[Dossier Mobilités] #5 - Un référentiel formalisé pour quantifier les impacts de l’infrastructure de recharge

Le verdissement des mobilités est un des axes prioritaires du plan de relance du gouvernement. La transformation de la filière automobile passe certes par l'accroissement grandissant du nombre de véhicules électriques, mais aussi par l'arrivée des infrastructures de recharge de ces véhicules. Dans le cadre d'une politique de mobilité bas carbone, il est important de travailler sur la réduction des émissions de CO2 des véhicules mais aussi de leurs infrastructures de recharge.

En effet, comment est-il possible de réaliser une politique bas carbone sans être en capacité d'évaluer l'impact environnemental des éléments émettant du gaz à effet de serre ?

C'est pourquoi le GIMELEC et IGNES, organisations professionnelles représentant les industriels des infrastructures de recharge de véhicule électrique, se mobilisent et proposent des règles communes pour évaluer l'impact environnemental des IRVE au sein du programme PEP Ecopassport, le programme de développement des déclarations environnementales des équipements électriques et électroniques. Dès lors, cette évaluation environnementale pourra être utile non seulement pour les industriels dans le cadre de l’éco-conception des produits, que pour les utilisateurs qui trouveront ainsi une information fiable sur les impacts environnementaux des bornes de recharge de véhicule électrique.  

 

Un contexte à dimension internationale 

Afin de respecter les objectifs de l’Accord de Paris et la mise en application de la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV), l’intégration d’infrastructures de recharge pour les véhicules électriques dans les bâtiments devient incontournable. Elle constitue d’ailleurs à la fois un des piliers du développement de la mobilité bas carbone et un moyen de stockage privilégié de l’énergie électrique produite localement dans les bâtiments.

Il apparaît donc clairement que le développement d’une mobilité électrique durable n’est pas uniquement un enjeu pour les acteurs de l’automobile et du transport mais aussi pour les acteurs de l’installation électrique du bâtiment et de l’infrastructure en général.

Afin de répondre à cet enjeu, la création d’un cadre de déclaration des performances environnementales des Infrastructures de Recharges pour Véhicules Electriques (IRVE) est indispensable. Pour ce faire, les acteurs de la filière électrique française des syndicats IGNES et GIMELEC se sont regroupés pour proposer des règles d’évaluation de l’impact environnemental des IRVE, dans le cadre d’un programme de déclarations environnementales reconnu : le programme PEP Ecopassport® (PEP : Profils Environnementaux Produits)

 

Pourquoi faut-il encadrer le développement de déclarations environnementales produites pour les infrastructures de recharge ?

Pour réduire l’impact environnemental d’un secteur, il est nécessaire de quantifier et de connaître celui-ci. 

Ainsi, le calcul des performances environnementales doit être réalisé de manière identique par tous. Le programme PEP Ecopassport® via ses règles spécifiques par catégorie de produit permet de disposer d’un cadre méthodologique strict :

  • Conforme aux exigences de la norme ISO 14 025 régissant les déclarations environnementales de type III,
  • Adapté à la quantification des impacts environnementaux des produits électriques et électroniques et permettant de se focaliser sur les enjeux du secteur et ainsi de simplifier la démarche,
  • Reconnu par les instances gouvernementales et internationales, du bâtiment notamment,
  • Fixant les indicateurs environnementaux à considérer et leurs modes de calcul,
  • Fixant le périmètre de déclaration : étapes du cycle de vie à considérer (du « berceau à la tombe »), base de données recommandées (principalement la base ELCD), données d’impacts obligatoires, règles de coupure, traitement des données secondaires…

En complément de ce cadre, il est opportun de développer et de fixer un certain nombre de paramètres propres à la catégorie de produit considérée, à savoir les infrastructures de recharges pour véhicule électriques telle que :

  • La définition des familles de produits : prise, borne sur pied, wallbox, … ainsi que leur usage privé ou public,
  • L’unité fonctionnelle à considérer,
  • Les scénarios d’usage associés à chaque famille et à chaque usage,
  • Le mode de calcul de la consommation d’énergie en phase d’usage…

 

Un processus participatif et itératif

La création de ces règles fait l’objet d’un travail collectif entre fabricants de prises et bornes de recharges mêlant à la fois des experts produits et des experts de l’analyse du cycle de vie et des déclarations environnementales. 

Cette approche basée sur la discussion et l’expérimentation permet de mettre en place des règles conformes aux exigences du programme sans sacrifier leur caractère opérationnel. En complément, les règles sont associées à des outils simples qui doivent faciliter leur mise en œuvre et le développement des déclarations.

En complément, les fabricants mettent directement en application ces règles afin d’identifier leur pertinence et de potentielles voies de simplification.

 

Des résultats attendus pour mi 2021

Ce référentiel constituera le premier référentiel complet formalisé portant sur des infrastructures de mobilité au sein du programme PEP Ecopassport®. 

A ce jour, des déclarations portant sur les bornes de recharges existent déjà mais s’appuient sur des règles généralistes conduisant à des disparités de traitement entre les différents fabricants. La mise à disposition de ce référentiel permettra aux acteurs de la mobilité bas carbone de disposer d’éléments comparables et de faire des choix éclairés sur la base des performances environnementales.

Financé par l’ADEME dans le cadre de l’appel à accompagnement #FaistaFDES #FaistonPEP, le référentiel est actuellement en cours d’élaboration dans le cadre d’un groupe de travail commun GIMELEC / IGNES dirigé par le cabinet de conseil DDemain. Il fera ensuite l’objet d’une revue critique par un vérificateur indépendant habilité par le programme PEP®. La publication du PSR est prévue pour la fin du 1er semestre 2021. Les industriels de la profession pourront ensuite produire des déclarations environnementales PEP de leurs gammes de produits.

La parole à David Dupuis Responsable Environnement chez Hager :

« Hager est un partenaire de longue date du programme PEP Ecopassport®. Il est en effet de notre responsabilité de travailler avec les acteurs du secteur, également adhérents, afin de cadrer la déclaration environnementale de nos produits et ainsi permettre à l’utilisateur final d’effectuer un comparatif équitable.

En tant qu’industriel et, notamment, fournisseur de bornes de recharge pour véhicules, nous avons tout naturellement participé à la rédaction de cette PSR IRVE. Grâce à l’animation efficace  du cabinet  DDemain, nous sommes aujourd’hui à l’aboutissement de ce projet. La prochaine étape significative envisagée en mars 2021 sera de réaliser des PEP « blancs » sur nos produits respectifs afin d’évaluer, toujours en concertation, la robustesse de notre méthodologie. »

 

Un article signé Julie Orgelet-Delmas, Consultante indépendante ACV, écoconception, économie circulaire DDemain pour IGNES et GIMELEC

 

À propos de DDemain 

DDemain accompagne les organisations dans la quantification et la réduction de leurs impacts environnementaux pour contribuer au développement d'un monde plus soutenable. DDemain combine des outils reconnus : l'Analyse du Cycle de Vie et de l'écoconception (PEP ecopassport, FDES, E+C-, ....) avec une grande expérience de la gestion de projet (Agilité, Intelligence collective, ...) pour co-construire avec ses clients leur stratégie et organiser leur montée en compétence et leur prise d'autonomie.

 

Article suivant : #6 - Ingénierie du déploiement et acceptabilité sociale de l’électromobilité

 


Un DOSSIER réalisé avec le soutien de :

 

 

.

 

 Dossier Mobilités
 villes et territoires
 mobilité
 transports
 écomobilité
 dossier

Auteur de la page

  • Julie ORGELET

    Consultante

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Dossier Mobilités
     villes et territoires
     mobilité
     transports
     écomobilité
     dossier