2 questions à…Eiffage et Leyton, partenaires d'un dispositif d'accompagnement sur le Décret Tertiaire

Depuis 3 ans déjà, Leyton et Eiffage travaillent main dans la main sur la rénovation des bâtiments tertiaires via la valorisation des CEE. Dans le cadre de cette confiance acquise, les deux partenaires ont lancé en phase test un nouveau partenariat local d’accompagnement sur le Décret Tertiaire, qui a pour vocation de se diffuser au niveau national à moyen terme. Explications avec Claire Mante, Responsable régionale Leyton, et Philippe Bany, Directeur Exploitation Maintenance Région Centre Val de Loire à Eiffage Energie Systèmes.

[Interview réalisée dans le cadre du Dossier Construction21 "Massifier la rénovation : relevons le défi !, dont LEYTON est parrain]

Quels sont les enjeux de la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires à l’horizon 2050 ?

Philippe Bany : Aujourd’hui, le Décret Tertiaire et les réductions de consommation d’énergie qu’il impose constituent le défi principal du parc tertiaire français. En effet, le décret contraint les bâtiments tertiaires de plus de 1000m² à réduire leur consommation énergétique de 40% d’ici 2030 et de 60% d’ici 2050. Il ne s’agit pas seulement de bureaux : au sens large, le tertiaire regroupe également le patrimoine des collectivités, les commerces, les entrepôts, l’hôtellerie, les bâtiments de santé, les restaurants, les tribunaux, les bâtiments sportifs, les bâtiments d’enseignement ou encore les bâtiments de culture. Au total, environ 600 millions de m² de bâtiments sont concernés, dont 65% de bureaux, commerces et bâtiments d’enseignement. Avec le Décret Tertiaire, tous ces bâtiments vont faire face à l’obligation de réaliser des travaux de rénovation afin d’atteindre les objectifs que nous venons d’évoquer. Cela va demander beaucoup de moyens et d’investissements aux maîtres d’ouvrages.

Claire Mante : Dans ce contexte, Leyton et Eiffage Énergie Systèmes ont identifié quatre enjeux majeurs pour les assujettis au Décret Tertiaire :

  • Mieux connaître son patrimoine. Il y a un véritable manque d’information sur le Décret Tertiaire. Un grand nombre d’assujettis ne savent pas forcément si leurs bâtiments sont concernés ou non. Il faut les aider à obtenir les informations dont ils ont besoin.
  • Appréhender la charge administrative. Le Décret Tertiaire impose une charge administrative très lourde : il faut collecter les données, choisir la bonne année de référence à partir de laquelle calculer les réductions de consommation, monter le dossier technique pour atteindre les objectifs fixés, choisir la méthode pour réduire les consommations d’énergie finale (valeur relative ou valeur absolue) et enfin saisir l’année de référence et les consommations année par année sur la plateforme OPERAT.
  • Déployer de nouvelles stratégies énergétiques. Le Décret Tertiaire demande de revoir les façons de travailler des entreprises et des collectivités, qui n’ont pas forcément l’habitude de déployer des stratégies sur du moyen long terme, 10, 20, ou 30 ans. Il leur faut réaliser des audits énergétiques et identifier les meilleures solutions techniques de rénovation, les systèmes de chauffage adaptés à chaque bâtiment, ainsi que les possibilités d’énergies renouvelables.
  • Monter un plan de financement. Les maîtres d’ouvrages doivent construire un plan pluriannuel d’investissement, corrélé sur le plan stratégique. Pour cela, ils doivent être en mesure d’identifier et de maximiser les financements sur les travaux à effectuer.

P. Bany : D’abord prévue au 30 septembre 2021, l’obligation de déclarer ses consommations énergétiques auprès des instances publiques (via la plateforme OPERAT de l’ADEME) est repoussée au 30 Septembre 2022. Cela laisse une plus grande marge de manœuvre aux acteurs concernés. Cependant, il y a une réelle nécessité d’anticiper dès maintenant la collecte et saisie des données. Il ne s’agit pas d’une simple transmission de données mais bien de réels choix stratégiques et impactants qui ne se décident pas en quelques jours. 

Nous l’avons dit, les enjeux du Décret Tertiaire relèvent de la stratégie et de l’optimisation énergétique. Accompagner les clients sur ces questions est précisément le métier de Leyton et d’Eiffage Energie Systèmes. Notre objectif est de faire du Décret Tertiaire non pas une contrainte mais une opportunité pour nos clients afin de : pérenniser leur patrimoine en obtenant la meilleure notation éco-énergie possible (garantissant ainsi les performances énergétiques) ; garantir des loyers au juste prix ; garantir la possibilité de revendre leur patrimoine.


 

Leyton et Eiffage développent une solution d’accompagnement sur le Décret Tertiaire. Pouvez-vous nous en dire plus ?

P. Bany : En effet, Leyton et Eiffage travaillent sur une solution d’accompagnement de A à Z pour atteindre les objectifs du Décret Tertiaire. Actuellement en test en région Centre-Val de Loire, notamment sur un bâtiment privé à Tours, cet accompagnement porte sur :

  • L’audit des consommations du client : collecte des données patrimoniales, consommations, historique des travaux, etc.
  • L’identification de l'année de référence adéquate, qui doit se situer entre 2010 et 2019.
  • La saisie des informations sur OPERAT : consommation de référence, intensité d'usages, consommation de l'année en cours, etc.
  • La mise en place de plan d'actions, notamment pour les stratégies de management des travaux et de financement.
  • La réalisation des travaux : exploitation performante, suivi des travaux, etc.
  • Des engagements sur résultats : mise en place d’un contrat de performance énergétique (CPE) afin de garantir la tenue des engagements, suivi des cibles énergétiques sur l'ensemble du patrimoine, etc.

Cette démarche nous demande de nous entourer d’un certain nombre d’acteurs compétents (bureaux d’études, etc.), à même de nous aider à la mener à bien. Nous visons une diffusion de notre solution courant septembre 2021.

C. Mante : L’accompagnement sur la mise en place d’une stratégie financière est particulièrement important. Nous souhaitons aider nos clients à établir une stratégie vertueuse, basée sur une démarche globale de long terme. Il existe de multiples leviers financiers à activer.

En premier lieu, les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) concernent un large éventail d’opérations pertinentes au regard des travaux à mettre en œuvre, notamment sur l’enveloppe du bâti, mais aussi sur les équipements (isolation, chauffage, ventilation, GTB, etc.).

Ensuite, il est possible de se tourner vers Le Fonds Chaleur de l’Ademe. Entre 2009 et 2020, Le Fonds a soutenu plus de 6 000 réalisations, représentant 9,4 milliards d’euros de travaux et une production totale de chaleur d’énergie renouvelable et de récupération de 35,5 TWh/an.

Il faut également regarder du côté des fiscalités locales et énergétiques, qui génèrent plus de 40 millions d’euros d’économies chaque année.

Autre source de financement possible : les aides, subventions et autres dispositifs de ce type (Bpifrance, France Relance, etc.). Il est particulièrement intéressant de regarder les dispositifs locaux. Par exemple, Tours Métropole propose un contrat d’objectif territorial pour les projets performants de substitution d’énergie fossile par de l’énergie thermique renouvelable sur des bâtiments existants, avec un financement qui peut atteindre jusqu’à 45% du coût des travaux, cumulable avec les CEE.

Enfin, nous avons identifié pour nos clients des solutions de tiers financement et d’étalement des paiements. Tous nos clients n’ont pas le budget immédiat pour remplir les objectifs du Décret Tertiaire, notamment pour certaines collectivités.

Leyton et Eiffage Energie Systèmes se sont rapprochés pour permettre aux entités concernées de déployer une stratégie technique et financière qui réponde intelligemment aux objectifs du décret.

Pour en savoir plus, voici un replay de Webinar réalisé avec les équipes OPERAT de l’ADEME ainsi qu’un bureau d’étude, sur les sujets cités ci-dessus.


Propos recueillis par Construction21, La rédaction

Cette interview est réalisée dans le cadre du Dossier Construction21 "Massifier la rénovation : relevons le défi !" dont LEYTON est le parrain.

 bâtiment
 rénovation
 Dossier Rénovation
 décret tertiaire
 bas carbone
 financements

Autres actualités

Plus d'articles

Sur les mêmes thèmes

 bâtiment
 rénovation
 Dossier Rénovation
 décret tertiaire
 bas carbone
 financements