#25 - Les incidences techniques en résidentiel

 

Le respect de la RE2020 repose sur les 3 piliers ENERGIE / CARBONE et CONFORT D’ETE.

Sobriété, via le renforcement du coefficient Bbiomax

L’exigence « Bbio » vise à limiter simultanément les besoins de chauffage ; de refroidissement et d’éclairage et ainsi à promouvoir une conception bioclimatique.

Il est souvent indiqué que le Bbiomax a été renforcé de 30% par rapport à celui de la RT2012, qu’en est-il vraiment ?

L’illustration suivante indique que le renforcement pour des immeubles de moyennes et grandes surfaces est bien aux alentours de 30% mais que ce renforcement est plus modeste pour les petites surfaces comme le Bbio de la RT2012 était déjà compliqué à respecter.

Le respect du Bbiomax RE2020 nécessite de mettre en place des prestations plus ambitieuses que les pratiques courantes en isolation par l’intérieur.

L’ossature bois permet de viser un meilleur niveau que celui de la RE2020 (environ 15%) par la possibilité d’avoir plus d’isolant dans les murs et de traiter les ponts thermiques.

 

Décarbonation des énergies

Pour qu’un bâtiment soit réglementaire, les valeurs Cep,nr_max, Cep_max et Icénergie_max doivent être respectées simultanément. Ces 3 valeurs vont impacter le choix des systèmes énergétiques, Cep visant à la mise en place de système performant, Cep,nr visant à promouvoir les énergies renouvelables et Icénergie visant à recourir à des énergies peu carbonées.

En immeuble collectif, le coefficient Icénergie est renforcé à partir 2025 (dernière étape 2028 pour les réseaux de chaleur pour leur laisser le temps de se verdir).

Entre 2022 et 2025, toutes les solutions d’approvisionnement énergétique respectent les seuils, sous réserve pour certaines solutions de renforcer le niveau d’isolation.

A partir de 2025, les solutions » gaz seul » (chaudières individuelles ou collectives) et réseaux de chaleur carbonés ne pourront pas respecter les seuils et il sera nécessaire de les associer à des solutions moins émettrices en carbone comme des pompes à chaleur.

Pour les réseaux de chaleur à partir de 2028, il y aura une obligation de verdir les réseaux de chaleur > 60%ENR et < 110gCO2/kWh.

La solution gaz collective + solaire thermique ne sera possible à partir de 2025 que dans quelques cas de figures, par exemple en zone H3.
 

Carbone construction

L’objectif RE2020 est de diminuer les émissions carbones liées aux matériaux de construction, aux équipements et au chantier (Icconstruction) de 30% d’ici 2031. Un calcul d’Analyse du Cycle de Vie doit être réalisé avec une méthode dynamique.

Le seuil 2022, Icconstruction peut être respecté pour toutes les solutions constructives à condition de limiter le recours à des données environnementales par défaut.

Si la superstructure (lot 3) est un lot important et représente un levier pour atteindre les seuils à venir, il ne représente qu’environ 20% des émissions totales liées à la construction.

Les pistes de diminution de l’impact carbone sont :

  • Recourir à un maximum de produits disposant de FDES et PEP ;
  • Opter pour des produits issus du réemploi ;
  • Concevoir en misant sur la frugalité ;
  • Opter de plus en plus pour des produits biosourcés et du gros œuvre bas carbone ;
  • Analyser les lots techniques de manière détaillée, ex les fluides frigorigènes des PAC peuvent avoir un impact conséquent.

Néanmoins, un autre lot très impactant, est le lot 8 qui concerne le choix du système énergétique. Si les pompes à chaleur bénéficient d’un impact carbone faible comme l’indique Icénergie, la présence de fluides frigorigènes et le manque de PEP induisent un impact conséquent sur l’indicateur Icconstruction.

 

Confort d’été

L’indicateur qui permet d’évaluer l’inconfort est DH qui illustre les degrés-heures d’inconfort et s’exprime en °C.h . Il représente le niveau d’inconfort perçu par les occupants. Plus concrètement, cet indicateur s’apparente à un compteur qui cumule, sur la période estivale, chaque degré ressenti inconfortable de chaque heure. Les degrés inconfortables sont conventionnellement ceux qui dépassent les 26 ou 28°C suivant les températures extérieures.

  • En Ile de France, les degrés-heures ne sont pas contraignants et n’incitent pas à une conception optimisée en matière de confort d’été. Il est possible de réaliser des logements non traversants, sans inertie, sans dépasser l’exigence DHmax… Même si cela augmentera les consommations de froid sont par ailleurs prises en compte.
  • En zones H2d et H3, l’exigence est très contraignante (traversants ; inertie ; brasseurs d’air… sont nécessaires).
  • Les exigences minimales demandent la mise en place de protections solaires minimales (type volets ; stores extérieurs ;…) sur l’ensemble des baies d’un logement.

Conclusions

La RE2020 a des objectifs ambitieux en accord avec la Stratégie Nationale Bas Carbone et avec des seuils évolutifs permettant de se projeter sur les 10ans à venir.

La volonté de réduire drastiquement les émissions de CO2 liées aux produits de construction et équipements, va obliger non seulement à réaliser systématiquement une étude ACV (en phase conception et en réalisation) mais elle va aussi inciter les industriels l’ensemble à innover. Par ailleurs, la prise en compte des produits du réemploi à 0 émissions est très positive pour valoriser cette filière.

L’obligation de réaliser des vérifications des installations de ventilation est un point positif et complémentaire aux mesures d’étanchéité à l’air de l’enveloppe.

La possibilité d’appliquer la RE2020 sur des projets de rénovation ambitieux, à la place du label BBC rénovation qui commence à être ancien… est aussi une nouveauté intéressante.

Il y a néanmoins quelques précautions à prendre :

  • Lorsque le chantier se fait en entreprises en lots séparés, il est important de confier la mission d’actualisation des calculs (ACV et énergie) au bureau d’études de conception pour avoir une vision globale.
  • La réglementation n’est pas un outil de conception, ces calculs réglementaires ne doivent pas se substituer aux outils de conception habituels (STD pour le confort d’été, FLJ/ALJ pour l’éclairage naturel…). Concernant le calcul Carbone, les conventions sont à relativiser : durée de vie de 50ans ; distance moyennée nationale qui ne prend pas en compte la proximité de sites de production à l’échelle locale ; durées de vie parfois contestables…
  • Les sujets Energie / Carbone / confort d’été induisent des interactions et nécessite de trouver le meilleur compromis pour opter pour les bonnes solutions techniques. Ex des planchers bois très favorable en carbone mais défavorable pour le confort d’été !

Il est dommage :

  • qu’il ne soit pas imposé la réalisation des études thermiques par des bureaux d’études qualifiés, alors qu’une qualification existe ( OPQIBI 13.31 & 13.32) et que de nombreux BET sont déjà qualifiés, et alors que les mesures d’étanchéité à l’air de l’enveloppe et des réseaux aérauliques ne sont réalisables que par des opérateurs qualifiés ;
  • que le coefficient DH n’incite pas à une conception plus optimisée en matière de confort estival, mais heureusement le garde-fou sur les protections solaires a été étendu ;
  • que le solaire thermique associé au gaz ne permet plus de respecter le seuil Icénergie 2025 sauf en zone H3 ;
  • que la production d’électricité renouvelable ne soit pas mieux valorisée surtout en zone urbaine lorsqu’il y a des besoins d’électricité à proximité et qu’ils ne soient pas demandés systématiquement que le bâtiment soit BEPOS-« ready ».

S’il reste encore quelques points à définir :

  • Les arrêtés pour les autres typologies d’usage
  • Le futur label !

La RE2020 s’inscrit dans une démarche cohérente par rapport aux annonces catastrophiques du GIEC. Elle va inciter à innover pour aller toujours plus loin. Le fait de pouvoir se projeter avec les seuils progressifs d’ores et déjà annoncés est positif. Elle va également contribuer à une synergie d’équipe entre les bureaux d’études, les architectes et la maîtrise d’ouvrage pour concevoir les bâtiments de demain.

 

Un article signé Nathalie Tchang Directrice BET TRIBU ENERGIE – fluides, énergie & environnement
Co-pilote du Groupe de concertation RE2020 Méthode
Pilote du Groupe modélisateurs RE2020

 


Article suivant : #26 - Logements collectifs : analyse et enseignements de la RE2020 sur un panel de 10 opérations

Retour à la page d'accueil du dossier

 

UN DOSSIER RÉALISÉ AVEC LE SOUTIEN DE :

 

 bâtiment
 DossierConstruction21
 réglementation
 transition écologique
 RE2020
 dossierRE2020

Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     bâtiment
     DossierConstruction21
     réglementation
     transition écologique
     RE2020
     dossierRE2020