Canicule : les alternatives durables dès la conception !

Les canicules, amenées à être de plus en plus fréquentes dans les années à venir, entraînent un réchauffement des bâtiments et induisent la formation d’îlots de chaleur urbains, autrement dit des élévations localisées des températures en milieu urbain de jour comme de nuit. Face à cela, des alternatives durables à la climatisation existent. Le Cerema en identifie trois.

La conception bioclimatique

Le Cerema identifie 2 leviers pour faire faire aux îlots de chaleur :

  • « Protéger les bâtiments du rayonnement solaire » au niveau architectural. Par exemple : limiter le nombre de baies vitrées, créer des zones d’ombres en amont des ouvertures, isoler la toiture, intégrer des brises-soleils ou des occultations.
  • « Faire sortir la chaleur entrée dans le bâtiment ou générée par l’occupation » en concevant des bâtiments traversants pour permettre un rafraîchissement naturel durant la nuit.

L’isolation

Dès la conception, il est nécessaire de réfléchir à l’utilisation de matériaux renouvelables, biosourcés ou géosourcés, ayant une influence sur le confort d’été. Du côté des isolants, les bétons végétaux associés à de la laine de chanvre ou de la ouate de cellulose sont une bonne alternative. Pour aller plus loin, il est préférable de choisir des producteurs locaux de ces matériaux afin de diminuer l’empreinte carbone liée au transport.

La sensibilisation du grand public

Au démarrage du projet, sensibiliser les futurs usagers est nécessaire afin de faire connaître ces méthodes alternatives et les démocratiser pour l’avenir.

 

Consultez l'article source 

 canicule
 changement climatique
 alternative
 durables
 conception
 bâtiment

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     canicule
     changement climatique
     alternative
     durables
     conception
     bâtiment