[Dossier Mobilités] #31 - Fresque de la mobilité : comprendre pour agir

Les récents débats autour des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat sur le thème « Se déplacer » ou le mouvement des Gilets Jaunes après l’alourdissement de la fiscalité sur le carburant, sans dispositif compensatoire de justice sociale, montrent la difficulté de faire changer les comportements sur un sujet aussi sensible que la mobilité des personnes et le sentiment de liberté associé. 

Faut-il pour autant renoncer à imaginer et proposer des alternatives à la voiture individuelle ou aux voyages à l’autre bout du monde ? Ou est-ce qu’un effort particulier d’information et de pédagogie sur l’ampleur du sujet à traiter peut contribuer à des changements dans nos habitudes de mobilité ?

Les enjeux soulevés par le changement climatique n’ont jamais été aussi prégnants dans le débat public et au cœur des interrogations d’une partie grandissante de la population.

Hors pandémie en effet, l’environnement est l’une des 3 préoccupations principales des Français avec le pouvoir d’achat et l’avenir du système social[1]. Et parmi les problèmes d’environnement, le réchauffement climatique apparaît de loin comme le plus préoccupant.

Cependant, encore 1/4 des Français considèrent que le réchauffement climatique est un phénomène naturel qui a toujours existé et plus de 60% sont convaincus que les centrales nucléaires contribuent beaucoup ou assez aux émissions de gaz à effet de serre[2].

Pour accompagner l’intérêt croissant des Français pour les enjeux climatiques et pour aider aux décisions individuelles et collectives, il est primordial que les connaissances soient diffusées le plus largement possible et que nous ayons tous accès au bon niveau d’information.

 

Un problème complexe et des enjeux pas toujours bien identifiés

SI les phénomènes physiques liés au dérèglement climatique sont désormais bien identifiés par la communauté scientifique, ils restent néanmoins difficiles à appréhender par tous. Et les perspectives du dérèglement sont à la fois profondément inquiétantes et éminemment complexes. Afin d’obtenir une compréhension des enjeux qui soit la plus exacte possible, il est nécessaire d’y consacrer un temps important.

Faire face au problème exige une population certes sensibilisée, mais aussi informée et formée à tous les niveaux de la société. – étudiants, citoyens, dirigeants, décideurs politiques.

De nombreuses initiatives ont vu le jour ces dernières années pour développer des outils de sensibilisation et d’information à ces enjeux fondamentaux. On peut citer le rapport du Shift Project « Déployer la sobriété numérique »[3], le succès de la Fresque du Climat[4], atelier ouvert à tous visant à expliquer les causes et les conséquences du réchauffement climatique que 100 000 personnes ont déjà suivi, ou le service d’information environnemental Ecolab de l’ADEME[5].

 

La mobilité des personnes, un sujet sensible sur lequel il faut pourtant agir

La mobilité des personnes va évoluer fortement sous la double pression de la lutte contre le dérèglement climatique et du risque d’un moindre approvisionnement en pétrole dans la décennie qui vient[6]. Cette évolution nécessite d’en comprendre les mécanismes et de mesurer les responsabilités, tant individuelles que collectives, que nous devons assumer et qui doit nous guider dans nos décisions.

Fort de ce constat, l’association Les Shifters, qui regroupe maintenant plusieurs milliers de bénévoles et qui œuvre à l’élaboration de solutions pour la transition carbone de l’économie en appui au think tank The Shift Project, a constitué fin 2019 une mission pour concevoir un instrument de sensibilisation à la mobilité décarbonée : la Fresque de la Mobilité.

L’objectif est de disposer d’un outil facilement et massivement déployable, qui puisse s’adresser au plus grand nombre, pour sensibiliser et informer sur les enjeux et les conséquences de la mobilité des personnes.

La Fresque de la Mobilité a aussi pour objectif de permettre aux participants d’explorer les avantages de différents leviers de décarbonation de la mobilité, à l’échelle individuelle comme à l’échelle collective.

L’identification de ces leviers se base sur le Guide pour une mobilité quotidienne bas carbone, du Shift Project[7].

L’atelier de la Fresque de la Mobilité : un format ludique et collaboratif pour comprendre et prendre en main sa mobilité

Cet atelier se déroule par groupe de 6 à 8 personnes, guidées par un animateur dédié et formé, et comprend 2 parties.

La première partie, sous forme de cartes quizz, propose aux participants de construire un panorama de la mobilité des personnes en France : besoins, modes de transport et énergies utilisés pour y répondre, conséquences économiques, sanitaires et environnementales.

La seconde partie met en scène des profils type dans lesquels les participants peuvent se reconnaître, et propose des leviers d’action à mettre en place. Le but est alors de choisir les 3 ou 4 leviers les plus pertinents pour réduire le bilan carbone mobilité du profil étudié.

La Fresque permet ainsi une appropriation ludique et dynamique du sujet et favorise l’émergence des comportements individuels et collectifs permettant à tous de devenir acteur d’une mobilité moins carbonée.

L’animation peut s’organiser en présentiel ou à distance, sur une durée de 2 à 3 heures. Elle est déclinée en 3 versions pour s’adapter à une utilisation aussi bien auprès du grand public qu’en séminaire pour tout type d’organisation :

  • Une version « Grand Public » pour sensibiliser le plus largement possible
  • Une version « Entreprise » pour aider les organisations à s’engager avec leurs collaborateurs dans une démarche de mobilité moins carbonée
  • Et enfin, une version « Collectivité » pour accompagner les élus et les agents dans la transition des territoires.

La réponse à la décarbonation de la mobilité ne sera pas unique

La Fresque fait le choix d’offrir aux participants la possibilité d’identifier un ensemble de leviers d’action plutôt que de laisser penser qu’une solution unique et universelle serait suffisante pour décarboner la mobilité.

Nous sommes convaincus que la décarbonation du transport, en particulier celui des personnes, passera par un ensemble d’actions différentes adaptées aux usages, aux besoins et aux moyens de chacun, en jouant sur les 5 facteurs structurant les émissions : la demande de transport, le report modal, le taux de remplissage, l’efficacité énergétique des véhicules et l’intensité carbone de l’énergie utilisée.

Nous n’avons retenu que des leviers d’action existants et applicables rapidement.

Un outil disponible dès à présent

L’atelier est actuellement en langue française et utilise les données du secteur des transports en France. Des extensions pour d’autres pays sont en réflexion.

Déjà 200 participants ont pu suivre la Fresque de la Mobilité depuis son lancement en février, lors des sessions publiques. Ces ateliers sont ouverts à tous, par inscription sur le site internet.

Les Shifters sont également à la disposition des associations, des entreprises et des collectivités pour animer ce nouvel outil au service de la compréhension des enjeux de mobilités durables et d’action vers une mobilité sobre et décarbonée.

 

Un article signé Laurent Perron, chef de projet Fresque de la Mobilité chez les Shifters

 

Site internet : https:\\fresquedelamobilite.org

Mail : fresquedelamobilite[@]theshifters.org

Crédit illustrations : @Shifters


[1] Fractures françaises 2019 Vague 7 - Sondage Ipsos Sopra Steria pour le Monde, la Fondation Jean Jaurès et l’Institut Montaigne


Un DOSSIER réalisé avec le soutien de :

 

 

.

 

 Dossier Mobilités
 villes et territoires
 mobilité
 transports
 écomobilité
 dossier
 vélo

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Dossier Mobilités
     villes et territoires
     mobilité
     transports
     écomobilité
     dossier
     vélo