet phare pour nous, qui s’inscrit dans nos objectifs de réduction de plastique à usage unique, de déchets, d’émission de carbone et de protection de la biodiversité.

Comment est-ce que vous intégrez vos fournisseurs et vos collaborateurs à votre démarche ?

Catherine Juillard : Il est très important pour nous d’embarquer l’ensemble de nos collaborateurs dans notre démarche. Nous ne pourrons pas atteindre nos objectifs sans eux. De plus, l’engagement du groupe crée de la fierté chez les collaborateurs. Nous voyons clairement que les valeurs environnementales sont de plus en plus importantes pour eux. C’est pourquoi notre nouvelle stratégie environnementale a été le fruit de deux ans de préparation et de travail avec une centaine de collaborateurs VELUX, issus de différents services. Cela aide fortement l’ensemble des équipes  à se l’approprier. Pour consolider son ancrage collectif, nous mettons en place des événements internes, des supports de communication, des réunions de suivi, etc. Nous pouvons également compter sur nos projets transversaux, comme le nouveau packaging, afin de toucher tous nos services à la fois.

Nos fournisseurs constituent un autre type d’acteurs très importants à impliquer dans notre démarche. Il faut savoir que notre chaîne d’approvisionnement contribue à plus de 85% des émissions de notre scope 3. Fin 2020, nous avons mené un travail d’identification des fournisseurs les plus impactant dans la réduction de nos émissions de CO2. Depuis, nous échangeons régulièrement dans une optique de coopération et de sensibilisation aux émissions carbone. Nous écrivons actuellement une feuille de route commune. Nous ferons notre premier bilan sur cette coopération à la fin 2021.

Vous avez développé avec le WWF un concept original de neutralité carbone à vie (Lifetime Carbon Neutral). Pouvez-vous nous en dire plus sur ce concept ?

Catherine Juillard : Un des objectifs phares de notre axe « être pionnier dans les actions en faveur du climat et de la biodiversité » consiste à capturer l’équivalent de 100% de notre empreinte historique d’ici 2041, pour notre centenaire. Cela représente l’équivalent de 5,6 millions tonnes de carbone. Il s’agit pour nous de prendre nos responsabilités sur nos propres émissions passées. C’est un concept novateur, peu d’entreprises se sont lancées dans cette approche rétroactive. Nous lui avons donné le nom de « Lifetime Carbon Neutral ».

Dans cette perspective, nous avons conclu un partenariat d’envergure jusqu’en 2041 avec Le World Wide Fund for Nature (WWF), qui nous a accompagnés dans la définition du concept de neutralité carbone à vie sur nos scopes 1 et 2. L’expertise du WWF nous éclaire également dans le choix de projets de reforestation pour atteindre nos engagements et contribuer en même temps à la restauration de la couverture forestière dans des zones sensibles de la planète. Sur la base de cette expertise, les 5 projets forestiers choisis sont situés dans les zones tropicales où il est urgent de relever le double défi du changement climatique et de la perte de nature.

 

Propos recueillis par Manon Salé - Construction21, la rédaction


Pour aller plus loin : 

Retrouvez tous les articles publiés par Velux

Site web de Velux

 transition écologique
 décarbonation
 énergies renouvelables
 économie circulaire
 entretien

Auteur de la page

  • Catherine Juillard

    Direction Marketing Développement

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     transition écologique
     décarbonation
     énergies renouvelables
     économie circulaire
     entretien