Coup de pompe pour la PAC

Rédigé par

Stéphanie Santerre - Construction21

Journaliste

549 Dernière modification le 28/02/2024 - 11:00
Coup de pompe pour la PAC

Les ventes de pompes à chaleur dans 14 pays européens ont globalement diminué d'environ 5 % en 2023 par rapport à 2022, passant de 2,77 à 2,64 millions, publie l'European Heat Pump Association (EHPA). 

Inversion de tendance par rapport à la dernière décennie, où les ventes combinées augmentaient chaque année : le ralentissement de la vente des PAC oblige déjà les fabricants à supprimer ou à réduire des emplois – les changements annoncés jusqu'à présent affecteront près de 3 000 employés.

Selon le dernier rapport de l'association européenne des pompes à chaleur (EHPA), La France, l’Italie, la Suède, la Finlande, la Pologne, le Danemark, l’Autriche et la Suisse ont tous vu leurs ventes de pompes à chaleur chuter l’année dernière. Bien qu'ils aient augmenté au Portugal, en Belgique, en Norvège, aux Pays-Bas, en Espagne et en Allemagne, cela n'a pas suffi à compenser la baisse globale. De plus, même dans de nombreux pays qui ont connu une croissance globale, les ventes trimestrielles ont diminué vers la fin de 2023 (voir figure). Les analystes du marché s’attendent à ce que cette tendance à la baisse se poursuive jusqu’en 2024.

Des chiffres très récents en provenance du Royaume-Uni, non encore inclus dans les graphiques ou les calculs globaux, montrent une croissance des ventes nationales de 4 % l'année dernière.

La baisse des ventes intervient alors que le plan d'action de l'UE pour les pompes à chaleur, qui doit être publié début 2024 pour soutenir le secteur, est retardé par la Commission européenne. Dans le même temps, les taux d’intérêt élevés et les changements dans les mesures politiques nationales déstabilisent les investisseurs et les consommateurs. Les gouvernements ont accru leur soutien aux personnes investissant dans des pompes à chaleur en 2022, à la suite de la crise énergétique déclenchée par l’invasion russe de l’Ukraine. En 2023, une grande partie de ce soutien a été restreinte ou supprimée. Ce fut par exemple le cas en Italie, où les ventes ont connu l’une des plus fortes baisses entre 2022 et 2023.

En outre, pour l'EHPA, "le ralentissement des ventes de pompes à chaleur met en danger les objectifs climatiques et énergétiques de l'UE. Cela inclut l’objectif 2030 de 49 % d’énergies renouvelables dans le chauffage et les 60 millions de pompes à chaleur pour répondre à REPowerEU." Selon Thomas Nowak, secrétaire général de l'Association européenne des pompes à chaleur : "Le secteur des pompes à chaleur est confronté à des conditions météorologiques orageuses et a besoin de tout le monde sur le pont. Les entreprises ont investi dans la formation et la capacité de fabrication et les consommateurs sont d’accord. Ce qui est désormais vital, c'est une boussole sous la forme du plan d'action européen sur les pompes à chaleur et des plans nationaux ultérieurs. Ceux-ci stabiliseront les eaux."

Et d'ajouter : "Si l’Europe souhaite sérieusement soutenir les industries à zéro émission nette, la décarbonation et parvenir à une plus grande indépendance énergétique, elle ne peut pas se permettre d’attendre. Un plan d’action approprié montre aux électeurs que les décideurs politiques européens les soutiennent. Plus nous attendons, plus la décarbonisation du chauffage et du refroidissement sera difficile". 

Les taxes et prélèvements appliqués à l’énergie devraient être abordés afin de réduire le prix de l’électricité pour les utilisateurs finaux, poursuit l'association européenne. "En 2022, les prix du gaz étaient élevés, ce qui faisait des pompes à chaleur électriques un investissement plus rentable. Avec la baisse du prix du gaz fossile et l’électricité souvent soumise à une pression fiscale, les prix de l’électricité sont parfois jusqu’à quatre fois supérieurs à ceux du gaz." 

"Il est essentiel d’apporter un soutien politique stable et de garantir que le prix de l’électricité soit environ deux fois supérieur à celui du gaz – par exemple grâce à un prix du carbone et à des allégements fiscaux – pour transformer le « coût des pompes à chaleur » en un investissement permettant des économies continues sur le chauffage. Cela déclenchera la demande des utilisateurs finaux et amènera davantage de pompes à chaleur pour décarboner le secteur du chauffage et du refroidissement et soutenir une plus grande indépendance énergétique de l’UE."

La publication rapide du plan d’action européen pour les pompes à chaleur – comme l’ont demandé plus de 60 PDG et un large groupe d’associations dans des lettres adressées au président de la Commission, von der Leyen – est la première étape essentielle.

L'EHPA s'attend à ce que les ventes totales pour 2023 portent le stock total de pompes à chaleur à environ 23 millions en Europe (UE 27 + Royaume-Uni, Norvège et Suisse). 

depositphotos.com

Partager :