Com’in : des chantiers plus à l’écoute des riverains

Com’in : des chantiers plus à l’écoute des riverains

La start-up Com’in développe des solutions d’intelligence partagée, en s’appuyant sur les technologies de l’IoT, de l’Intelligence Artificielle et du Digital. Elle favorise l’information objective et l’écoute des riverains pour une meilleure acceptation des projets de construction. Entretien avec Laurent Mareuge, Fondateur et CEO de Com’in et Lauréat du Grand Prix de l’Innovation Construction Durable & Cadre de Vie organisé par le Technopôle Domolandes.

 

Quels avantages apporte Com’in aux riverains ?

Laurent Mareuge : La start-up Com’in s’est développée suite au constat qu’il n’existait pas d’outil permettant aux entreprises du secteur de la construction de maîtriser efficacement leurs impacts environnementaux et de communiquer de manière interactive et pertinente avec les riverains sur leurs opérations. Cette communication est essentielle : rien qu’en informant les riverains des activités du chantier et en arrêtant à temps les opérations inacceptables, la moitié des cas de conflits pourraient être évités. Aujourd’hui, nous constatons que les consignes se perdent souvent entre les nombreux intervenants d’un chantier.

C’est pourquoi nous avons cet outil qui permet au responsable de chantier de savoir précisément ce qu’il se passe en temps réel sur le terrain via la plateforme web responsive NuisAlgo. Et ce qui est particulièrement novateur ici, c’est la mise en place d’un indice de sensibilité, propre à chaque site. L’outil a d’ailleurs également décroché le Trophée de la Construction 2020 dans la catégorie « solution numérique pour le chantier ».

 

En quoi ces solutions s’inscrivent dans la construction d’une ville plus durable ?

L. Mareuge : Com’in s’efforce de participer à l’élaboration d’une ville plus intelligente et durable. Dans un contexte d’urbanisation croissante, les entreprises de construction doivent plus que jamais veiller au respect de la qualité de l’environnement, en particulier pour les populations voisines à leurs chantiers. Les solutions mises à disposition des citoyens leur permettent de s’impliquer davantage et d’avoir une influence bénéfique sur leur environnement. Nous développons donc des solutions qui améliorent le confort et la santé des riverains.

De plus, prendre en compte le bien-être des riverains permet aux entreprises du secteur de la construction de répondre à leur engagement RSE sur la thématique du « bien vivre ensemble ».

 

En quoi consistent exactement les trois briques de la solution développée par Com’in ?

L. Mareuge : La première brique offre la possibilité au responsable de chantier d’être plus réactif dans la maîtrise des impacts environnementaux que son opération génère. Nous déployons des capteurs à des endroits judicieux de l’opération : bruit, vibration, qualité de l’air, poussière, odeur, eau, mobilité, etc. Les algorithmes de deep learning embarqués identifient les sources de ces différents impacts. Les données collectées par ces capteurs sont envoyées sur le tableau de bord digital NuisAlgo, qui permet d’être alerté en temps réel en cas de dépassement des seuils autorisés. L’identification en temps réel de la source de nuisance permet de remédier plus facilement à la situation. Par exemple, faire arrêter un moteur de camion tôt le matin qui tourne sans utilité en attendant de se faire charger, détecter le marteau piqueur qui démarre plus tôt que l’heure autorisée par le Maître d’Ouvrage de l’opération.

Dans un second temps, l’application mobile grand public Com’in permet d’informer en temps réel les riverains des opérations en cours ou à venir. La planification d’événements et de potentielles nuisances leur laisse la possibilité de s’organiser en fonction de l’information. Nous déployons donc l’adage « riverain mieux informé, chantier mieux accepté ! »

Enfin, l’application peut débloquer en option une fonctionnalité qui permet aux riverains de signaler les gênes perçues. Ces signalements vont être corrélés aux données relevées par les capteurs, et vont servir d’échelle d’évaluation de la nuisance. Cela permet aux constructeurs de répondre de manière objective et immédiate.

 

Pourriez-vous décrire un de vos projets emblématiques ?

L. Mareuge : Là où certaines entreprises du secteur de la construction déploient sur leurs chantiers toute la palette de nos solutions, d’autres n’en choisissent qu’une partie. Nous adaptons les solutions Com’in aux besoins de nos clients.

La Société du Grand Paris, convaincue de la nécessité d’informer objectivement les Riverains afin d’améliorer l’acceptabilité de ses nombreux chantiers, a décidé de déployer la solution sur les 50 opérations les plus sensibles du Grand Paris Express. Dans le cadre de ce projet, nous déployons la solution digitale d’information riverains sur les 15 sites les plus sensibles du projet. Cette brique technique permet d’ailleurs aux Riverains de visualiser en temps réel, grâce aux capteurs optiques déployés, la zone d’origine du bruit. La fonctionnalité de signalement riverains, permettant d’utiliser le ressenti riverain comme échelle d’évaluation de la nuisance, sera quant à elle prochainement déployée sur le projet du Charles De Gaulle Express piloté par la SNCF Réseau.

 

Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

L. Mareuge : Com’in se développe sur trois secteurs d’activité. Com’in Industry, propose une solution aux industriels qui génèrent des impacts environnementaux. Com’in Smart City, s’adresse aux collectivités. Et enfin Com’in Smart Building, lancé pendant la crise sanitaire, est destinée à suivre la Qualité d’Air et le confort des espaces intérieurs (bureaux, etc.).

Aujourd’hui, Com’in est déployé sur une trentaine d’opérations internes et externes, et également à l’internationale. Nous démarrons une opération à Londres avec Bouygues Construction, qui est l’un de nos deux actionnaires avec Colas, et une autre à côté de Boston. Notre prise de commande a bondi en 2020, témoignant d’une forte appétence des entreprises et des maîtres d’ouvrages pour nos différentes solutions. Nous visons un plus large déploiement sur une centaine d’autres projets d’ici fin 2021.

 

Que vous a apporté le suivi du Technopôle Domolandes ?

L. Mareuge : Être sélectionné en tant que finaliste par le Technopôle Domolandes nous a certainement donné une plus grande visibilité vis à vis des industriels du secteur de la construction. Cela nous permet d’avoir davantage de prises de contact avec de potentiels clients intéressés par nos solutions.

 

 

Implanté dans les Landes à l’initiative du Conseil Départemental et de la Communauté de Commune Maremne Adour Côte Sud, le Technopôle DOMOLANDES favorise l’innovation et accompagne les entreprises vers le numérique, la construction durable et la solidarité.

Domolandes rassemble un écosystème d’acteurs publics et d’entreprises privées autour d’un centre de ressources et de développement propice à la performance des entreprises. Il stimule la transition numérique auprès des acteurs de la construction et encourage la lutte contre la précarité énergétique pour l’Habitat de demain.

Pôle d'excellence, Domolandes organise chaque année, depuis 2012, le Grand Prix de l’Innovation Construction Durable & Cadre de Vie qui identifie et récompense les projets les plus innovants de la filière Bâtiment sur le plan national. Ce concours a généré aujourd’hui plus de 1 000 manifestations d’intérêt, 500 dossiers étudiés, 76 start-up retenues pour le Grand Jury, composé des Présidents et Directeurs Généraux des grands acteurs du Bâtiment et d’experts de l’innovation et de la création d’entreprises, et 20 lauréats récompensés.

 

Propos recueillis par Construction21 - La rédaction

 

InnoEnergy
Retrouvez d'autres innovations au service des bâtiments et territoires durables dans la série Parole de startup
 startups et innovation
 smart city
 data
 objet connecté
 intelligence artificielle
 transition numérique
 Parole de startup

Auteur de la page

  • David Portugais

    Responsable Marketing

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     startups et innovation
     smart city
     data
     objet connecté
     intelligence artificielle
     transition numérique
     Parole de startup