123 communes de la petite couronne : ICU et végétalisation

  • par Eric LARREY
  • /
  • 2022-11-08 09:49:37
  • /
  • France
  • /
  • 3923
123 communes de la petite couronne : ICU et végétalisation

 

Avec près de 4,7 millions d’habitants, les trois départements de la première couronne forment un ensemble urbain très varié, tant en matière de densité d’habitants (de 400 à 27 400 hab/km2), que d’espaces végétalisés et arborés. Un terrain idéal pour la poursuite des réflexions sur les questions de densification et de végétalisation des milieux urbains.

La petite couronne

Les départements des Hauts de Seine, de Seine Saint-Denis et du Val de Marne comptent 123 communes de tailles et de densité très variées.

Ce panel de communes vient compléter le premier ensemble constitué par les 50 premières communes de France Métropolitaine (même si certaines communes sont dans les deux panels), pour tenter de comprendre comment les milieux urbains ont évolué et surtout comment ils pourraient évoluer en fonction de l'accroissement prévisible de la population.

Suite à une première analyse des relations entre la densité d’habitants et deux indices de végétalisation (indice de canopée et surface d’espaces végétalisés par habitant), il était tentant d’appliquer l’approche aux communes de la petite couronne et d’ ajouter un paramètre rendant compte du confort thermique des usagers. À cette fin, un indice de confort thermique a été introduit : la surface des zones d’inconfort thermique rapportée à la surface communale.

Les îlots de chaleur

Pour évaluer cet indice, nous avons cartographié les ICU/IFU sur l’ensemble des 123 communes (sur la base de notre Indice de Confort Thermique Usager). Toutes les cartographies ont été réalisées en exploitant des données satellites 2021, afin de ne pas fausser l'analyse, du fait d'un été 2022 particulièrement chaud et sec, qui a eu des effets délétères sur la végétation;

Les disparités sont bien sûr importantes, comme ici avec Levallois-Perret et Marne-la-Coquette.

 

 

Figure 1 Cartes des îlots de chaleur et de fraîcheur sur Levallois-Perret et Marne-la-Coquette

Les vidéos suivantes permettent de visualiser les cartographies obtenues pour toutes les communes des trois départements.

Pour les Hauts de Seine

 

Pour la Seine Saint-Denis

 Et pour le Val de Marne :

 

Pour chaque commune, la surface des zones présentant un inconfort thermique important pour les usagers en période estivale a été rapportée à la surface communale pour construire le taux de surface « d’inconfort thermique usager ». Les diagrammes suivants présentent cet indicateur pour chaque département.

Figure 2 Taux de surface présentant un inconfort thermique pour les usagers sur le département des Hauts de Seine

Figure 3 Taux de surface présentant un inconfort thermique pour les usagers sur le département de Seine Saint-Denis

Figure 4 Taux de surface présentant un inconfort thermique pour les usagers sur le département du Val de Marne

La surface végétalisée par habitant

La surface d’espaces végétalisés (publics comme privés) par habitant a ensuite été évaluée pour chaque commune.

Le graphe suivant représente ce ratio en fonction de la densité d’habitants au km2. Cette répartition est tout à fait analogue à celle obtenue pour les 50 premières villes de France, alors que nous disposons ici de villes de tailles nettement plus faibles.

 

Figure 5 Surface d’espace végétalisé par habitant en fonction de la densité d’habitants pour les 2 départements.

Îlots de chaleur et espaces verts par habitant

Les courbes suivantes présentent ce ratio pour chacune des communes, avec le rappel du taux de surface « d’inconfort thermique usager ».

 

Figure 6 Espaces végétalisés et îlots de chaleur : département des Hauts de Seine.

Figure 7 Espaces végétalisés et îlots de chaleur : département de Seine Saint-Denis.

Figure 8 Espaces végétalisés et îlots de chaleur : département du Val de Marne.

Pour l’ensemble de la première couronne, les ratios moyens sont présentés ici :

Suites de l'analyse

Concernant les potentiels de végétalisation, les résultats montrent que toutes les villes évoluent entre une enveloppe "Basse" et une enveloppe "Haute", que l'on visualise mieux sur cette vues zoomée : 

 

Figure 9 Enveloppes haute et basse du "champ des possible".

Ces deux enveloppes pourraient correspondre au "champ des possibles" en fonction des conditions spécifiques du territoire. Une analyse plus détaillée vise à définir des critères, peut-être des bonnes pratiques, réplicables d'un site un autre.

Pour ce qui concerne la relation entre "taux d'ICU" et espace végétalisé par habitant, les évolutions constatées sont cohérentes. Globalement, plus les villes disposent d’un important taux de végétation par habitant, moins elles présentent un ratio d’îlot de chaleur important.

Cependant, cette évolution n’est pas tout à fait systématique. L'étude des écarts pourra à nouveau être source d'enseignements sur les stratégies qui peuvent être mises en oeuvre. 

Dernier élément, la surface de référence reste un sujet de vigilance. Nous poursuivons actuellement les mêmes études sur la base d'un périmètre plus urbain, qui fournira un autre point de référence. 

 aménagement
 confort (olfactif - thermique - visuel)
 décret tertiaire
 gestion des espaces
 îlot de chaleur urbain
 nature en ville
 résilience
 smart city
 transition écologique
 urbanisme
 végétalisation
 ville résiliente
 ZAN
 stratégie d'urbanisation
 densification

Auteur de la page

  • Eric LARREY

    Directeur de l'innovation

    Suivre
  • Dernière modification de l'auteur le 07/11/2022 - 14:56

    Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     aménagement
     confort (olfactif - thermique - visuel)
     décret tertiaire
     gestion des espaces
     îlot de chaleur urbain
     nature en ville
     résilience
     smart city
     transition écologique
     urbanisme
     végétalisation
     ville résiliente
     ZAN
     stratégie d'urbanisation
     densification