Dossier thématique : le BIM Vert comme catalyseur développement durable - l'édito de Guersendre Nagy, buidingSMART France-Mediaconstruct

Dossier thématique : le BIM Vert comme catalyseur développement durable - l'édito de Guersendre Nagy, buidingSMART France-Mediaconstruct

Un sujet tout à fait d’actualité avec la grande vague de froid sibérien que connaît la France face aux « passoires énergétiques » ou « la précarité énergique » décriées ces derniers jours !

Le dossier « BIM vert » que vous allez pouvoir suivre jusqu’au 11 mars, vous démontrera pourquoi et comment le BIM est un catalyseur développement durable, à la fois outil et méthode de travail pour faire des bâtiments les moins énergivores possibles. Il sera question de cas concrets, d’explications sur les IFC ou le contenu du carnet numérique du bâtiment, ou encore de projets H2020 ciblés BIM.

Et si ce sujet vous intéresse, le salon Passi’bat les 20 et 21 mars est fait pour vous. Et plus généralement, si vous voulez avoir une vision BIM à 360 ° rendez-vous le 26 mars à l’international openBIM day.

                 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avec le BIM, le but est de travailler plus généralement sur la dématérialisation des données et leur partage au sein de toute la filière, tout au long du cycle de vie de l’ouvrage bâti. Ce qui répond aux enjeux extra-financiers de green value qui nécessitent de disposer d’informations objectives sur les performances des bâtiments. Le BIM est également à la croisée du « lean construction » pour construire sans gaspiller, et il ne s’agit pas que d’économies financières !

Pourquoi parler de BIM « vert » ?

Les données utiles sur le cycle de vie du bâtiment correspondraient à la 6ème dimension du BIM : la 6D. On pourrait parler de BIM vert :

  • parce que le BIM aide à rendre un projet « durable » (cf article «projet BIMEET »);
  • mais aussi parce que le BIM est utilisé pour des sites qui ont déjà une problématique « verte » comme la dépollution, la gestion des déchets, la construction de centrale... (ex : projet EPR Hinkley point en openBIM, 29/03 à 12h15 sur BIM World)

Pour réduire la consommation d’énergie et garantir le respect des exigences environnementales dans le Bâtiment, il est indispensable de maîtriser l’information technique de l’ouvrage, dès la phase de programmation jusqu’à l’exploitation… voire la déconstruction. Le BIM permet cette continuité numérique, comme base données d’un ouvrage conçu numériquement, puis construit et enfin exploité. L’openBIM complète cette fluidité interprofessionnelle permettant aux logiciels de communiquer entre eux même s’ils sont d’éditeurs différents (cf article « Pour un BIM ouvert et collaboratif : l’exemple de la thermique »).

Le BIM pour une construction « passive »

Grâce au BIM, les intervenants peuvent réaliser plusieurs scénarios – très en amont -  afin de prendre des décisions mieux éclairées dans un contexte de développement durable. Certains pays ont ainsi développé des outils de « code checking » afin de vérifier que le projet conçu numériquement répond à certaines exigences réglementaires. En France le PTNB (Plan de Transition Numérique du Bâtiment) a d’ailleurs commandé un travail sur la « numérisation des règles ».

Grâce à l’openBIM, la modélisation de l’ouvrage ainsi que le choix des matériaux et des équipements se font de manière intégrée. Par ses aspects collaboratifs et ouverts, le BIM permet une meilleure utilisation de l’énergie, de l’eau, des matériaux mais aussi du territoire, grâce à des analyses énergétiques et environnementales plus précises car mieux renseignées. Ce qui nécessite que le BIM descende jusqu’au chantier (cf article « projet BIMplement ») pour aider à la mise en œuvre des interfaces entre produits par les compagnons. Comme le rappelle l’AQC (Agence Qualité Construction), le BIM est annonciateur d’une amélioration de la qualité de la construction et de la prévention des pathologies, dont la gestion des interfaces est la clé.

Le BIM pour une exploitation durable

L’usage de la maquette numérique et des logiciels adaptés permettent d’accompagner les usagers et exploitants du bâtiment dans une démarche d’éco-performance. En cela, le carnet numérique d’entretien du bâtiment est crucial.

Grâce au « digital twin » ou « jumeau numérique du bâtiment physique tel que construit », il devient ainsi possible de mesurer en temps réel la consommation des énergies (eau, gaz, électricité) et de gérer les interventions techniques de maintenance. Factures énergétiques des locataires, maitrise des budgets d’exploitation des parcs immobiliers du point de vue des gestionnaires et des propriétaires en sont ainsi améliorés.

Auteur : Guersendre NAGY, buildingSMART France-Mediaconstruct

Dossier BIM VERT
Retrouvez tous les articles du Dossier BIM Vert
en cliquant ici.
Communauté travailler en BIM
Intéressé-e ? Rejoignez notre communauté consacrée au BIM: "Travailler en BIM".
 Dossier BIM Vert
 mediaconstruct
 construction passive
 maquette numérique
 construction durable
 openBIM

Auteur de la page

  • guersendre nagy

    Responsable communication - relations publiques et membres

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Dossier BIM Vert
     mediaconstruct
     construction passive
     maquette numérique
     construction durable
     openBIM