Ambitieuse, la Réglementation Environnementale 2020 appelle des évolutions significatives pour les organismes de formation aux métiers du BTP.

À partir du 1er janvier 2022, la Réglementation Environnementale (RE 2020) succède à la Réglementation Thermique (RT 2012) en priorisant la performance énergétique et la réduction de l’empreinte carbone des bâtiments. Cette évolution réglementaire engage les organismes de formation à adapter leurs pratiques et les contenus pédagogiques.

Prévue dans le cadre de la Loi ÉLAN, (loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018), la nouvelle réglementation environnementale confirme un changement majeur de norme et définit un nouveau cadre de conception des bâtiments. Parmi les premiers concernés, les employeurs et les organismes de formation aux métiers du BTP sont tenus à des enjeux plus ambitieux en matière d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments et de diminution de l’impact carbone et des gaz à effet de serre (GES) de ces constructions pendant leur durée de vie.

Les priorités de la RE 2020 : sobriété énergétique et réduction de l’impact carbone

La RE 2020 prévoit la diminution de consommation énergétique prenant appui sur des seuils supérieurs à ceux fixés dans la RT 2012. Ces nouveaux seuils ont été proposés à la suite de l’expérimentation appelée « label E+C- » (énergie positive ; moins riche en carbone) lancée en 2016 par le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Énergétique (CSCEE) afin de préfigurer la nouvelle réglementation thermique.

La RE 2020 prend en compte l’impact carbone et plus particulièrement les éléments suivants : émission des gaz à effet de serre, volume de stockage de carbone dans les matériaux utilisés pour la construction des bâtiments. Elle retient l’idée d’un suivi de l’évolution de ces éléments tout au long du cycle de vie de la construction.

La RE 2020 énonce également le concept de « confort ». Cette notion recouvre notamment le confort d’été, inspiré du label « BDM Bâtiment Durable Méditerranéen ». Son objectif, maîtriser les températures excessives et apports solaires pendant les périodes chaudes. Elle concerne également le confort acoustique qui vise à atténuer les nuisances sonores venant de l’extérieur, des équipements techniques et entre locaux mitoyens.

Des critères durables à intégrer dans les nouveaux programmes de formation

À l’évidence, les organismes de formation doivent intégrer ou renforcer dans les pratiques et les contenus pédagogiques des métiers concernés la philosophie que dessine la RE 2020 :  l’éducation au développement durable dans tous ses aspects, environnemental, social et économique. Ils doivent également inciter les entreprises à adapter leurs pratiques et savoir-faire, pour favoriser une grande utilisation de matériaux biosourcés locaux (chanvre, bois, etc.)

De façon plus concrète, dans le domaine du Génie Climatique (CVC), les organismes de formation aux métiers du BTP doivent développer leurs actions dans la maîtrise des technologies innovantes et connectées.

Vers un rapprochement avec les filières agricoles ?

La conception des nouveaux bâtiments nécessite désormais de nombreuses simulations préalables afin de calculer l’impact carbone, et une recherche en matériaux contribuant à la diminution de cet impact. Dans ce contexte, les organismes de formation gagneraient à élargir leurs partenariats, en particulier avec le secteur agricole, avec, parmi les pistes possibles, le développement des filières locales de matériaux biosourcés pour améliorer la qualité des constructions.

Les limites de l’exercice

Fabien Gantois (Président de l’Ordre des architectes Île-de-France), enthousiaste sur une future collaboration avec la chambre de l’Agriculture, met en garde contre l’uniformisation des constructions et la possible destruction du patrimoine esthétique. Il faut « le bon matériau au bon endroit » déclare-t-il en ajoutant : « on ne peut pas réduire nos constructions à des normes techniques ».

Un report de calendrier et des ajustements pour laisser le temps à la filière de se préparer

À la demande des acteurs de la Construction dont les inquiétudes portaient sur la soutenabilité économique de la nouvelle norme et notamment du coût des nouveaux équipements thermiques, la RE 2020 entre en application au 1er janvier 2022 au lieu du 1er janvier 2021 initialement prévu.

La concertation avec le CSCEE a donné lieu à un second aménagement : les seuils en matière de consommation d’énergie fixés par la RE 2020 seront appliqués aux seuls logements neufs.  Pour les autres types d’ouvrages (bâtiments tertiaires neufs), la date devrait être connue ces prochains mois.

Un dossier à suivre

Le CCCA-BTP est attentif à ces évolutions majeures. Il compte accompagner les organismes de formation aux métiers du BTP dans l’intégration de cette thématique dans leurs modalités d’enseignements. Une présentation en sera faite dans un prochain numéro de Tendances BTP.

 

Actualité publiée sur CCCA-BTP
Consulter la source

 RE2020
 formation
 matériaux et solutions
 bâtiment

Auteur de la page

  • Franck Le Nuellec

    Directeur du marketing, du développement et de l'innovation

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     RE2020
     formation
     matériaux et solutions
     bâtiment