[Dossier Mobilités] #14 - Supraways : des voies pour l’avenir ?

Les villes et agglomérations croissent inexorablement et atteignent tous les ans des records de congestion et de pollution. Le manque d’espace est de plus en plus prégnant et complexifie l’organisation de la mobilité urbaine, essentiellement déployée au niveau du sol. En conséquence, les coûts augmentent et les conflits d’usage se multiplient. L'exploitation des couloirs aériens urbains (routiers, ferroviaires ou fluviaux), avec une offre de transport durable et à haut niveau de service, garantirait à l'usager fluidité et vitesse, tout en permettant à la ville de réorganiser et d’optimiser son espace. Supraways a cette ambition de faire circuler des véhicules électriques, autonomes et partagés au-dessus de l’espace public.

De quoi parle-t-on ?

Les Supras, cabines autonomes de 7 à 9 places circulent sous une infrastructure discrète composée d’un rail de guidage supporté par des piliers. Se déplaçant en toute sécurité au-dessus de l’espace urbain, les Supras sont libérés du trafic et de la congestion. Ils peuvent entrer et sortir du réseau sans gêner les autres véhicules grâce à la construction de stations en dérivation, permettant aux passagers d’aller d’un point A à un point B sans arrêt intermédiaire. Le réseau Supraways vient en complément des modes de transports en commun existants. Maillant le territoire, il offre un moyen de rabattement et de connexion ultra-efficace vers les transports en commun lourds (métro, tramway, etc.), les aéroports ou les gares. Grâce à leur vitesse de déplacement, les Supras offrent une alternative très compétitive à la voiture et Supraways propose aux métropoles de construire des parcs relais aux abords de la ville et de les connecter au réseau urbain Supraways pour former un vrai rempart à la voiture.

 

La solution innovante Supraways offre la possibilité de négocier des pentes de plus de 15% et des courbes, atouts considérables pour l’insérer dans des corridors publics existants. Les villes peuvent ainsi optimiser le foncier, éviter les expropriations et les survols.

Les stations relient les quartiers, les gares et parkings et forment des centres d’intermodalité. Des bornes de vélos, trottinettes en libre-service ou navettes autonomes peuvent être organisées dans la continuité pour desservir les quartiers. 

La capacité de transport d’un réseau Supraways dépasse celle des bus, des téléphériques ou des tramways, grâce à un espace inter-véhiculaire très court (quelques secondes) et à la vitesse moyenne de 50 km/h. Ces performances reposent en partie sur le développement d’un système de mobilité spécifique breveté, qui comprend une suspension intelligente et un système de guidage embarqué.

La solution de transport public aérien Supraways représente une alternative efficace et massive à la voiture. Elle restitue l’espace aux citadins, aux cyclistes, aux piétons et aux commerçants.

Remettre l’usager au centre des transports

L’offre de service Supraways correspond aux attentes des usagers du 21ème siècle en termes de confort, de sécurité, d'ergonomie et d'expérience. Pour pouvoir voyager dans le réseau, l’usager doit détenir un titre de transport virtuel. Via l’application et depuis son smartphone, il reste connecté en temps réel au système et bénéficie d’informations, d’aide et de services divers. Dans la station de départ, le voyageur indique sa destination via des écrans ou sur son application, est dirigé vers un quai où l’attend une cabine en partance pour la station de son choix. Il doit juste détenir un titre de transport valide, prendre place, s'asseoir et s’attacher, conditions sine qua none pour le départ du Supras. Simple, sans horaires, sûr et confortable.

Dans un système Supraways une personne ou un groupe a la possibilité de privatiser un véhicule, comme pour un taxi, moyennant un coût majoré. Il s’agit là d’un nouvel usage qui garantit l’attractivité du service et améliore la rentabilité de l’exploitant. 

Enfin, une attention particulière a été portée à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, chaque Supras disposant d’une place dédiée pour les fauteuils roulants. 

Un modèle économique compétitif

Malgré l’augmentation de la fréquentation, le coût des transports en commun est de moins en moins supporté par les usagers. Cette tendance oblige les collectivités à accroître leur participation afin d’assurer l’équilibre financier des opérateurs de transport collectif urbain (CGDD, 2018).

Avec des coûts d’investissement inférieurs à ceux d’un tramway ou d’un téléphérique, de l’ordre de 8 à 12 millions €/km, ce système s’inscrit dans ce contexte de raréfaction des financements. Par ailleurs, Supraways envisage d’atteindre la compétitivité de son système, notamment par la réduction des coûts d’exploitation et la diversification de son modèle de revenus. En effet, cette solution ne nécessite pas de conducteurs, lesquels constituent plus de 50% des coûts d’exploitation des transports collectifs (2/3 pour les bus). De plus, il est prévu de ne pas limiter le modèle d'affaires aux seuls usagers : l’infrastructure pourra être mise à disposition d’entreprises ou de collectivités utilisant des véhicules adaptés pour le transport logistique (figure 4). Il suffira alors de relier le réseau à des hubs ou plateformes logistiques, des zones cargos ou autres pôles de transit de marchandises comme les ports, les gares et les aéroports. 

 

Une 1ère expérimentation en 2024 à Saint-Quentin-en-Yvelines 

Plusieurs territoires français s’intéressent à cette solution durable : des études ont déjà été menées sur l’axe Franco-Luxembourgeois, en région parisienne, en Suisse ou encore à la Réunion et des discussions sont en cours avec d’autres métropoles françaises et étrangères.

Mais c’est surtout dans le département des Yvelines (78) que Supraways a fait une percée. Portée par une forte volonté d’innover et de poursuivre son développement économique et handicapée par une congestion croissante, l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (SQY) souhaite accueillir la première expérimentation mondiale d’un système Supraways pour les JOP 2024. Après avoir réalisé une première étude d’implantation à l’échelle de l’agglomération, elle a validé la faisabilité technique, économique et juridique d’un premier tronçon de 10 km. Ce site pilote desservira 3 sites olympiques, 19 grands comptes, 30 000 emplois et 45 000 habitants (figure 5).

 

Un transport écologique et décarboné

En proposant un mode de transport fiable, confortable, rapide et à la demande, la technologie Supraways offrira un service attractif aux usagers, conduisant certains à abandonner leur voiture au profit d’un Supras. L’étude de Saint-Quentin-en-Yvelines a par exemple mis en évidence l’intérêt économique du démonstrateur, les gains de temps colossaux représentant un atout majeur pour l’attractivité du territoire. La fréquentation a été estimée à près de 6 millions d’usagers par an. Dynamisant l’ensemble des transports collectifs, ce démonstrateur supprimera autant de voyages en voiture chaque année, ce qui représente des centaines de tonnes de CO2 évitées, des places de parkings en moins et une baisse de l’accidentologie et des nuisances sonores.

Les Supras sont des véhicules électriques partagés pilotés par un système de contrôle commande. Chaque courbe est parfaitement négociée ce qui induit une éco-conduite quasi-parfaite pour le confort des passagers et pour les émissions de CO2. De fait, Ils émettront moins de CO2 que les dernières voitures électriques : entre 0.6 et 3.5 g de CO2 / passager / km en fonction du type d’énergie consommée (contre 20 g CO2 / km pour la voiture électrique) (figure 6)

De plus, avec ses auvents solaires, le réseau produira une partie de l’énergie qu’il consomme pour fonctionner, avec l’utilisation de batteries recyclées pour le stockage. 

Par ailleurs, par son caractère aérien, cette technologie vise à diminuer les ruptures des corridors écologiques des territoires, réduisant ainsi son impact sur la biodiversité. 

 

Les prochaines étapes

Supraways a clôturé l’année 2020 une levée de fonds et démarre 2021 sous les meilleurs auspices avec une structure renforcée et des objectifs ambitieux : 

  • construction d’un prototype à l’échelle, permettant de mettre au point sa technologie de guidage et d’attirer des partenaires et investisseurs ;
  • formalisation de son dossier de sécurité de fonctionnement, avec l’appui de la société CLEARSY ;
  • publication des résultats de travaux de recherche lancés en juillet 2017 (thèse CIFRE) sur la réglementation relative au régime juridique, réglementaire et normatif pour le transport de passagers et de marchandises dans l’espace aérien urbain. M. OJEVAN, employé de Supraways conclut qu’il n’y a aucun point de blocage juridique ou règlementaire pour implanter ce système de transport dans nos villes ;
  • Négociation de partenariats avec différents acteurs de premier rang des industries automobile et ferroviaire, dans une logique de co-développement visant à bénéficier des meilleures expertises et avancées technologiques. En 2020, un premier dossier a été conclu avec le Groupe CNIM, groupe industriel français intervenant dans les secteurs des hautes technologies, pour valider la faisabilité technique et industrielle du brevet Supraways relatif à l’autoguidage sécuritaire des véhicules. 

Supraways prépare également l’étape d’après, celle de la construction en 2022 d’un centre d’essais pour réaliser des tests d’endurance, de résistance et de comportement des matériels et de l’infrastructure. L’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et le département des Yvelines soutiennent ce système et proposent la mise à disposition d’un terrain pour accueillir ce centre et permettre à l’entreprise de mettre au point et d’homologuer sa technologie. 

De plus en plus de territoires et d’industriels s’intéressent à l’entreprise Supraways, dont l’innovation apparaît comme très prometteuse pour décarboner la mobilité urbaine.

 

Un article signé Claude ESCALA, Président Fondateur, Supraways.

http://www.supraways.com/

 

Article suivant : #15 - Clefs juridiques pour ouvrir les véhicules à la décarbonation et à la connecvité

 

Un DOSSIER réalisé avec le soutien de :

 

 

 Dossier Mobilités
 villes et territoires
 mobilité
 transports
 écomobilité
 dossier

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Dossier Mobilités
     villes et territoires
     mobilité
     transports
     écomobilité
     dossier