Découvrez les enseignement de l'enquête « bâtiment et biodiversité »

 

Le Ministère de la transition écologique a publié en ce début d’année les résultats de son enquête auprès des acteurs du bâtiment et de la biodiversité intitulée « Bâtiment et Biodiversité ». Quels en sont les enseignements ?

En Septembre 2020, l’Agence Parisienne du Climat consacrait son Café Climat aux enjeux de la conciliation entre biodiversité et urbanisme à Paris. Pour recueillir les perceptions, les pratiques et les attentes des acteurs du bâtiment et de la biodiversité sur cette question, la Direction Générale de l’aménagement, du logement et de la nature du Ministère de la transition écologique a lancé durant l’été 2020 un questionnaire intitulé « bâtiment et biodiversité ». Plus de 700 réponses et témoignages ont été récoltés, provenant d’une grande diversité d’acteurs et les résultats de l’enquête(lien externe) ont été publiés par le Ministère en ce début d’année 2021.

Les pratiques des acteurs

Des acteurs du bâtiment inégalement impliqués

Seule la moitié des acteurs de la construction et de la rénovation interrogés ont été confrontés à la prise en compte de ces enjeux. La problématique de la biodiversité est très souvent interrogée durant la phase de conception et de planification des projets (82 % d’entre eux), et dans une moindre mesure dans l’étape de construction (30 %) et dans les projets de rénovation (38 %).

Dans la plupart des cas (78 %), des solutions concrètes ont pu être apportées, même si plus d’un tiers des acteurs ont affirmé avoir rencontré des difficultés pour y parvenir. La prise en compte de la biodiversité entraîne souvent une amélioration de la perception du projet (dans 43 % des cas) et de l’image du maître d’ouvrage (34 %), mais il arrive qu’elle engendre des coûts de construction (30 %) ou de rénovation (18 %) supplémentaires, et allonge la durée des travaux (19 %).

Les acteurs de l’expertise et du soutien : des partenaires importants

Du côté des autres acteurs, les écologues, les paysagistes et les bureaux d’études sont chargés d’apporter une expertise biodiversité pour des projets de bâtiment. La plupart ont déjà travaillé sur le sujet, et environ 40 % d’entre eux le font régulièrement. Les acteurs du bâtiment semblent davantage faire appel à des conseils de professionnels pour le neuf, pour lequel davantage de bureaux d’études disent avoir travaillé, alors qu’ils sollicitent des acteurs au rôle de soutien surtout pour la rénovation. Ainsi, plus de 50 % des réseaux d’acteurs et plus de 80 % des associations environnementales ont déjà été sollicités pour ce type de projet.

Interrogés sur les freins à des projets de construction ou de rénovation en accord avec la biodiversité, les répondants ont estimé qu’ils relèvent davantage de freins culturels et financiers que réglementaires ou techniques.

Neuf et existant : deux types de problématiques

Les réponses et témoignages font ressortir des problématiques distinctes entre les opérations de constructions neuves, dont les acteurs ont des objectifs à court terme, et les rénovations, qui répondent à des besoins de long terme. La liberté de choix est plus importante pour le neuf mais la difficulté réside dans la conciliation des enjeux à chaque étape, dès la conception. Le défi des projets concernant l’existant est plutôt de s’adapter au patrimoine et à ses contraintes.

 

Les attentes pour une meilleure prise en compte de la biodiversité dans le bâtiment

Une reconnaissance globale des enjeux de la biodiversité dans le bâtiment

Les enjeux liés à la biodiversité dans le bâtiment semblent être reconnus par l’ensemble des acteurs. Les répondants se sont globalement accordés sur le lien entre l’intégration de la biodiversité dans un bâtiment et l’amélioration du bien-être de ses utilisateurs. Ils estiment également qu’un bâtiment peut accueillir de la biodiversité, et s’inspirer du vivant pour optimiser sa conception.

Un fort besoin de travail commun

Le besoin d’un travail en commun des acteurs de la biodiversité et du bâtiment ressort de l’enquête : une collectivité évoque ainsi un « décloisonnement ». L’éducation et la sensibilisation de l’ensemble de la chaîne des acteurs de la construction sont réclamées dans de nombreux témoignages, afin que la biodiversité soit prise en compte à chaque étape du cycle de vie du bâtiment. Plusieurs répondants appellent à ne plus opposer la ville et l’environnement ou le bâtiment et le vivant, pour construire des projets qui les concilient.

Ils réclament en outre que la biodiversité soit portée au niveau politique et médiatique, au même titre que l’enjeu climatique. L’information voire l’implication des usagers dans les enjeux de biodiversité est également souhaitée.

Le besoin de meilleures connaissances sur les liens entre bâtiment et biodiversité a été exprimé dans l’enquête, en considérant les impacts in-situ sans négliger ceux induits ex-situ par les matériaux et produits de construction. Pour le moment, la consommation énergétique monopolise les préoccupations dans le bâtiment, parfois au détriment de la biodiversité.

Concilier court et long termes

Une des difficultés à surmonter est le conflit entre deux temporalités. L’intégration de la biodiversité demande des solutions conçues sur le temps long, prenant par exemple en compte la durabilité des solutions ou le développement de la végétation, alors que les acteurs du neuf ont des objectifs à court terme.

« Un bâtiment exemplaire doit être conçu en ayant pris en compte de manière anticipée son évolution sur le temps long (contraintes futures de gestion, de rénovation, de déconstruction…). »

Intégrer le bâtiment au fonctionnement global d’un écosystème

Prendre en compte la biodiversité, c’est aussi penser le bâtiment dans son écosystème, qu’il soit urbain ou rural, et s’intéresser aux interactions qu’il modifiera et dont il sera l’objet. Il est ainsi nécessaire de considérer ses relations avec les continuités écologiques ou sa place dans le quartier et la ville. Une conception bioclimatique ou un système de gestion des eaux pluviales peuvent faciliter son intégration dans son écosystème.

 

Au-delà de cette enquête, des réflexions sont menées pour intégrer le sujet de la biodiversité la prochaine RE2020 de manière globale, en y proposant des indicateurs spécifiques et en travaillant sur chaque étape du cycle de vie des bâtiments. Les progrès nécessaires pour garantir des bâtiments durables et respectueux des écosystèmes sont importants, mais l’étape de la prise de conscience semble bien engagée.

 

 

Crédits photo : Photo by Ricardo Gomez Angel on Unsplash

Actualité publiée sur APC
Consulter la source

 bâtiment
 villes et territoires
 biodiversité
 végétalisation
 nature en ville
 aménagement

Auteur de la page

  • APC Cécile Gruber

    Directrice de la Communication

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     villes et territoires
     biodiversité
     végétalisation
     nature en ville
     aménagement