[Enquête] La rénovation énergétique, une priorité pour les Français

Rédigé par
Stéphanie Santerre - Construction 21

Secrétaire de rédaction

219 Dernière modification le 09/02/2024 - 10:30
[Enquête] La rénovation énergétique, une priorité pour les Français

Parmi les enseignements de la nouvelle édition de l'étude ANRU/Harris Interactive, la rénovation énergétique des bâtiments apparaît au cœur des attentes des habitants pour l’avenir de leur quartier, avec des efforts marqués en termes de sobriété. 

A la demande de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), qui finance et accompagne la transformation de quartiers de la Politique de la ville en France, Harris Interactive a lancé en 2021 une enquête barométrique auprès des Français avec l’objectif de recueillir leurs perceptions et leur sentiment vis-à-vis de leur lieu de vie et de leur environnement proche : commune, quartier, logement. Deux échantillons complémentaires sont interrogés simultanément pour être comparés, l'un représentant l’ensemble de la population française, l'autre les QPV. Entre autres enseignements, la rénovation énergétique des bâtiments apparaît au cœur des attentes des habitants pour l’avenir de leur quartier. 

Selon cette 3e édition, les Français placent en effet la rénovation énergétique des bâtiments en tête de classement : 72 % d’entre eux la considèrent comme prioritaire, devant la création/rénovation des voies de circulation (60 %), la rénovation des espaces piétons (59 %), ou encore le développement d’espaces verts (56 %). Dans les QPV, toutes ces propositions paraissent davantage prioritaires dans l’absolu. La hiérarchie des priorités reste similaire, avec les rénovations énergétiques en tête devant les autres types de travaux (82 %). Toutefois, on accorde dans les QPV une importance encore plus forte qu’ailleurs aux espaces verts (74 %, +18 points par rapport à la moyenne) et à la démolition de logements dégradés pour en reconstruire de plus adaptés (72 %, +22 points).

Des réflexes de sobriété en baisse ?

Les réflexes en termes de sobriété énergétique sont aujourd’hui largement répandus chez les Français – au moins dans leurs déclarations. Par exemple, 85 % d’entre eux indiquent avoir déjà limité leur consommation d’eau chaude pour faire des économies, dont 59 % indiquent le faire régulièrement. 81% déclarent avoir déjà baissé la température chez eux quitte à avoir un peu froid, dont 55 % indiquent le faire régulièrement. Enfin, pas moins de 73 % indiquent avoir déjà limité leurs déplacements pour faire des économies, dont 44 % indiquent le faire régulièrement. Des chiffres élevés, qui accusent cependant une légère baisse par rapport à ceux recueillis à l’été 2022.

Toutefois, cette tendance à la baisse s’avère moins marquée dans les QPV qu’en moyenne en France. Dans tous les cas, l’aspect environnemental apparaît nettement comme une des raisons de ces efforts, au moins autant dans les QPV qu’ailleurs. Qu’il s’agisse de limiter sa consommation d’eau chaude, de baisser la température chez soi, de consommer davantage sur les heures creuses ou de limiter ses déplacements, près de 4 personnes sur 10 ayant adopté ces comportements indiquent que l’aspect environnemental a « beaucoup compté » dans cette décision.

Partager :