Tendances Green Solutions Awards 2019 #6 - Solutions urbaines et environnement urbain

 Green Solutions Awards  GSA 2019  Green Solutions Awards 2019  ville durable  territoires  urbanisme  aménagement  tendances GSA2019  tendances
Publié par La rédaction C21

Nous parlons souvent à tort de villes durables, en oubliant que toute construction, quelle que soit son échelle, s'inscrit dans un tout dont elle est indissociable. En 2019, une tendance claire se dégage, celle de prendre en compte l'environnement spatial, mais aussi économique, social et sociologique des lieux pour construire encore plus durable. Ceci afin d'intégrer au mieux le bâtiment dans la ville et la ville au sein d'un territoire sur lequel elle exerce une pression/influence.

6.1. Prise en compte de l’environnement immédiat

La prise en considération de l’environnement urbain est une tendance de plus en plus forte dans les Green Solutions Awards. Les concepteurs et constructeurs s’attachent non seulement à relier leur bâtiment à l’environnement urbain ou naturel. Ainsi le fait de lier le bâtiment à un système de transport doux est un choix fréquent, qui permet par ailleurs de se passer de coûteuses places de parking sur le plan financier et environnemental. Cette prise en compte de l’environnement peut aussi être un choix pour fondre le bâtiment dans le paysage ou créer un lieu sûr pour les occupants, en proposant par exemple une infrastructure routière qui limite la vitesse des véhicules, comme dans le cas de la cité végétale à énergie positive.

Cité scolaire végétale à énergie positive

Consultez l'étude de cas 

 

6.2. Le foncier : un aspect important de l’environnement urbain

Une tendance forte de cette édition est la volonté d’intégrer les projets dans la réalité économique des lieux en prenant en compte la problématique du foncier. Le Pop-Up Dorms de Vienne en Autriche est l’expression parfaite de cette dernière. Conçu comme un bâtiment modulable et déplaçable, il permet de loger des étudiants au plus près des institutions éducatives sur des lieux temporaires. Le foncier n’est donc pas acquis mais utilisé sous forme de prêt. Cette prégnance du foncier est aussi palpable sur le choix actuel de surélever des bâtiments (projet Green Box on the roof) ou de réoccuper des lieux abandonnés après une réhabilitation importante comme dans le Siège du CAUE de Gironde.

Pop-Up Dorms 

Consultez l'étude de cas 


Green box on the roof

 

Consultez l'étude de cas 

 

 Siège du CAUE de Gironde.

Consultez l'étude de cas 

 

6.3. Des infrastructures de plus en plus liées aux bâtiments

Enfin, côté infrastructure, la ville connectée devient réalité sur OnDijon et des solutions low-tech font aussi jour, comme le banc refuge d’insectes. Une réflexion poussée est également en cours sur le recyclage de l’asphalte des routes et la production d’énergie par l’intermédiaire de ces dernières, avec pas moins de trois études de cas proposées sur le sujet.

La « ville éponge » est aussi un enjeu que nous retrouvons, avec une étude de cas proposant de transformer des places pavées en zones d’absorption et de réinjection de l’eau quand un rafraîchissement est nécessaire. Si celle-ci à elle toute seule ne peut identifier une tendance, elle s’inscrit dans un phénomène plus large composé d’études de cas très différentes.

Banc Refuge 

Consultez l'étude de cas 

 

OnDijon 

Consultez l'étude de cas 

 

PowerRoad 

Consultez l'étude de cas 

 

La route 100% recyclable 

Consultez l'étude de cas 

 

Pavés intelligents pour rafraîchir à partir d’eau de pluie

Consultez l'étude de cas 

 

6.4. Réduire l’impact de la ville sur le territoire et adapté ce dernier de manière durable

C’est peut-être là une des tendances les plus fortes de cette édition des Green Solutions Awards. Elle est en effet à la fois très représentée et internationale. La prise en compte du poids de la ville sur le territoire dans lequel elle s’inscrit se traduit par des projets de régénération (rénovation ou réhabilitation pourrait-on dire) des espaces affectés par ses activités actuelles ou passées. Ainsi, va du projet chinois Changyuan River Wetland Natural Park. De son côté, un projet tel que celui de la baignade naturelle de Lorette participe d’une réflexion sur l’aspect durable des activités massives de loisirs.

Enfin, un phénomène inverse, celui de redonner une place à la nature en ville s’affirme. La végétalisation en est une des facettes, tout comme l’agriculture urbaine, que BNP Real Estate souhaite généraliser à la plupart de ses bâtiments.

 

Changyuan River Wetland Natural Park

Consultez l'étude de cas 

 


Parc des Blondières et baignade naturelle de Lorette

Consultez l'étude cas 

 

Ferme urbaine - BNP Paribas Real Estate

Consultez l'étude de cas 

 

Modéré par : Alexia ROBIN

Autres actualités dans "Information"

10ème édition du prix "Infrastructures pour la Mobilité, Biodiversité et Paysage" 2020

Publié le 18 févr. 2020 - 11:02

Organisé par l'Institut Des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité (IDRRIM), le Prix IMBP récompense les meilleurs projets réalisés, en France ou à l’international, par les acteurs impliqués dans la conception, la (...)

Prime rénovation : les obligations de performance par équipement sont connues

Publié le 18 févr. 2020 - 10:29

TECHNIQUE. Les pouvoirs publics viennent de préciser par arrêté les nouvelles exigences techniques pour les équipements qui pourront bénéficier de l'aide financière MaPrimeRénov en 2020, ainsi que du crédit d'impôt transition énergéti (...)

Quand les villes deviennent des pansements urbains

Publié le 18 févr. 2020 - 10:25

Pollution, disparition de la biodiversité, artificialisation des sols… Les villes semblent concentrer l’ensemble des maux liés à l’activité humaine. Conséquence d’un siècle de forte urbanisation, elles en sont aujourd’hui à la fois (...)


Commentaires