[Entretien] Baromètres et veille prospective : les outils du CCCA-BTP pour prendre le pouls de l’apprentissage dans le BTP

Acteur central de l’apprentissage dans le BTP, le Comité de Concertation et de Coordination de l’Apprentissage du BTP (CCCA-BTP) a lancé un nouvel outil pour prendre le pouls du secteur : le baromètre vie des organismes de formation (BVOF). Celui-ci vient compléter deux baromètres déjà existants ainsi qu’une veille prospective mensuelle. Cet arsenal permet ainsi au CCCA-BTP d’avoir une vision complète du secteur. Retour sur ces différents outils avec Franck Le Nuellec, Directeur Marketing, Développement et Innovation Stratégique du CCCA-BTP, Martine Lecoeur et Boubacar Diallo, chargés d’étude au CCCA-BTP.

Le CCCA-BTP publie chaque année plusieurs baromètres, pouvez-vous nous les présenter ?

Franck Le Nuellec : Aujourd’hui, le CCCA-BTP est en première ligne pour dessiner le futur de la construction et identifier les grands axes de travail pour la construction de demain. Nous faisons le lien entre les apprentis, les entreprises et les organismes de formation. Notre mission consiste notamment à aider les organismes de formation à accompagner encore plus fortement les entreprises dans la formation, dans la prise en compte des enjeux environnementaux et dans l’innovation.

Nous avons développé trois baromètres différents. A eux trois, ils proposent une vision 360° de l’évolution des compétences et des métiers dans le BTP. Il n’y a pas d’équivalent ailleurs : aucun autre organisme que le CCCA-BTP ne propose cette vision.

Martine Lecoeur : Effectivement, nous avons mis en place les trois baromètres suivants :

  • Le baromètre vie apprenti (BVA). Il s’adresse à tous les apprentis qui préparent une formation du BTP. Nous en sommes à la 5ème édition.
  • Le baromètre vie entreprise (BVE). Il est destiné à toutes les entreprises qui forment ces apprentis. Nous en sommes à la 4ème édition.
  • Le baromètre vie des organismes de formation (BVOF). Lancé en 2020, il concerne tout organisme de formation qui propose au moins une formation du BTP en apprentissage.

Nous touchons un public très large avec ces baromètres. En 2019 (le BVOF n’était pas encore lancé), nous avons eu environ 30 000 réponses d’apprentis et 10 000 réponses d’entreprises. Ce grand nombre de réponses nous permet d’avoir une bonne vision du secteur.

Les prochains résultats des enquêtes BVA et BVE seront disponibles en septembre 2021.

Les BVA et BVE permettent aux organismes de formation de communiquer sur leurs points forts mais aussi d’identifier leurs points faibles et de mettre en place des actions correctives afin de s’améliorer. En ce sens, les baromètres sont de véritables outils de communication et d’aide à la décision.

Boubacar Diallo : L’objectif de ces enquêtes est de mieux connaitre les besoins des entreprises, des organismes de formation et des apprentis. Cela nous permet ensuite de leur apporter des services en fonction de leurs besoins (besoin d’information, d’accompagnement, etc.).

Vous allez prochainement annoncer les résultats du baromètre vie des organismes de formation (BVOF). Pourquoi l’avoir mis en place ?

M. Lecoeur : Nous avions déjà le BVA et le BVE depuis quelques années, mais il nous manquait des informations sur le troisième pilier de la relation tripartite entreprise-CFA-apprenti que sont les organismes de formations. Nous souhaitions nous intéresser davantage à ce dernier acteur.

Le BVOF se décompose en 3 sous-enquêtes :

  • Le BVOF cadrage, qui vise à identifier les principales caractéristiques des organismes de formation (localisation, type d’organisme, nombre d’apprentis inscrits, etc.). Cette enquête est prévue tous les deux ans.
  • Le BVOF observatoire, qui porte sur les pratiques des organismes de formation (prise en compte des enjeux juridiques, connaissance des modalités et sources de financement de l’apprentissage, mise en place de formations multimodales, accompagnement des formateurs, etc.). Il se déroule une fois par an.
  • Le BVOF tendances, qui a lieu deux fois par an. Cela nous permet de mieux connaître les préoccupations et besoins des dirigeants des organismes de formation sur des sujets comme le recrutement d’apprentis, le financement de l’apprentissage, la communication et le marketing, la mise en place de formation en distanciel, etc. Leurs réponses nous permettent d’ajuster notre offre de service.

Découvrez les premiers résultats du BVOF tendances grâce à l'infographie dédiée !

F. Le Nuellec : Le BVOF est très important pour nous. En effet, depuis la réforme de l’apprentissage, le CCCA-BTP ne fait plus office de tête de réseau. Nous sommes devenus un outil de branche, dont la mission est de mieux comprendre les attentes des entreprises et d’aider les organismes de formation à adapter leurs formations à ces attentes. Aujourd’hui, nous accompagnons environ 380 structures.

Le CCCA-BTP développe également une démarche de veille prospective. Pourquoi cette démarche ?

B. Diallo : Notre veille prospective vise à proposer une information pertinente aux organismes de formation, afin de les éclairer dans la prise de décision. Pour ce faire, nous collectons et analysons de nombreuses données, provenant de sources variées. Nous utilisons notamment des données de l’Insee et de Pôle Emploi. Nous faisons également intervenir des experts via des témoignages et des interviews. Par exemple, nous travaillons actuellement sur une interview sur le thème de l’économie circulaire : quels sont les métiers d’avenir liés à ce sujet, quels sont les matériaux sur lesquels nous avons besoin de connaissance, etc.

La veille comprend quatre facettes : la veille concurrentielle (nous regardons comment les secteurs concurrents, comme les formations dans l’hôtellerie et la restauration, attirent les jeunes) ; la veille technologique (nous surveillons les innovations du secteur) ; la veille réglementaire (nous observons l’évolution des normes et des réglementations ; la veille sur le secteur du BTP en général.

Toutes les équipes du CCCA-BTP sont invitées à participer à la veille : nous avons un référent veille par équipe. Le résultat de notre veille paraît tous les mois, à travers une newsletter adressée aux organismes de formation. Nous en sommes à la 4ème newsletter.

Comment utilisez-vous les résultats des différents baromètres et de la veille prospective ?

B. Diallo : Pour la veille, comme je l’ai dit, nous utilisons une newsletter mensuelle afin d’en diffuser les résultats. Pour chacune, nous mettons à disposition les sources pour que les personnes puissent se renseigner plus en profondeur s’ils le souhaitent.

M. Lecoeur : Les baromètres, eux, donnent lieu à des publications. Par exemple, à partir des résultats de l’édition 2018/2019 des BVA et BVE, nous avons adressé aux organismes de formation et au ministère de l’éducation nationale un ouvrage intitulé « L’apprentissage du BTP par ceux qui le vivent » Nous réalisons également des infographies ainsi que des webinars pour présenter ces résultats. Enfin, nous prévoyons de publier un livre contenant des analyses plus poussées.

En plus de ces différents supports, les résultats sont disponibles en ligne, sur un site dédié. Le grand public peut ainsi accéder aux données générales des baromètres. Les organismes de formation, eux, disposent d’un accès privilégié à ce site. En se connectant, ils peuvent accéder à des résultats personnalisés : sur leurs propres apprentis, sur leurs propres entreprises formatrices, etc.

F. Le Nuellec : Il est important que les baromètres soient accessibles au format digital. En effet, nous avons souhaité mettre en place un outil d’aide à la décision dynamique, simple et facile d’usage, afin que l’utilisateur comprenne bien les données. Le livre mentionné par Martine Lecoeur, lui, doit devenir un ouvrage de référence qui touche un public plus institutionnel, grâce à des analyses réalisées en fonction des territoires et des thématiques du moment.

Quelles conclusions tirez-vous des résultats de ces différents outils ?

M. Lecoeur : Les différents baromètres et la veille nous ont permis de bien identifier les attentes des organismes de formation. Ces derniers ont notamment besoin d’accompagnement pour développer des formations multimodales, avec un enseignement modularisé. De plus, la crise sanitaire a augmenté les attentes en termes de formation numérique.

Grâce aux baromètres, nous avons pu dresser le constat positif que les apprentis ou les entreprises formatrices sont globalement satisfaits des formations d’apprentissage. Nous observons également que les apprentis qui viennent vers nous viennent par choix, non pas par défaut. C’est très motivant.

B. Diallo : La veille et les baromètres nous ont également révélé les besoins en communication des organismes de formation. Ces derniers doivent constituer des stratégies de communication pour mieux toucher leurs cibles, notamment via les réseaux sociaux. Nous devons les accompagner là-dessus.

Enfin, le travail de veille nous a permis de constater que les organismes de formation sont très demandeurs d’informations sur les sujets d’écoconstruction, d’utilisation de nouveaux matériaux, etc. Les formations vont évoluer en ce sens, les emplois de demain également. Nous devons aider les entreprises, apprentis et organismes de formation à s’y préparer.

Propos reccueillis par Manon Salé, Construction21 - la rédaction

 

Rendez-vous sur la plateforme "repères apprentissage BTP"

 


Pour aller plus loin : 

Retrouvez tous les articles publiés par le CCCA-BTP

Site web du CCCA-BTP

 bâtiment
 entretien
 formations
 économie circulaire
 matériaux et solutions
 écoconstruction

Auteur de la page

  • Franck Le Nuellec

    Directeur du marketing, du développement et de l'innovation

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     entretien
     formations
     économie circulaire
     matériaux et solutions
     écoconstruction