#16 - Comment impliquer les citoyens dans le financement des projets de transition des villes et territoires : le crowdfunding.

#16 - Comment impliquer les citoyens dans le financement des projets de transition des villes et territoires : le crowdfunding.

Le financement participatif permet de construire un lien direct entre les citoyens et les projets développés sur les territoires. En quelques clics, via des plateformes agréées, il est possible de financer des projets de transition et de donner, ainsi, un supplément de sens à ses investissements reposant sur des notions de transition, de transparence et de circuit court.

Financement participatif de la transition : des croissances à 2 chiffres

Depuis 2014 et la mise en place du cadre juridique pour le financement participatif, les particuliers peuvent financer directement des projets portés par des entreprises, des collectivités, des associations, etc., via des plateformes agréées. Ce marché s’est rapidement développé, pour atteindre en 2021 près de 2 milliards d’euros – ce qui représente une croissance de 84% par rapport à 2020, et 5 milliards levés en cumulé depuis 2014. Ces fonds sont investis en dons (avec ou sans contrepartie), en dette (avec un taux d’intérêt) ou en equity (avec un rendement attaché à la détention de parts du capital).

Le financement de la transition, qu’elle soit sociale ou environnementale, constitue un pan très dynamique de cette nouvelle façon de reprendre la main sur l’utilisation de son épargne. Ainsi, 45% des 168 000 projets accompagnés en 2021 par des plateformes de financement participatif ont une dimension sociale ou environnementale. En volume, le secteur social représente un quart des 200 millions d’euros levés en dons, alors que l’environnement et les énergies renouvelables représentent 240 millions sur le 1,7 milliard levé en dette et en equity (l’immobilier concentrant à lui seul plus d’un milliard d’euros). Enfin, 2/3 des plateformes prennent en compte des critères ESG dans leur approche de sélection des projets à financer.

Pourquoi un tel succès ?

Le financement participatif représente un moyen simple, à portée du plus grand nombre, pour donner du sens à son épargne. Les motivations des investisseurs sont de trois ordres : attractivité des placements proposés (taux, durée, etc.), proximité géographique avec le projet (circuit court, transparence) et certitude du sens (transition environnementale / sociale). Le financement participatif répond à ces attentes croissantes de la part des épargnants, qui sont de plus en plus nombreux à souhaiter reprendre la main sur l’affectation de leurs placements, et à vouloir connaître précisément l’utilisation qui en est faite. L’impact environnemental de l’épargne est en effet tout sauf négligeable : il pèse en moyenne 11 tonnes de CO2 par an et par Français, soit autant que notre consommation quotidienne (logement, alimentation, transports…) ! Choisir les projets dans lesquels on investit est le moyen le plus efficace de limiter son impact environnemental, et souvent une façon assez simple de soutenir des projets à vocation sociale. Sur Lendosphere par exemple, plateforme dédiée exclusivement au financement de la transition énergétique, certains citoyens motivés par une démarche militante vont jusqu’à sortir la totalité de leurs fonds des circuits classiques (banque, assurance) pour les investir dans des projets d’énergie renouvelable.

Impliquer la foule : fonctionnement

Le fonctionnement diffère selon que le projet souhaite lever des fonds en don ou en dette / equity. En don, la logique est de fédérer des proches, que cette proximité soit affective ou géographique. L’implication du porteur de projet est un élément-clé de la réussite de la campagne et les plateformes de dons ont développé des « kits » pour les accompagner dans la communication de leur campagne auprès de leurs réseaux. La plateforme Ulule, pionnière du secteur, rassemble par exemple plus de 4 millions d’utilisateurs et a accompagné 57 000 projets (au 15/02/2022). Le montant moyen par campagne se trouve autour de 5 000€, et certains projets « phares » toucheront une communauté plus large.

Concernant le prêt et l’equity, c’est la communauté d’investisseurs inscrits sur la plateforme qui assurera la majorité de l’objectif de campagne, complétée par les investissements réalisés à l’issue de la communication faite par la plateforme, le porteur de projet et les éventuelles parties prenantes auprès des citoyens. Pour impliquer les citoyens, plusieurs options peuvent être mises en place, à commencer par les modalités-mêmes du financement participatif. Ainsi, la campagne peut être proposée par exemple en exclusivité pour les habitants d’un territoire – à l’échelle communale ou intercommunale par exemple – et accompagnée d’une information territoriale à destination des citoyens. Sur Lendosphere, les campagnes, d’un montant moyen de près de 400 000€ et proposant un taux d’intérêt annuel de 5% en moyenne, sont dans leur majorité réservée aux habitants d’un territoire.

Exemples : réseau de chaleur, centrale hydroélectrique, parc éolien et toitures solaires

Voici quatre exemples d’implication locale des citoyens via des opérations de financement participatif : en territoire urbain et rural, par des porteurs de projet privés ou publics, en dette ou en equity. Tous ont fait l’objet à la fois de modalités exclusives et d’informations territoriales.

 

  1. Pour une microcentrale hydraulique portée par EDF Hydro, la campagne présentée sur Lendosphere était réservée aux seuls habitants de la communauté de communes d’implantation (Vallée d’Aigueblanche, en Savoie). Résultats : 156 500€ investis par 47 citoyens qui résident tous dans la communauté de communes. Cette campagne exclusive a été accompagnée d’actions locales telles que des bulletins et des permanences d’informations, un affichage, des articles dans les médias locaux. 
    Les collectivités concernées ont accompagné ces actions en mettant à disposition des salles, en distribuant les bulletins d’information, etc. Ces actions ont été définies en amont entre les équipes de Lendosphere, d’EDF Hydro et des collectivités.
  2. Avec Dalkia, le financement participatif s’inscrivait dans la politique COP21 de la Métropole Rouen Normandie pour impliquer les citoyens dans le financement du réseau de chaleur et de sa centrale biomasse : sur le million d’euros levés, 85% provenaient d’investisseurs résidant dans la Métropole (le complément venant exclusivement de Normands). La Métropole avait réalisé une vidéo, diffusée ensuite via son site et ses réseaux sociaux, et avait publié un article dans son magazine invitant notamment aux quatre réunions d’information prévues en amont de l’ouverture des souscriptions. Lendosphere a accompagné Dalkia et la Métropole dans les messages et les supports diffusés localement.
  3. La ville de Fourmies a souhaité impliquer ses administrés dans la réalisation de toitures solaires sur les groupements scolaires et sportifs : deux campagnes de financement participatif ont été lancées, permettant aux habitants de Fourmies de prêter directement à la collectivité pour ces installations qui contribuent à la politique ambitieuse de transition énergétique de Fourmies. Le financement participatif, ouvert dès 5 € en ticket d’entrée, ont fait l’objet d’une implication forte des élus et des équipes municipales (conférence de presse, webinaire, affichage, etc.).
  4. Le projet éolien de Clos Neuf, dans les Côtes d’Armor, est développé par le groupe BayWa r.e. qui a présenté une première campagne de financement participatif en phase de développement, puis lance une seconde en phase d’exploitation du parc. Cette seconde campagne via Lendosphere permettra aux investisseurs de participer à la gouvernance et à la gestion du parc éolien, en élisant leurs représentants qui siégeront au sein d’un comité stratégique élargi. Cette campagne, comme la première, est réservée aux citoyens du territoire.

La communauté des investisseurs inscrits sur Lendosphere, au nombre de plus de 20 000, croît de 40 % par an, tout comme les volumes financés (120 M€ en cumulé à ce jour) : le financement participatif est un outil efficace d’implication locale, qui permet de renouveler le lien entre le citoyen et les projets de son territoire en lui permettant de bénéficier de leurs retombées financières. Les valeurs extra-financières inhérentes au financement participatif tiennent une place prépondérante dans l’acte d’investir : les citoyens ainsi impliqués seront informés des actualités des projets financés, invités aux inaugurations et aux visites, etc. C’est une façon positive de donner à voir la majorité silencieuse qui soutient ainsi activement l’avènement de la transition.

Article signé Laure Verhaeghe, co-fondatrice de Lendosphère


Article suivant : #17 - Agréger et mutualiser le développement de petits projets pour mieux les financer

Retour à la page d'accueil du dossier

 

 villes et territoires
 bâtiment
 Dossier Construction21
 Dossier financement
 financement
 finance
 finance durable
 transition écologique

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     villes et territoires
     bâtiment
     Dossier Construction21
     Dossier financement
     financement
     finance
     finance durable
     transition écologique