Décarbonation des grands industriels : le point sur la stratégie du groupe VELUX

Rédigé par
Catherine Juillard

Direction Bâtiments Durables et Relations Institutionnelles

1784 Dernière modification le 08/07/2022 - 10:33
Décarbonation des grands industriels : le point sur la stratégie du groupe VELUX

Le groupe VELUX a lancé sa stratégie 2030 il y a un an déjà, avec pour objectif ambitieux la réduction de 100% des émissions carbone sur les scopes 1 et 2 et de 50% sur le scope 3 à horizon 2030. Catherine Juillard, Directrice Relations Institutionnelles et Bâtiment Durables chez VELUX, revient sur les avancées du groupe et sur les actions en cours pour continuer à diminuer son impact carbone.

Velux a lancé sa stratégie 2030 en 2021. Un an plus tard, où en êtes-vous ?

Catherine Juillard : En un an, nous avons déjà bien avancé sur la voie de la décarbonation ! Il y a cinq points marquants à retenir depuis le lancement de notre stratégie  :

  • Nous avons accéléré la décarbonation de nos sites grâce à un travail sur les sources d’énergie que nous utilisons. Nous sommes ainsi en bon chemin pour atteindre notre objectif de 100% de consommation d’électricité renouvelable d’ici 2023.
  • Nous avons mis en place un calcul fiable des émissions de notre scope 3, afin de mieux mesurer nos avancements.
  • Nous avons travaillé sur le verdissement de nos emballages. Depuis mars 2022, 90% de nos fenêtres de toit vendues ont des emballages 100% recyclables, sans plastique à usage unique.
  • Nous avons continué notre effort d’innovation produit pour des bâtiments sains et durables, avec un accent sur le développement de systèmes de pilotage automatique des fenêtres, qui apporte des bénéfices sur la qualité de l’air intérieur, la température intérieure en hiver comme en été, et l’optimisation des consommations énergétiques.
  • Nous avons lancé notre premier grand projet de préservation de forêt, en Ouganda, en partenariat avec le WWF. Ce projet devrait permettre de capturer l’équivalent d’1 million de tonnes de carbone d’ici 2041, pour notre centenaire. Il s’inscrit dans notre objectif d’effacement de nos émissions historiques de carbone. Cinq projets verront le jour au total, pour un total de 5,6 millions de tonnes capturées. Ces programmes, réalisés en harmonie avec les communautés locales, répondent également à un objectif de préservation de la biodiversité.

Vous menez un grand travail de décarbonation de vos sites de production. Pouvez-vous nous détailler votre stratégie sur ce thème ?

Catherine Juillard : Notre démarche de décarbonation des sites de production date de 2008. Nous avions alors lancé un premier programme de réduction de nos propres émissions (scopes 1 et 2). Notre objectif, que nous avons d’ailleurs dépassé, était de réduire de 50% nos émissions en 2020 par rapport à 2008. La stratégie 2030 se veut encore plus ambitieuse.

Nous nous appuyons sur deux programmes en particulier pour mener à bien la décarbonation de nos sites de production :

  • Energy excellence. Ce programme permet la réduction des consommations énergétiques via l’optimisation des équipements, un travail poussé sur les usages, ainsi que l’augmentation de la production d’énergie renouvelable sur site. Par exemple, notre site de production de la Somme vient de s’équiper d’une centrale photovoltaïque de 900m². De plus, les déchets bois y sont réutilisés en tant que combustible pour la chaudière biomasse de l’usine. Ce site dispose des certifications ISO 14 001 et ISO 50 001.
  • Contrats d’achat en énergie renouvelable (Power Purchase Agreement). Il s’agit pour le groupe VELUX de continuer à optimiser sa stratégie d’achat d’électricité renouvelable.

Nous sommes accompagnés sur ces deux programmes par le groupe Schneider Electric. Le partenariat est une des clefs de la décarbonation, cela permet d'accélérer les démarches en partageant les connaissances et compétences.

Grâce à ce travail nous avons réduit de 29% nos émissions de carbone entre 2020 et 2021 (scopes 1 et 2). De plus, la part des énergies renouvelables dans notre mix énergétique a fortement augmenté : elle est passée de 39% en 2020 à 78% en 2021. Nous sommes sur la bonne voie. A présent, il nous faut tenir le rythme pour garder le cap de notre objectif 100% énergie renouvelable de 2023.


Vous travaillez également sur l’impact environnemental de vos produits. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Catherine Juillard : L’essentiel de l’empreinte environnementale de nos produits est lié aux matériaux qui entrent dans sa composition ainsi qu’à l’énergie utilisée pour les concevoir. Or, réduire cette consommation dépend de nombreux leviers, qui dépassent le champ d’action direct du groupe VELUX. Cela concerne également nos fournisseurs.

Nous avons donc construit un « modèle carbone », en concertation avec des experts externes comme le Carbon Disclosure Project, qui permet d’avoir une méthodologie homogène et fiable de documentation du carbone chez nos fournisseurs. Nous leur proposons un kit d’outils pour renseigner l’impact environnemental et carbone des matériaux. Ce travail a été enclenché en 2021 avec 134 de nos fournisseurs.

En parallèle, nous avons également travaillé sur l’emballage de nos produits. Nous avons ainsi créé un tout nouvel emballage zéro plastique, composé de carton et papier recyclables, qui s’inscrit dans un objectif bas carbone et d’élimination des plastiques à usage unique. 90% de nos fenêtres bénéficient de cet emballage aujourd’hui, nous souhaitons atteindre 100% de nos produits d’ici 2030.

Quelles sont les prochaines étapes de votre stratégie ?

Catherine Juillard : Nous allons continuer à travailler sur l’empreinte carbone de nos produits bien entendu, mais au-delà de nos objectifs climatiques, nous souhaitons également renforcer nos actions du quotidien à l’égard de nos collaborateurs, en perpétuant notre démarche de sécurité au travail, de culture inclusive, ou encore d’amélioration permanente du cadre de travail.

Télécharger le rapport Stratégie 2030

 

Propos recueillis par Construction21 - La Rédaction

Partager :