5 technologies pour étendre les services des fournisseurs d’énergie

5 technologies pour étendre les services des fournisseurs d’énergie

 

Article rédigé par DEXMA - Source originale www.dexma.com/fr : https://dex.ma/3u6LYBM

Au sein des marchés déréglementés, les fournisseurs d’énergie ou Utilities en anglais, sont plus que jamais mis au défi pour attirer et fidéliser les clients et, par conséquent, plus enclins à envisager de nouvelles technologies pour développer leur offre de prestations énergétiques.

Dans certains de nos articles précédents, nous avons déjà abordé les raisons qui poussent les Utilities vers l’innovation, et l’importance d’une approche focalisée sur le client (article en anglais).  Ces deux concepts sont d’une importance stratégique cruciale et la technologie est le vecteur qui permettra à terme de faire émerger le « Future-Proof Utility » (Fournisseur d’énergie à l’épreuve du temps) .

C’est la raison pour laquelle cet article se concentrera sur cinq technologies sur lesquelles les Utilities se penchent et investissent, ainsi que sur les moyens nécessaires pour développer leurs services énergétiques de manière significative.

Une technologie capable de faire évoluer l’offre des Utilities, de la vente du kWh pur à la prestation énergétique numérique, est essentielle pour répondre aux demandes de la clientèle la plus exigeante et avant tout orientée digitale.

De plus en plus de clients en énergie sont demandeurs de produits qui leur donnent plus de visibilité, de flexibilité et de contrôle sur leur consommation d’énergie. Ils veulent savoir comment et quand l’énergie est utilisée, ce qui nécessite la mise en œuvre d’une technologie intelligente. Une enquête menée par EY Blitz Survey a révélé que 57 % des consommateurs français se disent intéressés par l’efficacité énergétique. Cela représente une formidable opportunité pour les fournisseurs d’énergie de créer une valeur supplémentaire basée sur la connaissance, les données et les services.

Inévitablement, les Utilities qui ne s’adapteront pas à ce changement de paradigme se retrouveront loin derrière la concurrence. En effet, même les plus grandes multinationales, telles que Coca-Cola, se sont engagées à atteindre des objectifs de réduction des émissions, voire de neutralité carbone et sont prêtes à s’adapter aux nouvelles exigences et attentes. C’est ici que les Utilities ont un rôle à jouer pour les aider à atteindre leurs objectifs. 

Cependant, il existe un écart important entre l’attente des clients vis-à-vis des Utilities et ce que les fournisseurs d’énergie sont en mesure d’offrir d’un point de vue technologique. Voici cinq technologies, des plus traditionnelles aux plus émergentes, qui sont les plus à même de combler cet écart.

 

5 technologies orientées données pour les fournisseurs d’énergie 

Analyse de l’énergie en temps réel

Les clients professionnels des Utilities sont de plus en plus déterminés à gérer leurs modes de consommation énergétique comme ils le souhaitent, quand ils le souhaitent – en temps réel.

C’est pourquoi les propriétaires d’immeubles commerciaux et les gestionnaires immobiliers installent des contrôleurs d’énergie afin de réduire l’écart de performance énergétique de leurs immeubles en détectant les pointes de consommation ou en prévoyant les futurs besoins en énergie.

Les installations industrielles et les fabricants sont particulièrement enclins à utiliser des outils d’analyse prédictive pour suivre les performances des équipements de chauffage et de climatisation. Ceux-ci peuvent automatiquement signaler des dysfonctionnements, prévenir des erreurs ou signaler qu’il faut réaliser un entretien. Les clients résidentiels y compris veulent un accès à la demande, en temps réel, pour gérer et contrôler leur consommation d’énergie personnelle. Quel que soit le cas de figure, les Utilities sont bien placées pour fournir des applications mobiles et des solutions en temps réel.

À titre d’exemple, l’entreprise Google AI DeepMind a pu réduire de 15 % la consommation totale d’énergie de son centre de données (data centre en anglais). En effet, Google affirme également avoir déjà réalisé une économie de 40 % sur l’énergie consommée uniquement à des fins de refroidissement en utilisant l’intelligence artificielle pour optimiser le rendement énergétique. Selon Jim Gao, ingénieur chez Google Data Center, « des tests concrets menés sur des Datacenters Google montrent que le Machine Learning est un moyen efficace d’utiliser les données existantes des capteurs pour modéliser l’efficacité énergétique, le rendement énergétique de ces Datacenters et générer des économies de coûts significatives. » 

Des mégadonnées (Big Data) et des méthodes de Machine Learning similaires pourraient être exploitées pour les propres bâtiments des Utilities, afin d’évaluer les configurations de nouvelles installations, évaluer les performances en matière de rendement énergétique et d’identifier des opportunités d’optimisation. Des données d’analyse énergétique aident également les Utilities à améliorer la gestion du réseau en permettant leur équilibrage. Notamment grâce aux prévisions de production et de consommation, à l’entretien prédictif de l’infrastructure du réseau, et la création et gestion de programmes de réponse à la demande (demand response).

Audit virtuel

Les Utilities continuent d’explorer les innovations potentielles en se fondant sur des programmes de désagrégation de charge et de changement de comportement utilisant des techniques de gamification. Les audits virtuels en sont un exemple. Ils utilisent des algorithmes Big Data pour désagréger les données des Utilities en usages concrets finaux, telles que l’éclairage, le pompage et CVC. Les audits virtuels permettent également d’identifier les mesures d’économie d’énergie en détectant les points de gaspillage, les pointes de charge et les problèmes d’automatisation du bâtiment.

Cette technologie contribue à renforcer l’implication des clients des Utilities en leur permettant de visualiser clairement deux facteurs importants de réduction des coûts : leurs modes et leurs habitudes de consommation d’énergie, ainsi que le potentiel d’économie d’énergie grâce à la modernisation ou à la mise à niveau d’équipements plus économes en énergie. Celle-ci répond également plus rapidement aux attentes du client natif numérique, toujours connecté – et à un coût très inférieur.

Les fournisseurs d’énergie sont particulièrement bien placés pour encourager leurs clients professionnels à suivre leur efficacité énergétique en se basant sur de la donnée. Nombre des clients de C&I sont responsables d’un important portefeuille d’immeubles, ce qui exige beaucoup de temps pour suivre et examiner les projets de rendement énergétique. Lorsque des centaines d’analyses virtuelles peuvent être combinées dans une interface unique et puissante hébergée par le fournisseur d’énergie, les clients professionnels passent plus de temps à dialoguer avec leurs fournisseurs pour hiérarchiser les sites, suivre les projets et évaluer les résultats.

Maîtrise et réponse de la demande en énergie

Les analyses énergétiques axées sur les données peuvent être utilisées dans la maîtrise de la demande en énergie pour aider les Utilities dans plusieurs cas d’utilisation, tel que le déclenchement d’une réponse à une demande. Des avancées significatives en matière de compteurs intelligents, de tarifs dynamiques répondant au marché, de tarification en fonction de la durée d’utilisation et de Systèmes de Gestion de l’Énergie pourraient potentiellement rendre les charges d’électricité plus réactives que jamais aux signaux économiques et opérationnels.

Quels sont les moyens spécifiques dont les Utilities ont besoin pour déployer des programmes de réponse à la demande qui soient efficaces ? Du point de vue du consommateur, les Utilities doivent réfléchir à la conception et mise en place du programme : quels sont les clients les plus susceptibles de participer ? Quel sera leur cheminement de bout en bout, de l’inscription aux récompenses ?

En interne, les Utilities doivent être techniquement capables d’anticiper les chutes de charge, de regrouper les clients au sein de centrales électriques virtuelles en fonction de leurs capacités de production de ressources énergétiques distribuées (songez aux véhicules électriques, aux toitures solaires, aux compteurs intelligents et au off-grid). Par ailleurs, les Utilities doivent coordonner les opérations de régulation, de facturation, mais aussi régler des incidents, offrir des récompenses aux consommateurs ayant modifié leurs habitudes et faire en sorte que celles-ci figurent clairement sur toutes les factures.

Comme les audits virtuels, les programmes de réponse à la demande sont complexes et nécessitent des saisies provenant de nombreuses sources de données différentes. Leur gestion via un tableau de bord de « contrôle de mission », hébergé dans le cloud, faciliterait la mise en interface avec des milliards de charges de périphériques interconnectés via l’Internet des Objets de l’énergie. Comme évoqué dans notre article qui aborde la transformation digitale des utilities, de nouveaux partenariats de systèmes de gestion et de contrôle de données avec de nouveaux acteurs du marché sont essentiels pour coordonner la production décentralisée et leurs services énergétiques associés, y compris la réponse à la demande.

Blockchain (Chaîne de Blocs)

La blockchain deviendra probablement le pivot du système énergétique décentralisé, dans lequel les Utilities et les consommateurs produiront et vendront de l’électricité. Cela nécessite donc que les fournisseurs d’énergie soient préparées à un avenir s’appuyant sur la blockchain où le commerce de gros de pair à pair (P2P), la négoce flexible sur des réseaux régionaux et des procédures synchronisées de gestion de réseau entre Gestionnaire de réseau de transport (GRT), réseaux de distribution (GRD) et consommateurs finaux seront la norme. Un marché décentralisé pourrait également renforcer les recettes des Utilities européennes, grâce à des gains de productivité, tout en rendant les données de tarification accessibles à tous, ouvrant ainsi le marché à de plus petits acteurs.

En Europe, plusieurs services publics ont déjà commencé à expérimenter cette technologie. Vingt-six entreprises de négoce d’énergie ont convergé pour effectuer des échanges P2P sur le marché de gros de l’énergie en utilisant le cadre Enerchain, une application utilisée pour exécuter le premier échange d’énergie européen sur la blockchain. Enerchain a pour objectif de créer un système d’échange basé sur la blockchain offrant aux grossistes en énergie un moyen de répertorier et de commercialiser la production d’une énergie future attendue.

En France, Sunchain, start-up soutenue par Enedis, permet aux propriétaires de centrales photovoltaïques d’une même région de faire des échanges commerciaux. Elle utilise des technologies de type blockchain pour gérer les échanges d’énergie au sein des communautés énergétiques locales, en mettant en relation les producteurs et les consommateurs.

Le plus important fournisseur d’énergie en Autriche, Wien Energie, mène également un essai de blockchain avec deux autres services publics, tandis qu’Innogy en Allemagne a lancé un projet pilote visant à vérifier si la blockchain peut authentifier et gérer le processus de facturation des stations de recharge pour véhicules électriques. En Grande-Bretagne, la start-up Electron développe une plate-forme sur la base d’une blockchain qui permet aux consommateurs de changer de services publics sous vingt-quatre heures.

Intelligence Artificielle

Chaque année, 85% des clients contactent 1 à 2 fois leur fournisseurs d’énergie. Et pourtant, les Utilities n’ont pas bonne réputation chez les consommateurs en ce qui concerne l’expérience client. De longs temps d’attente, des procédures compliquées et un manque d’empathie dans la communication font partie des problèmes auxquels les clients sont confrontés lorsqu’ils ont à traiter avec leurs fournisseurs d’énergie. 

Les agents conversationnels (chatbot) sont un des moyens par lequel les Utilities offrent une connexion permanente à leurs clients, en leur assurant une tranquillité d’esprit et en éliminant les craintes d’une absence de réponse. Avec un agent conversationnel, les fournisseurs automatisent les demandes d’assistance à la clientèle les plus fréquentes et offrent une communication transparente, directe et orientée sur les solutions attendues par les clients. Fini l’époque où il fallait attendre une réponse par courriel ! Plus besoin d’écouter cette musique lancinante ou d’expliquer son problème pour la énième fois !

La messagerie mobile et les agents conversationnels automatisés permettent également d’autres utilisations, telles que fournir aux clients des informations utiles et actualisées en temps réel, par exemple, lors d’urgences ou de pannes. Lorsque les clients se sentent mis en relation, en sécurité et informés, le niveau de qualité de la relation est élevé, le taux d’attrition diminue et le taux de fidélisation commence à augmenter.

Il est temps d’aborder quelques exemples concrets. C’est en avril 2017 que E.ON a lancé Sam, le tout premier assistant virtuel du secteur de l’énergie, spécialement conçu pour offrir à la clientèle une solution intelligente leur permettant de gérer leurs comptes énergie lorsqu’ils rentrent chez eux. En France, EDF a suivi le pas en lançant son propre Assistant d’aide virtuel, EDF Bot, qui permet aux clients d’en savoir plus sur ses factures et sa consommation, accompagné de quelques recommandations.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une liste exhaustive, chacune de ces cinq technologies constitue un véhicule potentiel pour assurer la gestion proactive de l’énergie requise par les Utilities du futur. Avec le temps, nous pouvons affirmer avec certitude qu’un large éventail de nouvelles technologies trouveront leur voie sur le réseau « de détail » en tant qu’offres de fournisseurs d’énergie. Ces changements sont déjà effectifs, car les fabricants d’équipement d’origine, les startups, les nouveaux entrants et les fonds de capital-risque apportent de nouvelles technologies fondées sur des données pour révolutionner le secteur de l’énergie.

Il incombe aux fournisseurs d’énergie de trouver des moyens d’incorporer ces nouvelles prestations énergétiques dans leurs modèles commerciaux et de les adapter à tous les segments de clientèle. Notre expérience au cours des dernières années a montré que la collaboration et la synergie entre les spécialistes en technologie agile et les opérateurs historiques constituaient une combinaison gagnante pour en faire une réalité. Ne demeurez pas en arrière dans cette transition vers une ère nouvelle d’énergie décentralisée ; associez-vous à un fournisseur d’analyse énergétique expérimenté pour tirer parti de vos capacités technologiques dès aujourd’hui ! 

Article rédigé par DEXMA - Source originale www.dexma.com/fr : https://dex.ma/3u6LYBM


Consulter la source

 bâtiment
 smart building
 énergie
 transition énergétique
 smart city
 data

Auteur de la page

  • Elodie Guillard

    Marketing Director

    Suivre
  • Dernière modification de l'auteur le 19/07/2022 - 09:59

    Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     smart building
     énergie
     transition énergétique
     smart city
     data