[ Analyse ] 6ème rapport du GIEC : quels impacts pour le secteur du bâtiment ?

 

Paru ce lundi 9 août, le 6ème rapport du GIEC alerte une nouvelle fois sur le contexte d’urgence climatique et la nécessité d’agir : la transition du secteur du bâtiment, et notamment sa décarbonation n’est désormais plus une option ! 

 

Les impacts attendus du réchauffement climatique sur les bâtiments

Les villes et bâtiments seront impactés directement par les effets du changement et du réchauffement climatique. Quelques points clés, mis en avant dans le rapport, font ainsi totalement écho à nos actions :

  • L’urbanisation continue et les vagues de chaleur de plus en plus sévères liées au changement climatique vont amplifier encore davantage l’effet des îlots de chaleur urbains. D’ici 2030, c’est près de 60 % de la population mondiale qui devrait vivre dans des zones urbaines ;
  • Le choix des matériaux a un impact direct sur le réchauffement urbain : la modification de l’albédo de leur surface est un point proposé par le rapport (utilisation de peintures blanches sur les toitures par exemple) pour augmenter l’effet réfléchissant et limiter l’effet de chaleur ;
  • Les émissions de CO2 provenant des énergies fossiles couvrent un grand nombre de secteurs économiques, dont le bâtiment. Un effort de réduction de ces émissions est donc attendu ;
  • Des vagues de froid plus extrêmes auront également un impact direct sur les bâtiments (augmentation de la demande de chaleur et d’électricité, modification mécanique éventuelle des bâtiments) ;
  • Les villes et bâtiments seront de plus en plus soumis aux fortes précipitations et aux inondations ; tout comme des vagues répétées de sécheresse pourront déstabiliser la structure des bâtiments.

Cette transition est l’affaire de tous !

Nous travaillons avec nos Partenaires à faire émerger et produire des solutions qui répondent à ces enjeux, pour aider toute la filière à enclencher des changements probants et durables.

Découvrir nos actions

 

Adaptation du bâtiment au changement climatique, prise en compte du confort d’été, économie circulaire et écoconception, transition bas-carbone, rénovation… sont autant de sujets au cœur des préoccupations évoquées par le GIEC et que nous traitons au Cercle Promodul / INEF4. 

Observatoire national des solutions bas-carbone

Afin de répondre aux enjeux nationaux, nous avons entre autre initié un Observatoire national des solutions bas-carbone pour accélérer la diffusion des bonnes pratiques et de solutions réplicables en identifiant les thématiques et les indicateurs clés auprès du secteur industriel.

Un premier Manifeste traduira l’engagement du secteur vers le bas-carbone.

Une plateforme pour accélérer la décarbonation du secteur !

Le LAB virtuel est la seule plateforme virtuelle de production et de diffusion des connaissances. Proposant 5 formats d’outils différents, ce centre de ressources vise à rendre accessible à l’ensemble des acteurs (des professionnels, aux particuliers, artisans, en passant par les apprenants et formateurs etc.), les notions clés pour la réussite des transitions (énergétique, environnementale et numérique) du bâtiment.

Ces livrables, utiles à tous les acteurs, sont en libre accès grâce au soutien et la contribution de nos Partenaires.

 

Les points clés plus généraux à retenir du rapport

De façon plus globale, ce rapport dresse un bilan toujours plus alarmant :

  • Les activités humaines sont, sans aucun doute, à l’origine du changement climatique rapide actuel ;
  • Les concentrations de gaz à effet de serre ont encore augmenté dans l’atmosphère depuis la dernière évaluation du GIEC en 2013/2014 ;
  • L’objectif de limiter le réchauffement à 1.5°C est déjà hors de portée. Le scénario le plus pessimiste estime lui un réchauffement compris entre 3,3 et 5,7 degrés ;
  • On a aujourd’hui une meilleure connaissance des disparités régionales : le GIEC met à disposition un atlas interactif que l’on peut explorer en détails, par région ;
  • Le méthane est désormais responsable d’un quart du réchauffement climatique, avec un pouvoir de réchauffement 28 fois supérieur au CO2.

 

Le prochain rapport du GIEC, portant sur les conséquences du réchauffement, est prévu pour février 2022. Il devrait montrer comment la vie sur Terre sera inéluctablement transformée d’ici 30 ans, voire plus tôt. Le troisième volet sur les solutions est attendu en mars.

Source : https://cercle-promodul.inef4.org/6eme-rapport-du-giec-quels-impacts-pour-le-secteur-du-batiment/ 

 

 Réchauffement climatique
 GIEC
 bâtiment
 décarbonation
 transition carbone

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Réchauffement climatique
     GIEC
     bâtiment
     décarbonation
     transition carbone